Lydia Jardon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lydia Jardon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Lydia Jardon est une pianiste et productrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lauréate du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, elle est également titulaire d'une licence de concert à l'unanimité de l'École normale de musique de Paris, lauréate de la fondation Cziffra et du Concours international Miłosz Magin[1].

Depuis plus de trente ans, elle joue dans le monde entier[2][source insuffisante], en récital ou en concerto, de Paris[3] à Tokyo, de Montevideo à Shanghai.

Montrant une prédilection pour les partitions éruptives, elle enregistre dix disques, salués par des critiques[4]. Parmi eux, le 3e concerto de Rachmaninov, les sonates no 2, et 4 de Miaskovski et surtout, trois transcriptions pour piano seul : La Mer de Debussy, L'oiseau de feu et Chant du rossignol de Stravinsky en « première mondiale »[5].

Son dernier disque, paru en 2020, est consacré aux Sonates 1, 5 et 9 de Miaskovsky.

Passionnée par l'enseignement, elle crée en 2014 une école de piano franco-chinoise, à Paris.

La production et la direction artistique[modifier | modifier le code]

En 2001, Lydia Jardon fonde la maison de disque Ar Ré-Sé, structure indépendante avec laquelle elle exhume des partitions méconnues de grands maîtres (Charles Kœchlin, Medtner, Guillaume Lekeu, Albéric Magnard, Miaskovski...) tout en mettant un point d'honneur à les confier à des interprètes qui débutent souvent leur carrière.

Aujourd'hui, ce label discographique propose un catalogue riche de vingt-cinq enregistrements[6], de Bach à Ohana, en passant par Dvořák ou encore Ravel, joués par des duos, des quintets, des quatuors…

Parallèlement, elle crée, en 2001, le festival de musique de chambre Musiciennes à Ouessant[7] sur « l'île aux femmes », festival qui, chaque année, réunit une vingtaine d'interprètes essentiellement féminines venues du monde entier. En qualité de directrice artistique, elle y conçoit une programmation originale incluant des partitions oubliées de compositrices : Marie Jaëll, Louise Farrenc, Clara Schumann, Lou Koster, Rebecca Clarke

En 2012, ce festival[8] s'ancre en Guadeloupe pour devenir Musiciennes en Guadeloupe puis en 2015, il s'étend en Martinique avec Musiciennes en Martinique[9]. Les compositrices des Caraïbes y sont mises à l'honneur. Point original : les concerts proposent le mariage de la musique classique avec les harmonies caribéennes. Ce « réarrangement » permet une alliance des styles, des instruments afin de toucher un large public.

Lydia Jardon reçoit, en , les insignes de Chevalier dans l'Ordre national du Mérite pour l'ensemble de sa carrière.

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le festival des Musiciennes à Ouessant », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  • « Pointe-À-Pitre - Lydia Jardon au piano », France Antilles,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  • « Rencontres de musiciennes : Ouessant connaît ses classiques », le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  • A. Pecqueur, « Lille Piano(s) Festival - L'Orchestre National de Lille organise un festival dédié au clavier dans tous ses états. », La Terrasse, no 249,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  • Chrystel Chabert, « Lydia Jardon, musicienne des îles et d'ailleurs », France Info Culturebox,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  • le Bananier bleu, « Festival Musiciennes en Guadeloupe », (consulté le 14 décembre 2016)
  • Kareen Fleming, « Festival Musiciennes en Guadeloupe », sur guadeloupe.franceantilles.fr, (consulté le 3 décembre 2016)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.concours-milosz-magin.org/palmares.htm
  2. http://www.ambafrance-sa.org/Concert-Lydia-Jardon
  3. « Miaskovsky retrouvé - Lydia Jardon en récital à l’Athénée », sur Concertclassic (consulté le 2 septembre 2020).
  4. http://www.lydiajardon.com/presse.html
  5. « Vivre dans le feu ou les sept vies de la pianiste Lydia Jardon », sur La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc. (consulté le 2 septembre 2020).
  6. http://www.arre-se.com/catalogue.html
  7. Musiciennes à Ouessant : Festival en hommage aux femmes musiciennes et compositrices
  8. http://www.tutti-magazine.fr/news/page/Interview-Lydia-Jardon-OIseau-de-feu-Musiciennes-a-Ouessant-Musiciennes-en-Guadeloupe-fr/
  9. « Musiciennes en Martinique le concert lyrique des voix caribéennes », France Info Martinique,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  10. Rachmaninoff: Piano Concerto No. 3, par Lydia Jardon en écoute sur Deezer
  11. Téléchargement de Chopin: 26 Preludes par Lydia Jardon sur iTunes
  12. Téléchargement de Debussy: La mer par Lydia Jardon sur iTunes
  13. Téléchargement de Rachmaninov: the Two Piano Sonatas par Lydia Jardon sur iTunes
  14. Téléchargement de Enrique Granados: Goyescas par Lydia Jardon sur iTunes
  15. (en) English Impressions - music for violin and piano, article sur Musicweb-international.com
  16. Téléchargement de Scriabin: Complete Etudes par Lydia Jardon sur AllMusic
  17. Téléchargement de Nikolaï Miaskovsky: Piano Sonatas Nos. 2, 3 & 4 par Lydia Jardon sur AllMusic
  18. Visonner Igor Stravinsky : The Firebird - Piano Version, par Lydia Jardon sur YouTube
  19. (en) Portfolio Norah Amsellem sur Channell: Arts.com

Liens externes[modifier | modifier le code]