Breuil-Magné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Breuil et Magné.

Breuil-Magné
Breuil-Magné
La mairie.
Blason de Breuil-Magné
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Rochefort
Canton Tonnay-Charente
Intercommunalité Communauté d'agglomération Rochefort Océan
Maire
Mandat
Annie Beneteau
2014-2020
Code postal 17870
Code commune 17065
Démographie
Gentilé Breuillais
Population
municipale
1 657 hab. (2016 en diminution de 1,02 % par rapport à 2011)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 59′ 06″ nord, 0° 57′ 26″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 30 m
Superficie 22,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Breuil-Magné

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Breuil-Magné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Breuil-Magné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Breuil-Magné
Liens
Site web [1]

Breuil-Magné est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Breuillais et les Breuillaises[1].

Commune de banlieue de l'agglomération rochefortaise, elle prolonge le front d'urbanisation au nord de Rochefort.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Breuil-Magné est située dans le Sud-Ouest de la France[Note 1], au centre de la côte atlantique dont elle est distante d'une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau, faisant partie du « Midi atlantique »[2].

Commune de marais par excellence, elle est limitrophe de la ville voisine de Rochefort dont elle prolonge le front d'urbanisation au nord de cette dernière. Située à trois kilomètres au nord de Rochefort, la commune fait entièrement partie du marais de Rochefort. Elle est irriguée par de nombreux canaux dont les plus importants sont le canal de Ciré, le canal de Rochefort et surtout canal de Charras, dont la construction a été entreprise au début du XVIIIe siècle et s'est achevée en 1812, et qui marque la limite ouest de la commune avant d'aller se jeter dans la Charente en aval de Rochefort.

Plan de Breuil-Magné.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Breuil-Magné[3]
Yves Ballon Ciré-d'Aunis
Saint-Laurent-de-la-Prée Breuil-Magné[3] Loire-les-Marais
Vergeroux Rochefort

Toponymie[modifier | modifier le code]

De l'ancien français breuil, d’origine gauloise, désignait un « petit bois »[4] ou un « petit bois entouré d’une haie ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au 1er d’argent à la maison en perspective du même, essorée d’or, ouverte et ajourée de gueules, brochant sur trois cyprès de sinople, rangés en fasce, au 2e d’azur au moulin d’argent, ailé d’or et essoré de gueules, au 3e coupé ondé en chef-barre-champagne d’azur et d’argent, à deux touffes de jonc d’or mouvant du trait de partition à chaque flanc et à l’oiseau de gueules contourné en vol, au 4e d’argent à trois arbres coupés au naturel rangés en fasce.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2014 Jean-Pierre Migaud DVD  
2014 En cours Annie Beneteau DVD[5] Retraitée

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2016, la commune comptait 1 657 habitants[Note 2], en diminution de 1,02 % par rapport à 2011 (Charente-Maritime : +2,64 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
515409480520519597576613628
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
729706647588639658729715673
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
703743705702623578622573641
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
7076989721 1561 1601 2241 4291 6551 638
2016 - - - - - - - -
1 657--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (28,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,7 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,7 % d'hommes (0 à 14 ans = 22 %, 15 à 29 ans = 14 %, 30 à 44 ans = 21,5 %, 45 à 59 ans = 23,1 %, plus de 60 ans = 19,5 %) ;
  • 49,3 % de femmes (0 à 14 ans = 17,6 %, 15 à 29 ans = 12,3 %, 30 à 44 ans = 25,2 %, 45 à 59 ans = 24 %, plus de 60 ans = 20,9 %).
Pyramide des âges à Breuil-Magné en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
0,6 
4,4 
75 à 89 ans
5,4 
14,5 
60 à 74 ans
14,9 
23,1 
45 à 59 ans
24,0 
21,5 
30 à 44 ans
25,2 
14,0 
15 à 29 ans
12,3 
22,0 
0 à 14 ans
17,6 
Pyramide des âges du département de la Charente-Maritime en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,5 
8,6 
75 à 89 ans
11,9 
16,4 
60 à 74 ans
17,1 
21,3 
45 à 59 ans
21,1 
19,1 
30 à 44 ans
18,5 
16,8 
15 à 29 ans
14,7 
17,3 
0 à 14 ans
15,1 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre fut construite entre 1848 et 1849, elle possède un chemin de croix datant de 1849, et elle est construite à une altitude de 18 m.
  • Le prieuré de La Lance construit avant 1182 par les moines de l'ordre de Grandmont, fondé par saint Étienne de Muret.
  • Le moulin de la Grollière, le moulin de la Croisée et le moulin de la Perche.
  • Le canal de Charras.
  • La cabane de Moins, l'un des pôles-nature de Charente-Maritime.
  • Deux fours à pains datant du XVe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le Dr Auguste Neveu a exercé au Breuil-Magné et y est connu pour avoir guéri de nombreux cas de diphtérie, poliomyélite, fièvre aphteuse (entre autres), par le traitement cytophylactique à base de chlorure de magnésium[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Certains y voient une appartenance géographique au Midi de la France — en référence au « Midi atlantique » cher au géographe Louis Papy - ainsi Breuil-Magné comme le département de la Charente-Maritime peuvent être rattachés à deux grands ensembles géographiques, le Grand Sud-Ouest français et parfois le Grand Ouest français.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le Midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984, p.21
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 1 - Page 257
  5. https://www.lemonde.fr/aquitaine-limousin-poitou-charentes/charente-maritime,17/breuil-magne,17065/
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Évolution et structure de la population à Breuil-Magné en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 septembre 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population de la Charente-Maritime en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 septembre 2010)
  12. Le chlorure de magnésium dans les maladies infectieuses : Traitement cytophylactique des maladies infectieuses par le chlorure de magnésium dans l'élevage, Sciences libres, (ISBN 978-291879502-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :