Jay Inslee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jay Inslee
Illustration.
Portrait officiel du gouverneur Jay Inslee.
Fonctions
23e gouverneur de l'État de Washington
En fonction depuis le
(6 ans et 9 mois)
Élection 6 novembre 2012
Réélection 8 novembre 2016
Lieutenant-gouverneur Brad Owen
Cyrus Habib
Prédécesseur Christine Gregoire
Représentant des États-Unis

(13 ans, 2 mois et 17 jours)
Circonscription 1er district de l'État de Washington
Prédécesseur Rick White
Successeur Suzan DelBene

(2 ans)
Circonscription 4e district de l'État de Washington
Prédécesseur Sid Morrison
Successeur Doc Hastings
Biographie
Nom de naissance Jay Robert Inslee
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Seattle (État de Washington, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Université de Washington
Université Willamette
Religion Protestantisme[1]
Résidence Île de Bainbridge (État de Washington)[1]

Jay Inslee
Gouverneurs de l'État de Washington

Jay Robert Inslee, né le à Seattle, est un homme politique américain. Membre du Parti démocrate, il est élu à la Chambre des représentants des États-Unis entre 1993 et 1995 puis de nouveau de 1999 à 2012. Depuis 2013, il est gouverneur de l'État de Washington.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts en politique[modifier | modifier le code]

Jay Inslee est originaire de Seattle. Après avoir étudié à Stanford, il est diplômé d'un baccalauréat universitaire de l'université de Washington en 1972 et d'un doctorat en droit de l'université Willamette en 1976[2]. Durant ses études, alors que se tient la conférence des Nations unies sur l'environnement de Stockholm, Inslee passe une année en Suède pour étudier la qualité de l'eau et les questions énergétiques[3].

Il entame par la suite une carrière d'avocat et devient procureur de la ville de Selah de 1976 à 1984[2]. Il est élu à la Chambre des représentants de l'État de Washington en 1988, remportant le 14e district face à la républicaine Lynn Carmichael avec 51,6 % des voix. Il est facilement réélu en 1990 avec 61,8 % des suffrages[4].

Représentant des États-Unis[modifier | modifier le code]

Portrait officiel de Inslee lors de son premier mandant, en 1993.

En 1992, il est élu à la Chambre des représentants des États-Unis avec 50,8 % des suffrages en battant le républicain Doc Hastings (en)[1]. Il se décrit alors comme « fiscalement responsable » et favorable au deuxièmement amendement. Il représente en effet le 4e district du Washington, une circonscription plutôt conservatrice du centre de l'État[3]. Lors de la révolution républicaine de 1994[3], il est battu par Hastings (46,7 % des voix contre 53,3 %)[1]. Il reprend son activité d'avocat[4].

En 1996, il se présente au poste de gouverneur mais il perd les primaires démocrates en réunissant seulement 10 % des voix[4]. La primaire et l'élection générale sont remportées par Gary Locke[5]. L'année suivante, il est nommé directeur régional du Département de la Santé et des Services sociaux[2] dans l'administration de Bill Clinton[4].

Habitant désormais sur l'île de Bainbridge, Inslee se représente à la Chambre des représentants en 1998 mais il est candidat dans le 1er district, plus favorable aux démocrates[3]. Il est élu avec 49,8 % des suffrages contre 44,1 % pour le républicain sortant Rick White (en). Il est réélu tous les deux ans entre 2000 et 2010[1].

Durant ses mandats au Congrès, Inslee fait partie de la commission de l'énergie et du commerce[4]. Il acquiert une réputation pour son combat en faveur des énergies renouvelables. Il est également l'auteur d'un amendement clé de la loi de 2000 sur la signature électronique. Sur le sujet des armes à feu, il se montre favorable [3].

Gouverneur de l'État de Washington[modifier | modifier le code]

Il démissionne de son mandat de représentant le pour se présenter au poste de gouverneur[2]. L'élection est considérée comme serrée face au procureur général de l'État, le républicain Rob McKenna[6]. Comme McKenna, il fait campagne sur un programme modéré. Il propose notamment d'équilibrer le budget de l'État sans augmenter les impôts et d'investir dans les énergies renouvelables[5]. Il est élu gouverneur avec 51 % des suffrages contre 49 % pour McKenna[7],[5]. Son score est largement inférieur à celui de Barack Obama, qui devance son rival républicain de 13 points lors de l'élection présidentielle concomitante[5].

Durant son premier mandat, l'État connaît une forte croissance et investit massivement dans l'éducation maternelle et primaire ainsi que dans les infrastructures de transports. Inslee est toutefois critiqué pour ne pas avoir tenu sa promesse de ne pas augmenter les impôts[8]. En février 2014, il annonce un moratoire sur la peine de mort et suspend toutes les exécutions futures[9]. La peine de mort sera abolie par la Cour suprême de l'État de Washington en 2018[10].

Il est réélu pour un second mandat en novembre 2016, rassemblant 56 % des voix face à Bill Bryant[8]. En 2017, il prend la co-présidence de l'United States Climate Alliance, regroupant des collectivité entendant appliquer l'accord de Paris sur le climat malgré le retrait des États-Unis. Il devient également le président de l'association des gouverneurs démocrates[4].

Inslee lors du lancement de sa campagne présidentielle en 2019.

Il annonce, le , se porter candidat à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2020, avec pour objectif de « vaincre le changement climatique »[11]. Contrairement aux autres candidats, il choisit de faire campagne sur cet unique sujet. Il propose un plan d'investissement de 9 000 milliards de dollars pour ramener les émission de dioxyde de carbone américaines à zéro d'ici 2045[12]. Il participe aux deux premiers débats organisés par le Parti démocrate mais n'arrive pas à susciter l'engouement dans un paysage comptant plus de 20 candidats[13]. N'arrivant pas à dépasser les 1 %[12] voire 0,5 % dans les sondages[14], sa présence aux prochains débats semble alors compromise[13]. Le , il annonce qu'il retire sa candidature dans l'émission The Rachel Maddow Show, expliquant qu'il était désormais clair qu'il ne pourrait pas être élu président[13],[14].

Le lendemain de son retrait, Inslee se déclare candidat à un troisième mandat au poste de gouverneur. Malgré sa campagne présidentielle, aucun candidat démocrate d'envergure ne s'était lancé dans la course[15].

Historique électoral[modifier | modifier le code]

Chambre des représentants[modifier | modifier le code]

Résultats à la Chambre des représentants des États-Unis[1],[16]
Année Jay Inslee Républicain Autres
4e district de l'État de Washington
1992 50,8 % 49,2 %
1994 46,7 53,3 %
1er district de l'État de Washington
1998 49,8 % 44,1 % 6,1 %
2000 54,6 % 42,7 % 2,8 %
2002 55,6 % 41,3 % 3,1 %
2004 62,3 % 36,0 % 1,8 %
2006 67,7 % 32,3 %
2008 67,8 % 32,2 %
2010 57,7 % 42,3 %

Gouvernorat[modifier | modifier le code]

Résultats au poste de gouverneur de l'État de Washington
Année Jay Inslee Républicain
2012 51,50 % 48,50 %
2016 55,00 % 45,00 %

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) « Jay Inslee, D », Member Profile Page, sur data.rollcall.com (consulté le 14 décembre 2016).
  2. a b c et d (en) « INSLEE, Jay Robert, (1951 - ) », sur bioguide.congress.gov (consulté le 14 décembre 2016).
  3. a b c d et e (en) Kyung M. Song, « Renewable energy was Congressman Inslee's key passion », sur seattletimes.com, (consulté le 23 août 2019).
  4. a b c d e et f (en) « Jay Inslee Fast Facts », sur edition.cnn.com, (consulté le 23 août 2019).
  5. a b c et d (en) « Inslee secures victory in Wash. governor's race », sur usatoday.com, (consulté le 23 août 2019).
  6. (en) Aaron Blake, « Democrat Jay Inslee wins Washington governor’s race », sur washingtonpost.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  7. (en) « Democrat Inslee wins Washington governor's race », sur nbcnews.com, (consulté le 14 décembre 2016).
  8. a et b (en) Jim Brunner, « Gov. Jay Inslee defeats Republican challenger Bill Bryant », sur seattletimes.com, (consulté le 23 août 2019).
  9. (en) Bill Mears, « Washington governor issues moratorium on executions in the state », sur edition.cnn.com, (consulté le 23 août 2019).
  10. (en) Rachel La Corte et Gene Johnson, « Washington state ends ‘racially biased’ death penalty », sur seattletimes.com, (consulté le 23 août 2019).
  11. « Longtemps absent, le climat s'invite cette fois dans la présidentielle américaine », sur la-croix.com, (consulté le 2 mars 2019).
  12. a et b Agence France-Presse, « Jay Inslee, le candidat démocrate qui s'attaque aux "dégâts environnementaux" de Trump », sur sciencesetavenir.fr, (consulté le 23 août 2019).
  13. a b et c (en) Daniel Strauss et Matthew Choi, « Jay Inslee drops out of Democratic presidential race », sur politico.com, (consulté le 23 août 2019).
  14. a et b Agence France-Presse, « Le gouverneur du Washington Jay Inslee se retire de la primaire démocrate », sur parismatch.com, (consulté le 23 août 2019).
  15. (en) Felicia Sonmez, « After dropping White House bid, Jay Inslee announces he is seeking a third term as Washington governor », sur washingtonpost.com, (consulté le 23 août 2019).
  16. (en) « Jay Inslee », sur ballotpedia.org (consulté le 20 décembre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]