Georges Tzipine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges Tzipine (Paris, - ) est un chef d'orchestre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord violoniste, il se consacre à partir de 1931 à la direction d'orchestre. Il travaille d'abord pour la Radiodiffusion française, puis dès 1945, comme chef invité, entre autres pour les Ballets russes et pour les Ballets Roland Petit. Il compose également quelques musiques de films (Le Rat des villes et le Rat des champs en 1926, Coq en pâte en 1951, Les Amoureux de Marianne de Jean Stelli en 1954, l'accompagnement musical de films de Laurel et Hardy comme Les Trois mariages de Laurel et Hardy qui est un montage français de quatre courts métrages Justes Noces, Quelle bringue!, Quand les poules rentrent au bercail et Toute la vérité…)

Il enregistre pour la marque Pathé de nombreuses œuvres du répertoire français contemporain : Henry Barraud, le Groupe des Six, Jean-Michel Damase, Jean Rivier, René Challan, Samson François… Mais aussi Arthur Honegger ou Johann Christoph Vogel.

Il dirigea notamment : l'orchestre de l'O.R.T.F., le B.B.C. Philharmonic, l'orchestre philharmonique de Belgrade puis le Victoria Symphony Orchestra de Melbourne (entre 1960 et 1965).

Il est enterré au cimetière ancien de Neuilly-sur-Seine.

Durant la Seconde Guerre mondiale et jusqu'en 1946, il fut caché et réfugié avec sa femme, sa belle-mère et ses deux filles (dont l'une Marie-Henriette Tzipine née le 21 juillet 1939), au castel de La Sablière (Saint-Genis-les-Ollières, Rhône). Cette demeure était alors la propriété de Gabriel Parier, industriel natif du Puy-en-Velay, membre du réseau de résistance lyonnais Franc-Tireur (qui fut fondé par Antoine Avinin, Auguste Pinton, Jean-Jacques Soudeille et Maurice Rolland). Notons que Maurice Rolland (fils de Félix Rolland, juge de Paix, et d'Anna Rocher) était né le 27 octobre 1902 au Puy-en-Velay et décéda le 5 décembre 1986 à Neuilly-sur-Seine. Avocat (notamment de Gabriel Parier) il fut député (1932-1936) et, après la Seconde Guerre mondiale, préfet de la Dordogne (1951).

Liens externes[modifier | modifier le code]