Parti progressiste des travailleurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parti progressiste des travailleurs (AKEL)
Image illustrative de l'article Parti progressiste des travailleurs
Logotype officiel.
Présentation
Secrétaire général Ándros Kyprianoú
Fondation
Siège Nicosie (Chypre)
Positionnement Gauche
Idéologie Communisme
Eurocommunisme
Réunification de Chypre
Affiliation européenne Parti de la gauche européenne
Affiliation internationale Conférences internationales des partis communistes et ouvriers
Couleurs rouge
Site web http://www.akel.org.cy
Représentation
Députés
16 / 56
Députés européens
2 / 6

Le Parti progressiste des travailleurs (AKEL) (en grec, Ανορθωτικό Κόμμα Εργαζόμενου Λαού, AKEΛ) est un parti politique chypriote, d'orientation communiste.

Il est le premier parti politique chypriote depuis 2001. Aux dernières élections législatives en 2006, il a obtenu 18 sièges (deux de moins qu'en 2001). Il dispose également de deux députés européens qui font partie du groupe Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique. Son leader de l'époque, Dimítris Khristófias, a obtenu plus de 33 % des voix au premier tour de l'élection présidentielle du 17 février 2008, et a été élu à 53 % des suffrages au second tour face à son adversaire conservateur Ioánnis Kasoulídis. Depuis 2013, le Parti progressiste des travailleurs est à nouveau dans l'opposition.

Ándros Kyprianoú est secrétaire général du parti depuis janvier 2009, remplaçant le président Dimitris Christofias à ce poste.

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Le Parti progressiste des travailleurs milite pour l'indépendance de Chypre vis-à-vis de la Grèce et de la Turquie. Il souhaite la réunification de l'île avec une solution fédérale, ainsi que la démilitarisation et le non-alignement du pays. Il était pour l'entrée de Chypre dans l'Union européenne sous conditions.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créé en 1926, sous le nom de Parti communiste de Chypre (KKK), il était au départ opposé à l'Énosis (union avec la Grèce) et prônait l'indépendance du pays. Il devint illégal en 1931, par décision du gouvernement colonial britannique à la suite d'émeutes nationalistes. En 1941, les dirigeants de ce Parti interdit fondèrent AKEL avec d'autres hommes politiques de gauche. Aux premières élections municipales en 1943, les candidats d'AKEL remportèrent les mairies de Limassol (Ploutis Servas) et Famagouste (Adam Adamantos).

Contrairement à son prédécesseur, AKEL n'était pas opposé à l'Énosis. Il réclamait un processus d'indépendance graduel, qui commencerait par une constitution et un gouvernement autonome (en conservant le statut de colonie), et ayant pour but l'auto-détermination et l'Enonsis.

À partir de 1955, AKEL s'opposa aux pratiques violentes employées par le mouvement de résistance anti-britannique EOKA. L'EOKA accusa AKEL de collaboration avec les britanniques, bien qu'AKEL ait aussi été déclarée illégale en 1955. L'EOKA fut à l'origine de plusieurs assassinats de membres. AKEL accusa l'EOKA d'être anti-communiste, notamment sur la base de la participation de Georges Grivas à la guerre civile grecque du côté opposé aux communistes. Durant ces mêmes années, l'Organisation de résistance turque, organisation nationaliste issue de la partie turque de Chypre, commence à viser les membres turcs de l'AKEL, qui sont forcés de quitter l'île, à l'instar de Ahmet Sadi, ou sont assassinés, comme Fazil Onder. Le dernier membre turc chypriote du Comité central d'AKEL, Derviş Ali Kavazoğlu est tué en 1965 par le TMT.

À la première élection présidentielle à la suite de l'indépendance de Chypre, AKEL soutient le candidat Ioannis Kliridis contre Makarios III. En 2001, AKEL remporte la victoire aux élections législatives et son secrétaire général, Dimítris Khristófias, est élu président du Parlement, pour la première fois dans l'histoire de Chypre. Il était également soutenu par le Mouvement pour la démocratie sociale (EDEK) et par le Parti démocrate (DIKO).

La coalition de ces trois partis présenta un candidat unique à l’élection présidentielle de 2003, le président du DIKO Tássos Papadópoulos, qui remporte les élections. L'AKEL entre alors au gouvernement chypriote avec quatre portefeuilles ministériels.

Lors des élections législatives du , le parti maintient sa place de premier parti de Chypre acquis en 2001 avec 31,1 % des suffrages et 18 des 56 sièges malgré la perte de 3,6 % des suffrages et de deux sièges.

En présentant Dimitris Christofias à l'élection présidentielle des 17 et 24 février 2008, AKEL amène, une première dans l'Union européenne, un communiste à la présidence.

Celui-ci est remplacé en janvier 2009 par Ándros Kyprianoú au poste de secrétaire général d'AKEL. Dimitris Christofias ne se représente pas à un second mandat ; l'élection présidentielle de 2013 est remportée par le candidat conservateur, face au candidat soutenu par les communistes.

Liste des secrétaires généraux
Période Nom
1936-1945 Ploutis Servas
1945-1949 Fifis Ioannou
1949-1989 Ezekías Papaioánnou
1989-2009 Dimítris Khristófias
2009- Ándros Kyprianoú

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Chambre des représentants[modifier | modifier le code]

Année Votes Sièges
Voix  % Rang
1960 51 719 35,0 2d
5 / 50
1970 68 229 34,1 1er
9 / 35
1976 avec DIKO et EDEK
9 / 35
1981 95 364 32,8 1er
12 / 35
1985 87 628 27,4 3e
15 / 56
1991 104 771 30,6 2d
18 / 56
1996 121 958 33,0 2d
19 / 56
2001 142 648 34,7 1er
20 / 56
2006 131 237 31,1 1er
18 / 56
2011 132 171 32,7 2d
19 / 56
2016 90 204 25,7 2d
16 / 56

Parlement européen[modifier | modifier le code]

Année Votes Sièges
Voix  % Rang
2004 93 212 27,9 2d
2 / 6
2009 106 922 34,9 2d
2 / 6
2014 69 852 27,0 2d
2 / 6

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]