Roy Cooper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roy Cooper
Image illustrative de l'article Roy Cooper
Fonctions
75e gouverneur de Caroline du Nord
En fonction depuis le
(11 mois et 10 jours)
Élection 8 novembre 2016
Lieutenant-gouverneur Dan Forest
Prédécesseur Pat McCrory
Procureur général de Caroline du Nord

(15 ans, 11 mois et 24 jours)
Gouverneur Mike Easley
Beverly Perdue
Pat McCrory
Prédécesseur Mike Easley
Successeur Josh Stein
Biographie
Nom de naissance Roy Asberry Cooper III
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Nashville (Caroline du Nord, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Université de Caroline du Nord à Chapel Hill

Roy Cooper
Gouverneurs de Caroline du Nord

Roy Asberry Cooper III, né le à Nashville, est un homme politique américain, membre du Parti démocrate. Il est gouverneur de Caroline du Nord depuis le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Roy Cooper est originaire du comté de Nash en Caroline du Nord[1]. Il est le fils d'un avocat et d'une enseignante. Jeune, il travaille avec son frère Pell dans la ferme de tabac de ses parents. Après des études de droit à l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill, il rejoint le cabinet de son père[2].

Législateur et procureur général[modifier | modifier le code]

En 1986, il est élu à la Chambre des représentants de Caroline du Nord après avoir battu le représentant sortant durant la primaire démocrate. En 1991, il est nommé au Sénat lorsqu'un siège devient vacant[2]. En 1998, il devient le chef de la majorité démocrate au Sénat[1].

En 2000, il est élu procureur général de Caroline du Nord. Il est réélu en 2004, 2008 et 2012. Durant son mandat, il doit défendre plusieurs lois pourtant contraires à ses convictions, notamment sur les contrôles d'identité lors des élections ou sur le droit pour un juge de ne pas célébrer un mariage homosexuel[1].

Candidature au poste de gouverneur[modifier | modifier le code]

Il est candidat à l'élection du gouverneur de 2016 face au républicain sortant Pat McCrory. Il remporte la primaire démocrate avec 69 % des voix face à l'homme d'affaires Ken Spaulding[3]. Cooper fait notamment campagne contre la loi HB2, qui interdit les ordonnances locales anti-discrimination à l'égard des personnes LGBT, estimant qu'elle a abimé la réputation et l'économie de la Caroline du Nord[4]. Durant l'été, il est donné gagnant par les sondages mais l'écart se réduit en octobre et les candidats sont au coude-à-coude[5].

Le soir de l'élection, Cooper arrive en tête d'environ 5 000 voix mais tous les bureaux ne sont pas comptabilisés et l'équipe de McCrory conteste de nombreux bulletins[6]. Le même jour, l’État est remporté par les républicains Donald Trump et Richard Burr[4]. Le , alors qu'aucun candidat n'est encore déclaré vainqueur, Roy Cooper appelle McCrory à concéder sa défaite et nomme les membres de son équipe de transition[6]. Le , le site du conseil des élections de Caroline du Nord voit Cooper vainqueur avec 10 257 suffrages d'avance. C'est la première fois que l'avance du démocrate dépasse les 10 000 voix, au-delà desquelles il ne peut pas y avoir de recompte des voix au niveau de l'État[7]. Le , McCrory reconnaît sa défaite[8].

Après l'élection de Cooper, la Législature de l'État — contrôlée par les républicains — se réunit lors d'une session extraordinaire le 15 décembre pour réduire les pouvoirs du gouverneur. C'est ainsi que le nombre de postes nommés par celui-ci passe de 1 500 à 300 et les membres de son cabinet doivent désormais être approuvés par le Sénat[9].

Gouverneur[modifier | modifier le code]

Roy Cooper prête serment et entre en fonction le peu après minuit[10] mais la cérémonie d'investiture doit se tenir le 7 janvier[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié à Kristin, avec qui il a trois filles[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Jim Morrill, « Roy Cooper on his run for governor: NC has gone ‘off the tracks’ », sur The News & Observer (en), (consulté le 2 décembre 2016).
  2. a, b et c (en) Craig Jarvis, « Cooper’s course aimed at governor for long time », sur newsobserver.com, (consulté le 2 décembre 2016).
  3. (en) Jim Morrill et Craig Jarvis, « NC governor’s race could be nation’s most competitive », sur charlotteobserver.com, (consulté le 2 décembre 2016).
  4. a et b (en) Richard Fausset, « Roy Cooper Holds Thin Lead Over Gov. Pat McCrory in North Carolina », sur nytimes.com, (consulté le 2 décembre 2016).
  5. (en) Nigel Duara, « If the polls are any indication, these key governor's races will be very close on Tuesday », sur latimes.com, (consulté le 2 décembre 2016).
  6. a et b (en) Craig Jarvis, « Cooper starts transition before vote count final », sur newsobserver.com, (consulté le 2 décembre 2016).
  7. (en) Richard Craver et Wesley Young, « Durham County recount in governor's race ordered to be done Monday night », sur journalnow.com, (consulté le 2 décembre 2016).
  8. (en) « McCrory concedes N.C. governor's race », sur usatoday.com, (consulté le 6 décembre 2016).
  9. (en) David A. Graham, « Republicans Forge Ahead With Their North Carolina Power Grab », sur theatlantic.com, (consulté le 16 décembre 2016).
  10. (en) « Roy Cooper sworn in as North Carolina governor », abc11.com,
  11. (en) « Gov.-elect Cooper to be sworn in just after midnight Jan. 1 », Winston-Salem Journal, 27 décembre 2016