Claude Kahn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Claude Kahn
Description de cette image, également commentée ci-après
Claude Kahn en 2015

Naissance (84 ans)
Marseille, France
Activité principale Pianiste
Activités annexes - Créateur du Concours de piano Claude Kahn en 1970
- Directeur du Conservatoire de Musique et d'Art Dramatique d'Antibes de 1979 à 1991
- Directeur du Conservatoire de Cagnes-sur-Mer en 1991

Claude Kahn, né à Marseille, est un pianiste français de renommée internationale. Il est connu pour ses interprétations de musique romantique (plus précisément du répertoire de Chopin et de Liszt), mais également de musique française : Debussy, Fauré, Ravel[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Claude Kahn commence le piano à l'âge de quatre ans. Ses professeurs ont été Rose Lejour[2], Yves Nat et Nadia Boulanger[3], ainsi que Marguerite Long avec laquelle il a travaillé pendant dix ans[4]. En 1956, il reçoit le prix de la meilleure interprétation de La Campanella à l'unanimité du jury lors du Concours international de piano Franz Liszt à Budapest, alors qu'il n'a que 15 ans. Il remporte ensuite une médaille au Concours international d'exécution musicale de Genève et le Grand Prix du concours Casella à Naples.

Il a joué avec l'Orchestre national de France, l'Orchestre de la Garde républicaine dirigé par Roger Boutry, l'Orchestre de Nice dirigé par Philippe Bender, l'Orchestre de Monte-Carlo, l'Orchestre de la Norddeutscher Rundfunk de Hambourg et l'Orchestre philharmonique de Cologne placés sous la direction de Wolfgang Rössler, l'Orchestre d'Israël, le London Symphony Orchestra dirigé par Georges Tzipine, l'Orchestre de Philadelphie dirigé par Eugène Ormandy.

Il a publié plus de vingt albums consacrés à Frédéric Chopin, son compositeur favori, mais aussi Bach, Mozart, Beethoven, Schubert, Liszt, Schumann, Brahms, Tchaikovski, Rachmaninoff, Fauré, Ravel, Debussy.

Il crée en 1970 le Concours de piano Claude Kahn[5] qui deviendra concours international en 1980 puis concours européen en 1990[6]. La finale et le concert des lauréats ont toujours lieu à Paris salle Gaveau[7].

En 1979, il crée à la demande du Maire, le Conservatoire de Musique et d'Art Dramatique d'Antibes[8] qu'il dirigera jusqu'en 1991, tout en préservant sa carrière de pianiste international. Fort de son succès, le Conservatoire affichera plus de 700 élèves ayant à leur disposition plus de 35 professeurs. En 1991, Claude Kahn remet les clés de sa création au chef d'orchestre Pol Mule. Puis, Claude Kahn accepte la proposition du Sénateur-Maire Suzanne Sauvaigo de diriger le Conservatoire de Cagnes-sur-Mer[9].

Il vit à Golfe-Juan, dans sa maison familiale au milieu d'orangers et de bigaradiers plantés par ses aïeux, et en perpétue la culture et la récolte. C'est là qu'il se ressource et travaille son piano, chaque jour, tel un artisan, comme il se plaît à dire[10]. Claude Kahn a été décoré de l'Ordre national du mérite. La décoration a été remise par le président du Sénat Alain Poher en novembre 1987.

Concours Claude Kahn[modifier | modifier le code]

  • Comité d'honneur

Le comité d'honneur (placé sous la présidence honoraire de Jean-Michel Damase, 1° Grand Prix de Rome en 1947), comporte les personnalités suivantes : Marcel Bitsch, Roger Boutry, Jean-Michel Damase, Lucette Descaves, Gérard Devos, Olivier Gardon, Lydia Jardon, Geneviève Joy, Paul Kuentz, Yvonne Loriod, Jean Martin, Dominique Merlet, Pierre Réach, Daniel Wayenberg, François Weigel, Ventsislav Yankoff.

  • Membres du jury

Dans le jury se sont succédé des personnalités marquantes comme Paul Badura-Skoda, Roger Boutry, Gaby Casadesus, Jacques Castérède, Jacques Chailley, Jean-Michel Damase, Lucette Descaves, Bernard Gavoty, Geneviève Joy, Paul Kuentz, Dominique Merlet, Germaine Mounier, Gabriel Tacchino, Jacques Taddei, François Weigel.

  • Lauréats

Parmi les lauréats, on peut citer Bernard d'Ascoli, Delphine Bardin, Giovanni Bellucci, Florent Boffard, François Daudet, François-Frédéric Guy, Jean-Frédéric Neuburger, Alexandre Tharaud.

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]