Carrefour Pleyel (métro de Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pleyel (homonymie) et Saint-Denis Pleyel (métro de Paris).

Carrefour Pleyel
Image illustrative de l’article Carrefour Pleyel (métro de Paris)
Localisation
Pays France
Ville Saint-Denis
Coordonnées
géographiques
48° 55′ 12″ nord, 2° 20′ 38″ est

Géolocalisation sur la carte : Paris et la petite couronne

(Voir situation sur carte : Paris et la petite couronne)
Carrefour Pleyel
Caractéristiques
Voies 3
Quais 2
Zone 2
Transit annuel 2 829 368 (2013)
Historique
Mise en service
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 19-13
Ligne(s) (13)
Correspondances
Bus (BUS) RATP 139 255 274
Noctilien (N) N44 NOCTILIEN.png
(13)

Carrefour Pleyel est une station de la ligne 13 du métro de Paris, dans le secteur de la Plaine Saint-Denis situé sur la commune de Saint-Denis, à proximité de celle de Saint-Ouen-sur-Seine, dans le département de la Seine-Saint-Denis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le carrefour Pleyel est depuis longtemps un pôle important de transports en commun, comme l'indique cette carte du réseau de la STCRP de 1925, montrant les 4 lignes passant par le Carrefour
Le carrefour Pleyel est depuis longtemps un pôle important de transports en commun, comme l'indique cette carte du réseau de la STCRP de 1925, montrant les 4 lignes passant par le carrefour.
Les derniers de ces tramways furent supprimés en 1936.

Dans le cadre du « plan des grands travaux contre le chômage en région parisienne », le prolongement de Porte de Saint-Ouen au Carrefour Pleyel est décidé et les crédits octroyés dès le . Les travaux commencent en . Les chantiers progressent d'abord rapidement avant que les autorités allemandes ne les freinent pour les interrompre totalement en 1943. Les travaux sont au ralenti à la Libération puis reprennent leur marche normale avec le rétablissement progressif des approvisionnements. En 1948, l'infrastructure est réalisée puis la station équipée au début de 1950[1].

L'après-guerre est une période de faible investissement pour la RATP[2], si bien que la station n'est ouverte qu'en 1952 pour constituer alors le nouveau terminus de la ligne 13 jusqu'au , date à laquelle cette branche est prolongée jusqu'à Basilique de Saint-Denis.

Son nom provient du carrefour Pleyel, où se croisent historiquement deux axes routiers majeurs : la RN 14 et la route de la Révolte, et, plus récemment, des bretelles d'accès à l'autoroute A86. Le facteur de pianos et compositeur autrichien Ignace Joseph Pleyel (1757-1831) fonda à Paris une maison d’éditions musicales et, en 1807, sa célèbre manufacture de pianos à l'emplacement de ce carrefour. La marque Pleyel est toujours active, mais la manufacture a quitté Saint-Denis. Afin de pérenniser cette histoire, la ville de Saint-Denis a dénommé Place des pianos un lieu situé à proximité.

Panneau mural pour le centenaire du métro parisien.

Pour le centenaire du métro parisien, la station a été choisie pour être décorée selon la thématique « Musique ». Des systèmes interactifs d'éclairage et de diffusion de sons ont été mis en place, notamment dans le sous-sol de la station, ancien terminus qui possédait des aménagements pour les employés de la RATP, aujourd'hui inutilisés. Mais, à la suite de plaintes des conducteurs, perturbés par l'installation, et de l'association des usagers de la ligne 13, l'œuvre interactive a été arrêtée au bout de deux semaines de fonctionnement[réf. nécessaire].

En 2011, 2 754 091 voyageurs sont entrés à cette station[3]. Elle a vu entrer 2 829 368 voyageurs en 2013, ce qui la place à la 192e position des stations de métro pour sa fréquentation sur 302[4],[5].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Différentes entrées permettent d'accéder à la station par des escaliers : sur la place des Pianos, le Cap Ampère, le boulevard Anatole-France ainsi que sur le boulevard Ornano (côté des nos  pairs et impairs).

Quais[modifier | modifier le code]

La station possède un quai latéral (desservi par les rames en direction de Saint-Denis) et un quai central, encadré de deux voies desservies par les rames à destination de Châtillon, le tout sous une voûte semi-elliptique. Cette configuration particulière est due à son statut de terminus qu'elle a eu de 1952 à 1976, puis pour desservir l'atelier de Pleyel à partir de 1974, atelier souterrain d'entretien des rames de la ligne. Elle possède trois bandeaux d'éclairage spécifiques constitués d'une ossature tubulaire sur lesquels sont accrochés des tubes transparents recevant les néons. Les carreaux en céramique blancs biseautés recouvrent les piédroits, la voûte, les tympans et les débouchés des couloirs. Les quais sont équipés de sièges du style « Motte » blancs et le nom de la station est inscrit en faïence dans le style de la CMP d'origine sur les piédroits, et en police de caractère Parisine sur plaques émaillées sur les panneaux centraux du quai central. Les cadres publicitaires sont particuliers : en faïence de couleur marron et avec des motifs simples, ils sont surmontés de la lettre « M ». Ces mêmes cadres ne sont présents que dans 7 autres stations du métro parisien.

Exceptionnellement, il peut arriver que des rames venant de Saint-Denis - Université aient pour terminus Carrefour Pleyel avec, dans ce cas, transbordement des voyageurs vers une autre rame située sur l'autre voie, sur le même quai, pour assurer la continuité du trajet vers Paris.

Du fait de son ancien statut de station terminus, elle possède plusieurs voies de garage ou de manœuvre, situées de part et d'autre, dans les tunnels, et dont l'une donne accès à l'atelier de Pleyel.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes 139, 255 et 274 du réseau de bus RATP et, la nuit, par la ligne N44 du réseau Noctilien. Témoin de la césure de ce quartier vis-à-vis du centre-ville de Saint-Denis, la station est située en zone 2, comme celles de Saint-Ouen, tandis que les autres stations dionysiennes sont en zone 3.

À proximité[modifier | modifier le code]

À proximité de la station, un poste de redressement avec un ancien logo RATP.

Le quartier du Carrefour Pleyel comprend notamment :

  • les centres d'ingénierie du Groupe EDF Cap Ampère, CEIDRE et le dispatching national, situés à proximité de la station ;
  • la tour Pleyel ;
  • divers organismes du pôle de santé publique implanté à la Plaine Saint-Denis, tels que l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (appelée auparavant Agence du médicament) ou l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé ;
  • la Cité du cinéma, due au réalisateur et producteur Luc Besson ; inaugurée le , celle-ci est implantée dans l'ancienne usine électrique qui alimentait le métro parisien ;
  • un important pôle d'entreprises du secteur tertiaire.

Projets[modifier | modifier le code]

À l'horizon 2024, la station devrait être située à proximité d'un pôle multimodal majeur, celui prévu par le Grand Paris Express pour la future station Saint-Denis Pleyel[6] et la gare du Stade de France (RER D) qui doivent être réunies par le franchissement Pleyel[7].

La nouvelle gare Saint-Denis Pleyel devrait, quant à elle, se situer à l’ouest du faisceau ferroviaire, à l’angle des rues Pleyel et Francisque-Poulbot[6]. Elle sera une station de la ligne 15 et le futur terminus des lignes 14, 16 et 17.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Robert, Notre métro, Paris, 1967, p. 145.
  2. Michel Margairaz (dir. Henri Zuber et Sheila Hallsted-Baumert), « Guide des sources de l'histoire des transports publics urbains à Paris et en Île-de-France XIXe-XXe siècles », sur Publications de la Sorbonne, (consulté le 13 août 2018), p. 35.
  3. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr (consulté le 5 février 2014).
  4. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr (consulté le 31 août 2014).
  5. Le nombre de 302 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 303 stations et non 302 en 2013.
  6. a et b [PDF] « Schéma d'ensemble. Atlas cartographique » (version du 21 août 2012), p. 23 et 24 du PDF, www.societedugrandparis.fr (consulté le 1er octobre 2012).
  7. « Le franchissement Pleyel, un pont dont les fondations sont désormais posées », sur societedugrandparis.fr, (consulté le 15 juillet 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]