Chavannaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chavannaz
Vue du côté est du village de Chavannaz.
Vue du côté est du village de Chavannaz.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Canton Saint-Julien-en-Genevois
Intercommunalité CC du val des Usses
Maire
Mandat
Alain Camp
2014-2020
Code postal 74270
Code commune 74066
Démographie
Population
municipale
208 hab. (2014)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 05″ nord, 6° 01′ 01″ est
Altitude Min. 438 m – Max. 703 m
Superficie 3,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Chavannaz

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Chavannaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chavannaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chavannaz

Chavannaz (se prononce Chavanne[Note 1]) est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants se nomment les Chavannois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans la vallée des Usses à l'extrême sud-ouest du bassin genevois, le village est situé au pied de la montagne de Vuache, qui s'étend au nord-ouest. C'est une chaîne dorsale de 13 km de long sur 1,5 km de large d'altitude 700 à 1 101 m (mont Vuache), délimitant l'extrême sud-ouest du bassin genevois.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cernex Rose des vents
Minzier N Cernex
O    Chavannaz    E
S
Marlioz

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chavannaz F-74270, vue ouest.

Le nom pourrait venir du gaulois capanna signifiant « hutte, cabane, petite ferme » et bas-latin cabana. En vieux français chavane désignait une exploitation agricole. En Savoie et en Suisse, le terme désignait plutôt une construction réservée à la fabrication des fromages.

Cependant, un chercheur a constaté que les chavannes étaient fréquemment situées à proximité d'un ancien lieu sacré des druides. D'ailleurs, en langue savoyarde chavant désigne le chat-huant, oiseau associé aux druides. Dans le cas de Chavannaz, on peut trouver, effectivement tout à côté, un hameau appelé la Chapelle, sans doute la récupération d'un ancien lieu sacré des druides par les chrétiens. Si cette théorie est exacte, Chavannaz désignerait alors le lieu où vit un druide, symbolisé par son oiseau le chavant, près du lieu sacré où il officie.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Shavana, selon la graphie de Conflans[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 651 signatures[Note 2], dont 28 pour la paroisse[7]. Le duché est réuni à la France à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Alain Camp ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Régionales 2004 1er tour[modifier | modifier le code]

Résultats complets

Inscrits 111
Votants 80 72,07 %
Exprimés 75 93,75 %
LCR/LO 2 2,67 %
PS/PCF/PRG 15 22,00 %
Verts 18 24,00 %
DVD 1 1,33 %
UDF/UMP 33 44,00 %
FN 5 6,67 %
MNR 1 1,33 %

Économie[modifier | modifier le code]

  • Taxe d'habitation 2003 : 14,91 % - foncière bâtie 22,71 % - professionnelle 32,74 %.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune est située 26 km au nord-est d'Annecy et à 10 km au nord-est de Frangy. Elle est desservie par :

  • la RN 508 section Annecy - Bellegarde-sur-Valserine, par la RD 27 (Annecy) et par la RD 123 (Frangy) ;
  • l'autoroute A40, sortie « Saint-Julien-en-Genevois » (12 km) ;
  • le TGV ou TER dans les gares de Genève (22 km), Bellegarde-sur-Valserine (24 km) et Annecy (27 km) ;
  • l'aéroport international de Genève-Cointrin (22 km) ou l'aéroport régional d'Annecy (25 km).

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 208 habitants, en augmentation de 12,43 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
155 157 162 195 233 268 274 278 276
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
274 252 247 229 213 202 182 192 196
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
157 133 145 126 106 108 95 78 80
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
111 111 137 173 189 208 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 331-335 « Le canton de Frangy », p. 351 « Chavannaz ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le -az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe[1],[2],[3].
  2. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenu par l’Angleterre[5],[6].
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007)
  2. Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  3. « Toponymie arpitane : les noms en -oz, -az, -ex, -ix », sur Arpitan.com - Fédération internationale de l'arpitan (consulté le 20 juillet 2016).
  4. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 15
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  5. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98
  6. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France, Le Messager : Horvath, , p. 163.
  7. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne), p. 131.
  8. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .