Cars (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cars
Cars (Gironde)
Vignobles et église de Cars.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Blaye
Intercommunalité Communauté de communes de Blaye
Maire
Mandat
Xavier Zorrilla
2020-2026
Code postal 33390
Code commune 33100
Démographie
Gentilé Carsiens, Carsiennes
Population
municipale
1 187 hab. (2017 en augmentation de 2,24 % par rapport à 2012)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 48″ nord, 0° 37′ 09″ ouest
Altitude Min. 17 m
Max. 71 m
Superficie 11,11 km2
Élections
Départementales Canton de l'Estuaire
Législatives Onzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Cars
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Cars
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cars
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cars
Liens
Site web http://www.cars33.fr

Cars est une commune du Sud-Ouest de la France, dans le département de la Gironde en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les carsiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune viticole située dans le Blayais. Elle est limitrophe à l'ouest de la commune de Blaye.


Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cars
Saint-Martin-Lacaussade Saint-Paul
Blaye Cars Berson
Plassac

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune se présente sous la forme d'un plateau vallonné dominant à 70m NGF environ au niveau des lieux-dits Les Ricards, Beaufils et au niveau du cimetière, au nord-est de l'église. Son territoire est ponctué de plusieurs sources, dont celle du Brouillon, principal ruisseau de la commune.

Prenant sa source au nord-est du bourg et affichant un cours en arc de cercle, Le Brouillon s'écoule vers le sud, traverse Berson, matérialise la limite communale entre Plassac et Villeneuve, avant de se jeter dans la Gironde sur la commune de Plassac.

Prenant sa source à l'ouest du bourg, le ruisseau du Saugeron traverse la pointe sud de Saint-Martin-Lacaussade puis Blaye où il participe à la protection méridionale de la Citadelle avant de se jeter dans la Gironde.

Au nord de la commune, les sources alimentent le ruisseau de la Courtebotte, affluent du ruisseau de la Moulinatte.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune s'étend à l'ouest du carrefour des :

  • RD937, tronçon de l'ancien axe reliant Blaye à Saint-André-de-Cubzac,
  • du barreau de la RD137, réalisé pour contourner Blaye, dans les échanges entre Saintes et Saint-André-de-Cubzac,
  • RD251, permettant de rejoindre Bourg.

Avec la RD937, deux autres voies convergent vers Blaye, d'est en ouest, en traversant Cars :

  • au nord, la RD22, rejoignant Saint-Savin,
  • au sud, la petite RD133E3, rejoignant la RD133.

Du nord au sud, la commune et son bourg sont traversés par la RD133, petite voie départementale desservant les villages en retrait de la côte estuarienne, de Saint-Genès-de-Blaye à Tauriac.

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Par le passé, la commune était traversée et desservie par la voie ferrée reliant Blaye à Saint-André-de-Cubzac, via Saint-Mariens. Un arrêt facultatif existait à la gare de Cars, située à La Sauvetat. La ligne est fermée en 1954 pour le service voyageurs et en 2005 pour le service marchandise.

Depuis 2005, des associations locales et plusieurs élus locaux militent pour la réouverture d'une liaison ferroviaire au service de voyageurs entre Blaye et Bordeaux avec la réhabilitation du tronçon entre Blaye et Saint-Mariens[1].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes de transport n°201 et n°202 du service TransGironde reliant l'Hôtel de Ville et l'Embarcadère de Blaye à respectivement La Butinière à Lormont et la place Ravezies à Bordeaux. Trois arrêts sont proposés sur Cars : Sociodeau (par les deux lignes), bourg et Le Ripassou (par la ligne n°202).

Une aire de covoiturage existe au carrefour des RD137, RD937 et RD251, sur la commune de Berson.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Cars appartient à l'unité urbaine de Blaye et à son aire urbaine.

Urbanisation[modifier | modifier le code]

Traduction de son terroir et son histoire agricoles, Cars présente globalement une urbanisation très diffuse. La commune fait partie de l'unité urbaine de Blaye. Elle accueille en effet une partie de la zone commerciale de l'agglomération qui compte trois principales enseignes de supermarché.

Le bourg se distingue par sa localisation centrale, sa position dominante sur une petite colline et le signal du clocher de son église. Son urbanisation s'est étendue et s'est étoffée vers l'ouest, en deçà du vieux bourg, par des zones pavillonnaires.

Au sud-est, se distinguent les hameaux Le Ripassou (traversé par la RD937)), Le Coudeau et Peyreau.Au nord, à proximité de la RD22, se distinguent les hameaux Les Bernard, la Sauvetat et la zone agglomérée englobant les lieux-dit de Prend-Garde, Bracaille et Font-Roux.

Logement[modifier | modifier le code]

Cars compte 605 logements en 2016 dont 532 résidences principales et seulement 18 résidences secondaires et logements occasionnels. Entre 2006 et 2016, le parc de logements a progressé de 46 logements.

48,7% des résidences principales ont été construites avant 1945.

Risques[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par :

  • le risque technologique de transport de matières dangereuses
  • le risque inondation par débordement de cours d'eau et submersion marine
  • le risque mouvement de terrain par retrait-gonflement des sols argileux
  • un risque sismique de niveau 2 - faible.

Plans et schémas[modifier | modifier le code]

Cars dispose d'un Plan Local d'Urbanisme approuvé le 26 septembre 2011.

La commune est concernée par :

  • le SCOT Haute Gironde,
  • le PCAET de la Communauté de communes de Blaye,
  • le SAGE Estuaire de la Gironde et milieux associés,
  • le SAGE Nappes Profondes de Gironde,
  • le SDAGE Adour-Garonne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1989 2008 Guy Rousseau SE Viticulteur
mars 2008 2014 Jean Chety SE Viticulteur exploitant
mars 2014 mai 2020 Alain Jourdan DVD[2] Agriculteur retraité
mai 2020[3] En cours Xavier Zorrilla    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2017, la commune comptait 1 187 habitants[Note 1], en augmentation de 2,24 % par rapport à 2012 (Gironde : +6,72 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4971 3031 3771 3541 6401 3391 3461 4311 507
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5061 5171 5571 5201 5781 4521 3131 3631 393
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5331 5351 4611 3151 3341 3261 2641 0871 201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 1601 2551 1781 1911 1861 1891 1751 1731 171
2013 2017 - - - - - - -
1 1621 187-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cars compte une école publique rassemblant des classes maternelles et primaires et disposant d'un service de garderie.

Les collèges et lycées les plus proches se situent à :

  • Blaye, à 3km environ : le Collège Sébastien Vauban et le Collège Jean d'Arc Saint-Romain, le Lycée Jaufré Rudel et le Lycée professionnel de l'Estuaire;
  • Bourg, à 11km: le Collège Jacques Prévert ;
  • Pauillac à moins de 13km : le Collège Saint-Jean et le Colège Pierre de Belleyme, les Lycées Odilon Regon, le Lycée Saint-Jean et le Lycée agricole Agir.

Economie[modifier | modifier le code]

En 2016, Cars compte 703 actifs pour 503 emplois sur son territoire. Seuls 19,1% des actifs travaillent sur Cars.

Au 31 décembre 2015, sont recensés 128 établissements actifs dont 32 relevant de l'agriculture et 72 du secteur Commerce, transports, services divers.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune de Cars fait partie du réseau « Blaye Bourg Terres d’Estuaire » regroupant depuis 2018 les Offices de Tourisme de Blaye, Bourg Cubzaguais, Saint-Ciers-sur-Gironde et Saint-Savin.


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous les formes romanes Quartz (Sanctus Petrus de ~, 1339), Cartz (1361)…

Ce toponyme est très ancien : le village tire son nom de sa situation sur une butte de 70 m, signalée par l'oronyme préindoeuropéen kar- 'pierre, roche'[8],[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’occupation ancienne du site de Cars est confirmée par les découvertes au XIXe siècle de vestiges d’époque gallo-romaine et notamment de débris de fabrique signalés par F. V. Jouannet et E. Guillon.

Par ailleurs, la paroisse de Cars est ancienne, puisque son église, telle qu’on peut la voir aujourd’hui, est construite aux XIe et XIIe siècles. La tradition rapporte aussi l’existence d’un manoir de cette même époque à l’emplacement de l’une des maisons situées sur le sommet du plateau.

En 1873, la première ligne des chemins de fer de l’État, de Blaye à Saint-Mariens, passe par la gare-station de Cars Saint-Paul et profite ainsi au village. En 1889, la Société des chemins de fer du Blayais inaugure son deuxième tronçon de Blaye à Saint-André-de-Cubzac.

Vers 1900, deux petits fours à chaux sont implantés qui bientôt sont transformés en une plus importante industrie par la famille Touret-Tavernier[10].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre de Cars réputée pour le clocher fait de mosaïques aux couleurs chaudes. Elle est classée aux monuments historiques.
  • Château Peybonhomme produit sur son vignoble des vins en appellation Premières Côtes de Blaye. Il est situé aux confins du territoire de Cars, plus près de la commune de Blaye.
  • Château Pardaillan appartient depuis 1971 aux vignobles Bayle-Carreau, qui possèdent plusieurs châteaux sur les secteurs de Blaye et de Bourg. Les quinze hectares de vignes sont exploités en Premières Côtes de Blaye.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Blaye : un rassemblement pour le rétablissement d'une ligne de train vers Bordeaux », sur France Bleu, (consulté le 8 mai 2020)
  2. « Résultats municipales 2020 à Cars », sur lemonde.fr (consulté le 7 novembre 2020).
  3. « Xavier Zorrilla, nouveau maire », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 22.
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6).
  9. Jacques Astor, Dictionnaire des noms de famille et des noms de lieux du midi de la France, Millau, Éditions du Beffroi, , 1293 p. (ISBN 2-908123-59-2, notice BnF no FRBNF39034098).
  10. Paulette Birolleau-Brissac, Histoire de Blaye, Éditions de la Société des amis du vieux Blaye,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]