Conservatoire de musique, danse et art dramatique en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CRR, CRD, CRC et CRI.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CNR, ENM et EMM.

Les conservatoires de musique, danse et art dramatique en France sont des établissements publics dispensant un enseignement dans les disciplines de la musique, de la danse et de l'art dramatique. Ils sont classés par l'État (Direction générale de la Création artistique du ministère de la Culture et de la Communication) en conservatoires à rayonnement régional (CRR), conservatoires à rayonnement départemental (CRD), conservatoires à rayonnement communal (CRC) et conservatoires à rayonnement intercommunal (CRI). Depuis 2006[1], ces établissements remplacent les conservatoires nationaux de région (CNR), les écoles nationales de musique (ENM) et les écoles municipales de musique (EMM).

Généralités sur les conservatoires de musique, danse et d'art dramatique[modifier | modifier le code]

Réseau d'établissements[modifier | modifier le code]

Le réseau des conservatoires de musique, danse et d'art dramatique, établissements d'enseignement musical, chorégraphique et théâtral spécialisé contrôlés par l'État est constitué de quarante deux conservatoires à rayonnement régional (CRR), de 108 conservatoires à rayonnement départemental (CRD) et de 290 conservatoires à rayonnement communal ou intercommunal (CRC/CRI). Ces établissements sont, dans leur quasi-totalité, des services municipaux ou de communautés de communes organisés en régie directe dont le financement relève des collectivités territoriales, contrairement aux conservatoires nationaux supérieurs de musique et de danse (CNSMD) qui relèvent, quant à eux, directement de l'État.

Les conservatoires de musique, danse et art dramatique sont parfois associés aux établissements d'enseignement général, de l'école primaire au collège, dans le cadre des classes à horaires aménagés musique, certains lycées dispensant des cours théoriques de musique menant au baccalauréat littéraire option musique ou au baccalauréat techniques de la musique et de la danse.

Organisation de l'enseignement[modifier | modifier le code]

Conservatoires à rayonnement régional[modifier | modifier le code]

Il y a quarante deux conservatoires à rayonnement régional en France. Ils sont financés par les collectivités territoriales (communes, départements et régions), l'État (Direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles du ministère de la Culture) ayant transféré en 2006 vers les collectivités territoriales les financements qu'il accordait jusque là par le biais des directions régionales des Affaires culturelles (DRAC).

Diplômes[modifier | modifier le code]

Un des diplômes délivrés par les conservatoires est le Diplôme d'études musicales (DEM). C'est le plus haut diplôme musical délivré par les conservatoires à rayonnement régional et départemental français. Les diplômés peuvent ensuite faire un cycle de perfectionnement mais ces cycles ne permettent pas de valider un diplôme.

Le Diplôme d'études musicales est reconnu par le Ministère français de la Culture mais n'est pas homologué comme un diplôme d'enseignement supérieur. Il n’a donc aucune valeur à l’étranger. Les seuls établissements français habilités à délivrer des diplômes d'enseignement supérieur en musique "performance" sont les Conservatoires nationaux supérieurs de Paris et Lyon. Dans le cadre du processus de Bologne, quelques conservatoires à rayonnement régional ont cependant passé des accords avec des universités, ce qui permet aux étudiants de se voir délivrer des diplômes de licences et masters, mention performance. Cette situation atypique explique le fait que les jeunes musiciens français sont les moins bien diplômés d'Europe. Même des pays bien moins peuplés comme la Suisse, la Belgique, la Suède, l’Autriche, etc. ont chacun plus d’établissements d’enseignement supérieur pour la musique que la France. Des pays comme l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni, et l’Allemagne, ont jusqu’à 10 fois plus d’établissements, délivrant des diplômes homologués entre bac + 3 et bac + 8. Cette situation très désavantageuse pour les étudiants, particulièrement à une époque où la mobilité professionnelle internationale est devenue indispensable, a poussé beaucoup de jeunes musiciens français à poursuivre leurs études à l’étranger.

Une réforme est cependant en cours qui vise à la création d'un diplôme national supérieur professionnel de musicien (DNSPM) délivré à l'issue d'un premier cycle d'enseignement supérieur de trois ans par les conservatoires à rayonnement régional. Des conventions entre ces établissements et l'Université permettront aux étudiants de se voir délivrer par cette dernière, en complément du DNSPM, une licence générale, inscrivant ainsi le cursus des CRR et CRD dans le premier cycle des LMD. Les diplômes des CNSMD devraient, aux termes de cette réforme, et d'un cursus de cinq ans, se voir reconnaître une équivalence avec le grade de master.

Conservatoires à rayonnement départemental[modifier | modifier le code]

Conservatoires à rayonnement communal ou intercommunal[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret n° 2006-1248 du 12 octobre 2006 publié au Journal officiel du 13 octobre.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]