Saint-Lézin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Lézin
Saint-Lézin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Commune Chemillé-en-Anjou
Statut commune déléguée
Maire délégué Christophe Cailleau
2020-2026
Code postal 49120
Code commune 49300
Démographie
Gentilé Licinien
Population 777 hab. (2013)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 01″ nord, 0° 46′ 25″ ouest
Altitude 98 m
Min. 69 m
Max. 119 m
Superficie 13,08 km2
Élections
Départementales Chemillé-Melay
Historique
Date de fusion 15 décembre 2015
Commune(s) d'intégration Chemillé-en-Anjou
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Saint-Lézin
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Saint-Lézin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Lézin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Lézin

Saint-Lézin est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Le , elle est devenue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Chemillé-en-Anjou[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localité angevine des Mauges, Saint-Lézin se situe au sud-est de Neuvy-en-Mauges, sur les routes D 349 La Chapelle-Rousselins, D 149 Neuvy-en-Mauges / Chemillé, et D 199 La Jumellière[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gentilé : les habitants sont les Liciniens et Liciniennes[3],[4] (du latin Licinius).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le saint patron de la commune est saint Lézin, né entre 530 et 540. Il fut d'abord le connétable du roi Clotaire, puis gouverneur des provinces armoricaines. Il vint habiter à Angers qui en était alors la capitale. Il remplit toutes ces fonctions avec conscience, habileté et honnêteté. Il changea ensuite d'orientation et se retira pour devenir moine dans l'abbaye de Châlonne. C'est là qu'à la mort de l'évêque d'Angers, les Angevins se souvenant de lui, le tirent du monastère et l'élisent pour être leur évêque. Il mit au service de l'Église, les qualités dont il avait fait la preuve durant son gouvernement civil[5].

Au mois de juin 1775, des travaux de reconstruction de l'église Saint-Lézin sont entrepris. La première pierre de l'église posée dans le fondement de la muraille du chœur a été bénite par Nicolas Boussicaud, curé de Saint-Lézin, en compagnie d'Étienne Cherbonnier, prêtre directeur de l'hôpital général de la ville d'Angers, et de messieurs Charrueau et Cailleau, vicaires de La Jumellière[6].

En 2014, un projet de fusion de l'ensemble des communes de l'intercommunalité se dessine. Le , les conseils municipaux de l'ensemble des communes du territoire communautaire votent la création d'une commune nouvelle au 15 décembre 2015[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le , Saint-Lézin constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Chemillé-en-Anjou et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 2015 mai 2020 Jean-François Cesbron[8]    
mai 2020   Christophe Cailleau[9]    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1906 M. Viau    
1906 1913 J. Uzureau    
1913 1919 M. Grimault    
1919 1947 H. Fribault    
1947 1977 J. Fribault    
1977 mars 1995 Joseph Uzureau    
mars 1995 mars 2001 André Grellier    
mars 2001 mars 2008 André Grellier    
mars 2008 14 décembre 2015 Jean-Francois Cesbron[10]    

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes de la région de Chemillé[11], elle-même membre du syndicat mixte Pays des Mauges. La communauté de communes cesse d'exister le et ses compétences sont transférées à la commune nouvelle de Chemillé-en-Anjou.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 777 habitants, en augmentation de 3,32 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8303198521 404876816854894965
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
958919954932918999920886803
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
774694668660656625644572571
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2013
625667644691693679688772777
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,4 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 27,5 %, 15 à 29 ans = 15,7 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 17,2 %, plus de 60 ans = 17,8 %) ;
  • 49,6 % de femmes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 16,4 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 14,4 %, plus de 60 ans = 24,1 %).
Pyramide des âges à Saint-Lézin en 2008 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,8 
4,6 
75 à 89 ans
8,9 
12,9 
60 à 74 ans
14,4 
17,2 
45 à 59 ans
14,4 
21,9 
30 à 44 ans
24,0 
15,7 
15 à 29 ans
16,4 
27,5 
0 à 14 ans
21,1 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 66 établissements présents sur la commune à fin 2010, 44 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 6 % du secteur de la construction, 35 % de celui du commerce et des services et 8 % du secteur de l'administration et de la santé[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Zone humide et son parcours pédagogique.
  • Le domaine culturel dans le parc de l'ancien presbytère se transforme chaque année en lieu d'accueil pour les chantiers internationaux et le point accueil jeunes pour les vacances d'été. Dans le bâtiment principal la bibliothèque municipale occupe tout le rez-de-chaussée, et à l'étage sont organisées des activités culturelles autour de l'environnement, de la musique et du cirque. Des constructions écologiques, un préau avec cuisine d'été pour les camps, un chapiteau de 500 places et des dépendances complètent le site.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : S-Z, t. 4, Angers, H. Siraudeau, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF35857376, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Préfecture de Maine-et-Loire, « Recueil des actes administratifs du 30 septembre 2015 », (consulté le ), Arrêté DRCL/BCL/2015-58 du 24 septembre 2015 portant création de la commune nouvelle de Chemillé-en-Anjou.
  2. IGN et BRGM, Géoportail Saint-Lézin (49), consulté le 24 octobre 2012.
  3. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874 1878, Édition révisée de 1996 par André Sarazin et Pascal Tellier, t. 4, p. 155
  4. CC de Chemillé, Identité de la commune de Saint-Lézin, consulté le 13 avril 2013.
  5. D'après l'abbé Louis Tardif, auteur de Saint Lézin, évêque d'Angers.
  6. Archives départementales du Maine-et-Loire, Registre paroissial de l'église Saint-Lézin de Saint-Lézin, 1773-1782 Départementale, p. 32.
  7. « Feu vert pour trois communes nouvelles », sur Ouest-France, .
  8. « Présentation du conseil de Saint-Lézin », sur Mairie de Chemillé-en-Anjou, (consulté le ).
  9. « Chemillé-en-Anjou. Les maires délégués de Chemillé-en-Anjou », sur Ouest-France, (consulté le ).
  10. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le ).
  11. Insee, Composition de l'EPCI de la Région de Chemillé (244900577), consulté le 25 août 2013
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  16. « Évolution et structure de la population à Saint-Lézin en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  17. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le )
  18. Insee, Statistiques locales du territoire de Saint-Lézin (49), consultées le 19 mai 2013.