Brian Kemp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brian Kemp
Illustration.
Brian Kemp en 2019.
Fonctions
83e gouverneur de Géorgie
En fonction depuis le
(3 ans, 8 mois et 17 jours)
Élection 6 novembre 2018
Lieutenant-gouverneur Geoff Duncan
Prédécesseur Nathan Deal
27e secrétaire d'État de Géorgie

(8 ans et 10 mois)
Élection
Réélection
Gouverneur Sonny Perdue
Nathan Deal
Prédécesseur Karen Handel
Successeur Robyn Crittenden
Sénateur de Géorgie

(4 ans)
Circonscription 46e district
Prédécesseur Doug Haines
Successeur Bill Cowsert
Biographie
Nom de naissance Brian Porter Kemp
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Athens (Géorgie, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Diplômé de Université de Géorgie

Signature de

Brian Kemp
Gouverneurs de Géorgie

Brian Porter Kemp, né le à Athens (Géorgie), est un homme politique américain. Membre du Parti républicain, il est gouverneur de l'État de Géorgie depuis le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Brian Kemp fait ses débuts en politique lorsqu'il est élu au Sénat de Géorgie, en pleine vague républicaine locale. Il est réélu de justesse dans sa circonscription d'Athens en 2004. Deux ans plus tard, il se présente pour devenir secrétaire à l'Agriculture, mais il est battu[1].

En 2010, il est nommé secrétaire d'État par Sonny Perdue lorsque Karen Handel démissionne du poste. Il est ensuite élu pour deux mandats[1]. En tant que secrétaire d'État, il purge massivement les listes électorales de l'État de Géorgie. Des journalistes révèlent qu'en 2016 et 2017 environ 334 000 personnes sur 543 000 auraient été radiées à tort de ces listes[2]. À ce poste, il soutient également les projets de lois sur la liberté religieuse, permettant de discriminer les personnes LGBT pour des raisons religieuses[3].

Gouverneur de Géorgie[modifier | modifier le code]

Lors des élections de 2018, Kemp se présente au poste de gouverneur de Géorgie. En menant une campagne orientée vers la droite du parti[4], il arrive en deuxième position du premier tour de la primaire républicaine avec 26 % des voix, derrière le lieutenant-gouverneur Casey Cagle (39 %) soutenu par l'establishment local dont le gouverneur sortant Nathan Deal[3]. Entre les deux tours de la primaire, il reçoit le soutien du président Donald Trump et profite des faux-pas de Cagle, qu'il bat sévèrement avec près de 70 % des suffrages[3].

Durant la campagne pour l'élection générale face à la démocrate Stacey Abrams, il est notamment critiqué pour superviser l'élection à laquelle il participe, en tant que secrétaire d'État. Il annonce d'ailleurs — sans fondement — enquêter sur un hacking des bases électorales par le Parti démocrate quelques jours avant les élections. Il finit par démissionner de son poste de secrétaire d'État, deux jours après avoir remporté l'élection avec 50,3 % des voix[5]. Il doit sa victoire à ses bons scores dans les régions rurales de l'État[4].

Brian Kemp prête serment et entre en fonction le [6].

Il signe en mai 2019 une loi interdisant l'avortement après six semaines de grossesse. Les femmes ayant recours illégalement à l'avortement s'exposeront à la prison à vie et à la peine de mort. La Cour suprême devrait cependant invalider cette loi[7].

En tant que gouverneur, pendant la pandémie de Covid-19, Kemp interdit aux municipalités et aux comtés de mettre en œuvre des mesures plus restrictives que celles édictées par l'État, n'hésitant pas à attaquer la maire d'Atlanta, Keisha Lance Bottoms, qui impose le port du masque dans l'espace public et la fermeture d'établissements non essentiels[8],[9]. Après des négociations avec la ville, qui autorise notamment la réouverture de certaines entreprises, il met fin à son action en justice[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Greg Bluestein, « Georgia 2018: Brian Kemp enters race for governor », sur politics.myajc.com, (consulté le ).
  2. (en) Erin Durkin, « GOP candidate improperly purged 340,000 from Georgia voter rolls, investigation claims », sur theguardian.com, (consulté le ).
  3. a b et c (en) Alan Blinder et Jonathan Martin, « Brian Kemp Wins Georgia G.O.P. Runoff for Governor to Face Stacey Abrams », sur nytimes.com, (consulté le ).
  4. a et b (en) Greg Bluestein, « Now as a governor-elect, Kemp points to Georgia’s future », sur politics.myajc.com, (consulté le ).
  5. (en) Alan Blinder, « Brian Kemp Resigns as Georgia Secretary of State, With Governor’s Race Still Disputed », sur nytimes.com, (consulté le ).
  6. (en) « Brian Kemp is sworn into office », sur The Atlanta Journal Constitution,
  7. « Dans l'État de Géorgie, avorter après six semaines de grossesse c'est risquer la prison. Ou la peine de mort », sur Slate.fr,
  8. Hélène Vissière, « Coronavirus : aux États-Unis, la déferlante n'en finit pas », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le ).
  9. a et b (en) Vanessa Romo, « Governor Drops Lawsuit Against Atlanta Mayor Over Masks, But Fight May Not Be Over », sur npr.org, National Public Radio, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]