Buvrinnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Buvrinnes
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Commune Binche
Code postal 7133
Zone téléphonique 064
Démographie
Gentilé Buvrinnois(e)[1],[2]
Population 1 911 hab. (01/01/2007)
Densité 118 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 23′ N 4° 12′ E / 50.383, 4.250° 23′ Nord 4° 12′ Est / 50.383, 4.2  
Superficie 1 625 ha = 16,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative de Hainaut
City locator 14.svg
Buvrinnes

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Buvrinnes

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Buvrinnes
Liens
Site officiel néant

Buvrinnes (en wallon Buvrene) est une section de la ville belge de Binche située en Région wallonne dans la province de Hainaut. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Elle a conservé son caractère strictement rural.


Géographie[modifier | modifier le code]

Buvrinnes représente un territoire relativement vaste par rapport aux villages environnants puisqu’il couvre environ 1 625 ha. Plus de 1 000 ha sont encore actuellement cultivés par les quelques exploitations agricoles restantes. En plus des terres agricoles, une partie plus boisée s’étend sur l’est (Bois Le Comte) et le sud (Bois des Communes)[3]. Enfin, une zone humide et marécageuse d'environ 2 ha, souvent appelée Marais de Buvrinnes, est située près du centre du village. Elle contient plusieurs espèces animales et végétales remarquables[4] et figure sur la liste des candidats au réseau Natura 2000 en Wallonie[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné dans différentes graphies : en 868, Beverna ; en 1015, Beurunnes. Selon l'étymologie la plus plausible, Buvrinnes signifie « la rivière des castors » et remonte soit au gaulois *Bebrona, de bebros, « le castor », soit au germanique *Bibruno, de *bibru, signifiant lui aussi « le castor »[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire est habité dès l’Antiquité, comme en atteste une sépulture romaine datant du IIe siècle de notre ère, découverte en octobre 1966[7]. Cependant, on retrouve pour la première fois le nom de « Buvrinnes » vers 868-869, dans le polyptyque de l’abbaye de Lobbes[8]. Autrefois terre faisant partie de l'alleu de Binche et appartenant aux comtes de Hainaut (XIIIe siècle), Buvrinnes compte, de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle, deux seigneuries, « Walhain » et « Fantignies »[9]. En 1695, le village est ravagé par les troupes françaises du maréchal de Villeroy. Le 12 mai 1794, l'avant-garde de l'armée française y livre des combats sanglants contre les troupes autrichiennes du prince de Cobourg[8].

En 1870, Buvrinnes revend environ 37 ha de son territoire à la ville de Binche, dont le quartier de la gare est en plein développement[10]. L'argent de cette vente permet au bourgmestre de l'époque, Isidore Mabille, de construire les bâtiments de la maison communale et des écoles. Le 20 mars 1876, une ligne de chemin de fer, la ligne 110, est inaugurée entre Piéton et Buvrinnes via Anderlues. Ce tronçon est prolongé jusqu'à Bienne-lez-Happart et relié à la ligne 109 Mons-Chimay en 1877. En 1960, la SNCB ferme la gare de Buvrinnes et la ligne est déferrée en 1962[11].

Population[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Sa population est de 1 911 habitants au 1er janvier 2007.

Évolution démographique depuis 1801[8]

Économie[modifier | modifier le code]

Les principales activités y sont bien sûr l'agriculture et l’élevage, mais quelques commerces et services sont encore installés dans le centre de l'ancienne commune. Parmi ceux-ci, la seule boulangerie du village produit encore la tarte aux fruits de Buvrinnes.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une école communale maternelle et primaire, appelée « École communale fondamentale - Binche 4 »[12] se trouve au centre du village et accueille une centaine d'élèves. Les principaux bâtiments de cette école ont été construits en 1870, en même temps que l'ancienne maison communale[13].

Culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Buvrinnes fait partie du doyenné de Binche et du diocèse de Tournai[14].

Milieu associatif[modifier | modifier le code]

  • Le Patro du Printemps[15], mouvement de jeunesse local.
  • L'A.J.S. Bonne-Espérance-Buvrinnes, club de football[16].
  • Les sociétés folkloriques de « Gilles » et « Paysans », organisant le carnaval de Buvrinnes le deuxième dimanche de Carême, soit deux semaines après le carnaval de Binche[17].

Administration[modifier | modifier le code]

Avant la fusion des communes de 1977, Buvrinnes était une commune à part entière et, à ce titre, disposait d'un conseil communal propre, composé de neuf membres[18] élus au suffrage universel (commune de 1 000 à 1 999 habitants). Le dernier collège des bourgmestre et échevins buvrinnois comprenait trois membres. À cette époque, Buvrinnes était jumelée à la commune française de Basse-Yutz, en Moselle[19]. Depuis le 1er janvier 1977, le territoire de Buvrinnes est administré par la Ville de Binche.

Listes des bourgmestres de Buvrinnes 1834 à 1976[20]
Bourgmestres Mandat
Maximilien Leclercq 1834-1854
Isidore Mabille 1854-1886
Hippolyte de Looz-Corswarem 1886-1901
Paul Navez 1902-1905
Alfred Noyaert 1905-1912
Albert Lefrancq 1912-1926
René de Looz-Corswarem 1927-1939
Jules Boudart 1939-1940
Victor Staquet 1940-1942
Maurice Maghe 1942-1944
Max Humblet 1944-1945
Armand Feincœur 1945-1946
Abel Van 1946-1947
Léon Navez 1947-1948
Armand Feincœur 1948-1953
Arthur Navez 1953-1965
Comtesse Arnold de Looz-Corswarem,
née Jeanne Impériali des Princes de Francavilla
1965-1976

Bâtiments remarquables[modifier | modifier le code]

Le retable de Saint-Pierre (début du XVIe siècle) dans la paroisse éponyme.
  • L'église Saint-Pierre (1852), de style néogothique. Elle contient deux retables du début du XVIe siècle, l'un en pierre blanche sculptée, l'autre en chêne polychrome[21]. Elle contient également un orgue de Pieter-Hubertus Anneessens construit en 1867 et restauré en 1992 par A. Thomas.
  • L'ancienne maison communale et les bâtiments de l'école (1870)[13].
  • Le château des comtes de Looz-Corswarem (Château de Bois Le Comte) (1883), de style néoclassique et éclectique[22]. Il a été construit en deux parties, l'une à la fin du XIXe siècle par l'architecte binchois Émile Mahieu, pour Gabrielle Ansiau (1842-1896) comtesse Hippolyte de Looz-Corswarem[réf. nécessaire], l'autre en 1910 par l'architecte de la gare de Binche, Pierre Langerock[23]. Les Looz-Corswarem en ont hérité des Ansiau. Henri Ansiau (1810-1879), membre "libéral" de la chambre des représentants de Soignies de 1844 à 1874, est propriétaire en 1850 de 273 hectares à Buvrinnes puis en 1865 de 102 hectares à Casteau, il continue à acheter des terres et lègue en 1879, à ses quatre enfants un total de 1 400 hectares[réf. nécessaire].
  • La seigneurie de Walhain et sa ferme château (XVIIe siècle)[24].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française,‎ 2008 (lire en ligne), p. 29.
  2. Le blason populaire Bénou(s) désigne également les habitants de Buvrinnes. (ibid.)
  3. Arnold de Looz-Corswarem, Buvrinnes, p. 125
  4. Site d'informations sur la biodiversité en Wallonie
  5. Liste des sites candidats au réseau Natura 2000 en Wallonie
  6. Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, p. 172.
  7. Arnold de Looz-Corswarem, Buvrinnes, pp. 112-113.
  8. a, b et c Hervé Hasquin (dir.), Communes de Belgique, t.1, p. 264.
  9. Plus de détails sur ces deux seigneuries sont donnés dans l'ouvrage d'Arnold de Looz-Corswarem, Buvrinnes, pp. 89-105.
  10. ibid., p. 73.
  11. Site consacré aux chemins de fer belges
  12. L'enseignement sur le site officiel de la Ville de Binche
  13. a et b Arnold de Looz-Corswarem, Buvrinnes, p. 82.
  14. Site du diocèse de Tournai
  15. Site de la Fédération nationale des Patros
  16. Site officiel du club
  17. Les carnavals sur le site officiel de la Ville
  18. Arnold de Looz-Corswarem, Buvrinnes, p. 16.
  19. Ibid., p. 183.
  20. Ibid., pp. 79-80.
  21. Ibid., pp. 48-49.
  22. Ibid., p. 106.
  23. Les Châteaux du Hainaut
  24. Site officiel de l'Office de Promotion du Tourisme de Wallonie et de Bruxelles

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arnold de Looz-Corswarem, Buvrinnes : Passé et présent, Mont-sur-Marchienne, Imprimerie Bernard,‎ 1973, 257 p.
  • Eugène de Seyn, Dictionnaire historique et géographique des communes belges, t. 1, Turnhout, Brepols,‎ 1950, 3e éd.
  • Hervé Hasquin (dir.), Communes de Belgique : Dictionnaire d'histoire et de géographie administrative, t. 1, Bruxelles, La Renaissance du Livre,‎ 1983
  • Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, Bruxelles, Racine,‎ 2005, 649 p. (ISBN 2873864095)