Kay Ivey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kay Ivey
Illustration.
Portrait officiel de Kay Ivey (2012).
Fonctions
54e gouverneur de l'Alabama
En fonction depuis le
(4 ans, 3 mois et 24 jours)
Élection 6 novembre 2018
Lieutenant-gouverneur Will Ainsworth
Prédécesseur Robert J. Bentley
30e lieutenant-gouverneur de l'Alabama

(6 ans, 2 mois et 24 jours)
Élection
Réélection
Gouverneur Robert J. Bentley
Prédécesseur James Folsom, Jr.
Successeur Will Ainsworth
38e trésorière de l'Alabama

(7 ans, 11 mois et 28 jours)
Élection
Réélection
Gouverneur Bob Riley
Prédécesseur Lucy Baxley
Successeur Young Boozer
Biographie
Nom de naissance Kay Ellen Ivey
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Camden (Alabama, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate (jusqu'en 2002)
Parti républicain (depuis 2002)
Diplômée de Université d'Auburn
Religion Baptisme

Signature de Kay Ivey

Kay Ivey Kay Ivey
Gouverneurs de l'Alabama
Lieutenant-gouverneurs de l'Alabama

Kay Ellen Ivey, née le à Camden (Alabama), est une femme politique américaine, membre du Parti républicain et gouverneure de l'Alabama depuis le . Elle succède à Robert J. Bentley en sa qualité de lieutenant-gouverneur de l'Alabama lorsque ce dernier présente sa démission, avant de remporter un mandat complet lors des élections de 2018.

Elle est la deuxième femme à occuper la fonction de gouverneur de l'Alabama, après Lurleen Wallace, qui a occupé la fonction entre et .

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant 2017[modifier | modifier le code]

Elle est secrétaire au Trésor de l'Alabama entre 2003 et 2011, lieutenant-gouverneure de cet État entre 2011 et 2017 avant de devenir gouverneure le à la suite de la démission de Robert Bentley.

Gouverneure de l'Alabama (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

Dès ses premiers jours en fonction, Ivey promulgue une loi interdisant aux juges d'outrepasser la décision d'un jury sur la détermination de la peine relativement à la commission d'un meurtre passible de la peine capitale. Originellement prévue pour offrir davantage de garanties procédurales à l'accusé condamné de manière injustifiée à la peine de mort par un jury emballé, cette disposition a plutôt eu l'effet contraire. Les juges s'en sont servis pour condamner à mort des accusés contre la volonté de la population et une récurrence a été observée pour de telles condamnations dans des cas concernant des accusés afro-américains et des victimes blanches. La constitutionnalité d'une telle mesure était également remise en question[1].

En , elle promulgue plusieurs lois ayant des impacts sur divers pans de la société civile :

  • une loi pour accélérer les appels qui concernent la peine de mort et les processus d'exécutions[2] ;
  • une loi interdisant le retrait de tout monument exposé au public et les changements toponymiques visant des lieux dont le nom existe depuis 40 ans ou plus, ceci ayant pour effet de protéger les monuments issus de l'époque des États confédérés[3] ;
  • une loi permettant aux agences d'adoption de refuser de placer des enfants avec des couples homosexuels, suivant les croyances religieuses de l'organisation[4],[5].

En , elle promulgue une loi exemptant les professionnels oeuvrant dans le développement économique de s'enregistrer comme lobbyiste auprès de l'État comme le requerrait les législations étatiques en matière d'éthique, ceci dans l'objectif de favoriser le développement économique[6],[7].

En , elle promulgue une loi autorisant les administrateurs des écoles à posséder une arme à feu sur les lieux de l'école afin de prévenir « une menace sérieuse de mort ou de blessure grave causée par une personne armée ayant fait irruption dans l'école ». Cette permission serait accordée conditionnellement à la réussite d'un programme de qualification dispensé par l'État[8].

Kay Ivey lors d'une visite en Alabama du vice-président Mike Pence en octobre 2018.

Candidate à sa propre succession lors de l'élection du , elle est reconduite en obtenant 59,5 % des voix. Elle prête serment le pour un mandat de quatre ans.

Après le blocage par une cour d'appel alabamienne d'un projet de loi restreignant le recours à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) en , Ivey se dit « déçue par la décision, mais que cela ne doit pas décourager notre engagement inébranlable à protéger les vies des enfants à naître, même si cela signifie de porter cette cause devant la Cour suprême ». Elle ajoute que « cette décision démontre clairement le besoin de juges conservateurs à la Cour suprême » et qu'elle attend avec impatience la confirmation de Brett Kavanaugh en tant que juge[9]. La Cour suprême a plus tard refusé d'entendre l'appel[10].

En , Ivey rapplique avec une loi plus stricte restreignant simplement le recours à l'IVG, même en cas de viol ou d'inceste, précédemment adoptée par la Chambre des représentants et le Sénat de l’État[11]. Cette loi criminaliserait le fait pour une personne de pratiquer un avortement ou de tenter de le faire. Dans le premier cas, la personne coupable serait passible de 99 ans de prison[12]. Sachant que la loi va à l'encontre de l'arrêt Roe v. Wade, autorisant la pratique de l'avortement au pays, les autorités de l'État anticipent un long combat juridique visant à remettre en question cet arrêt[13]. La loi est effectivement bloquée plus tard par un juge fédéral de l'Alabama[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Kent Faulk, « Gov. Kay Ivey signs jury override bill into law », sur al.com, (consulté le 4 avril 2021)
  2. (en-US) Brian Lyman, « Gov. Kay Ivey signs bill to shorten time of death penalty appeals », sur The Montgomery Advertiser, (consulté le 4 avril 2021)
  3. (en-US) Andrew Blake, « Alabama governor signs law protecting Confederate monuments from removal », sur The Washington Times, (consulté le 4 avril 2021)
  4. (en) Mike Cason, « Ivey signs bill allowing adoption agencies to turn away gays », sur al.com, (consulté le 4 avril 2021)
  5. (en) Kim Chandler, « New Alabama Law OKs Barring Gay Adoption », sur usnews.com, (consulté le 4 avril 2021)
  6. (en) Mike Cason, « Alabama Gov. Kay Ivey signs economic developers bill », sur al.com, (consulté le 4 avril 2021)
  7. (en) WSFA 12 News, « Lawmakers approves ethics exemption for economic developers », sur https://www.wsfa.com, (consulté le 4 avril 2021)
  8. (en) Madison Park, « Alabama will allow trained school administrators to be armed », sur cnn.com, (consulté le 4 avril 2021)
  9. (en) Ivana Hrynkiw, « Court: AL can't ban second-trimester abortion procedure », sur al.com, (consulté le 4 avril 2021)
  10. (en) Lawrence Hurley, « U.S. Supreme Court declines Alabama bid to revive abortion restriction », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2021)
  11. « "Toute vie est un cadeau sacré de Dieu" : l'Alabama promulgue la loi anti-avortement la plus stricte des Etats-Unis », sur Franceinfo, (consulté le 16 mai 2019)
  12. (en-US) Brian Lyman, « Gov. Kay Ivey signs near-total abortion ban into law », sur The Montgomery Advertiser, (consulté le 4 avril 2021)
  13. (en) Andrew Yeager, « Federal Judge Blocks Alabama Abortion Law », sur WBHM 90.3, (consulté le 4 avril 2021)
  14. Margot Ruyter, « Coronavirus : trois États américains priés de restaurer l’avortement - Elle », sur elle.fr, (consulté le 4 avril 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à la vie publiqueVoir et modifier les données sur Wikidata :