Chambre des représentants (Chypre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chambre des représentants
(el) Voulí ton Antiprosópon
(tr) Temsilciler Meclisi

(el) Βουλή των Αντιπροσώπων

XIe législature

Description de l'image Armoiries de Chypre.svg.
Présentation
Type Monocaméral
Création
Lieu Nicosie
Présidence
Président Demetris Syllouris (KA)
Élection
Structure
Membres 56 représentants
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques

Gouvernement (20)

Opposition (35)

Vacant (1)

  • Vacant (1)
Élection
Système électoral
Dernière élection 22 mai 2016

Bâtiment de la Chambre des représentants

Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du lieu de réunion.
Divers
Site web parliament.cy
Voir aussi Politique à Chypre

La Chambre des représentants[1] (en grec moderne : Βουλή των Αντιπροσώπων romanisé : Vouli ton Antiprosópon ; en turc : Temsilciler Meclisi) est le parlement monocaméral de Chypre, composé de 56 sièges pourvus au scrutin proportionnel plurinominal auxquels s'ajoutent 3 représentants des minorités Maronite, Latines, et arméniennes, sans droit de vote. Les 24 sièges réservés à la communauté turque de l’île ne sont pas pourvus depuis la partition de l'île en 1974.

Système électoral[modifier | modifier le code]

Sièges par district[2]
Nicosie 20
Limassol 12
Famagouste 11
Larnaca 6
Paphos 4
Kyrenia 3
Total 56

La Chambre des représentants est officiellement composée de 80 sièges, dont 70 % reservés aux chypriotes grecs et 30 % aux Chypriotes turcs, soit respectivement 56 et 24 sièges. En raison de la partition de l'île en 1974, cependant, seuls les sièges des chypriotes grecs sont pourvus[3].

La Chambre des représentants est ainsi de facto composée de 56 sièges pourvus pour cinq ans au scrutin proportionnel plurinominal dans six circonscriptions de 3 à 20 sièges correspondant aux six districts de l'île. Les listes sont ouvertes, avec la possibilité pour les électeurs d'effectuer un vote préférentiel envers un candidat de la liste choisie afin de faire monter sa place dans celle ci, à raison d'un vote préférentiel par tranche de quatre sièges à pourvoir dans la circonscription[4],[2].

La répartition des sièges s'effectue en deux temps après décompte des suffrages. Dans un premier temps, les listes reçoivent des sièges dans chaque circonscription selon la méthode du quotient électoral, qui attribue autant de sièges à un parti que le nombre de fois que son nombre de suffrages franchit le quotient, calculé en divisant le total des suffrages exprimés dans la circonscription par le nombre de siège qui y sont à pourvoir. Puis, l'ensemble des sièges restants sont répartis selon la méthode du plus fort reste, au moyen du quotient de Hare, à tout les partis ayant obtenu au moins un siège à la première répartition ou ayant franchi le seuil électoral de 3,6 % des voix au niveau national. Le seuil électoral était auparavant de 1,8 % avant son relèvement en 2015[4],[2].

Une fois défini le nombre de siège remporté par chaque parti, ceux ci sont répartis selon l'ordre des noms figurant dans la liste, en prenant en compte les éventuels votes préférentiels réunis par les candidats en leur nom propre. Les têtes de liste reçoivent cependant toujours un siège en priorité[4],[2].

Enfin, trois sièges sont réservés à des représentants des minorités religieuses arméniennes, latines et maronites, les électeurs concernés disposant d'un vote pour ces élections en plus de leur vote pour celles ordinaires. Les trois représentants religieux ne sont cependant présent au parlement qu'en tant qu'observateurs sans droit de vote, et ne sont généralement pas compter dans le total des députés[4].

Liste des présidents de la Chambre des représentants de Chypre[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Chambre des représentants
  2. a b c et d « Loi électorale », sur www.europam.eu (consulté le 12 janvier 2021).
  3. « Parliament Of Cyprus », sur www.parliament.cy (consulté le 12 janvier 2021).
  4. a b c et d « OSCE/ODIHR NEEDS ASSESSMENT MISSION REPORT », sur www.osce.org (consulté le 12 janvier 2021).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]