Bornes Vauthier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Borne du Front
Stuivekenskerke (Belgique), borne no 11.
Stuivekenskerke (Belgique), borne no 11.
Présentation
Nom local Borne Vauthier
Date de construction Années 1920
Architecte Paul Moreau-Vauthier
Type Ensemble de monolithes de granit
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique, Drapeau de la France France
Région Flandre, Hauts-de-France, Grand-Est

Les bornes du Front, également appelées bornes Vauthier, sont un ensemble de sculptures réalisées dans les années 1920 par l’artiste Paul Moreau-Vauthier pour matérialiser la ligne de front telle qu’elle était en , lors d'une des dernières offensives alliées. Elles se trouvent en Belgique et en France[1].

Généralités[modifier | modifier le code]

Les bornes forment une des routes commémoratives érigées au cours du vingtième siècle pour matérialiser des itinéraires de Mémoire.

Parmi les autres routes :

Au cours du temps, les Bornes du Front connaissent différentes appellations : « bornes du front », « bornes de la Victoire », « bornes du Touring Club »… Mais elles ne se sont jamais appelées « bornes Vauthier », appellation qui se diffuse via les sites Internet (Vauthier étant le nom de la mère de Paul Moreau Vauthier qui ne s'est d'ailleurs jamais appelé Moreau-Vauthier à l'état civil)[réf. nécessaire]. En anglais on parle de WWI demarcation stones (en). En Belgique néerlandophone, on les appelle Demarcatiepalen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Paul Moreau-Vauthier (1871-1936), combattant de 1914-1918 et sculpteur, a l’idée d’ériger ces monuments afin de matérialiser la ligne de front (700 km) telle qu’elle était lors de l'offensive victorieuse de la deuxième bataille de la Marne, le .

L’idée étant approuvée par les présidents des Touring club de France et de Touring club royal de Belgique (en) (TCF, TCB), on demande au Maréchal Pétain d’établir une liste des lieux dignes d’accueillir ces bornes souvenirs. Cette liste comporte deux-cent-quarante lieux.

Financement[modifier | modifier le code]

Pour que ce projet aboutisse, des souscriptions sont organisées par les deux Touring clubs, auxquelles viennent s’ajouter des dons d’organismes publics, d’associations ou de personnes privées.

Forme[modifier | modifier le code]

Les bornes sont des monolithes en granit, de plus d’un mètre de haut, surmontés d’un casque posé sur couronne de lauriers, généralement le casque français (Adrian 1915) mais parfois belge (Adrian blasonné du royaume de Belgique) ou britannique (Brodie 1915).

Chaque borne comprend, sur ses faces, des gravures (textes, équipement du soldat) qui peuvent varier d’une borne à l’autre. Le nom gravé sur le fronton est celui d’un lieu de combats importants : Vimy, Montdidier, Bois-Belleau, les monts de Champagne, Souain, les Éparges, Bois-le-Prêtreetc.

Nombre[modifier | modifier le code]

Les souscriptions ne permettent pas d’atteindre l’objectif initial, et seules cent-dix-huit bornes sont érigées : vingt-deux en Belgique et quatre-vingt-seize en France. Elles sont inaugurées entre 1921 (Château-Thierry) et 1927 (Hartmannswillerkopf).

À ce décompte s'ajoutent la borne prototype, en région Île-de-France, la borne de Confrécourt, hors projet, et les copies hors ligne de front installées au Mémorial de Verdun et à Tergnier, cité Quessy.

Conservation[modifier | modifier le code]

Si l'on ne tient pas compte du prototype qui se trouve dans le jardin de la maison du sculpteur à Boulogne-Billancourt[réf. nécessaire], en 2009, il en reste quatre-vingt-dix-sept, dont certaines sont endommagées : Hartmannswillerkopf, Ville-sur-Tourbeetc. Celle de Vrigny (Marne) fut cassée par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale pour faire disparaître la mention : « Ici fut repoussé l'envahisseur allemand »[2]. Elle a été déplacée à l'entrée de la commune et inaugurée son nouvel emplacement.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Localisation[modifier | modifier le code]

De la mer du nord, à Nieuport en Belgique, jusqu’à quelques kilomètres de la frontière suisse, à Altkirch, elles sont en moyenne distantes de 5 à 10 km l’une de l’autre.

Certaines ont été décalées dès l’origine, d’autres plus tard, pour des raisons diverses. Elles ne sont donc pas toujours à l'endroit exact de la ligne de front.

Belgique[modifier | modifier le code]

Sur un total de 22 bornes disposées en Belgique, 19 sont encore en place[3].

Localité Borne n° Image Coordonnées
Dixmude Minoterie 1 disparue
Nieuwpoort 2 Demarcatiepaal nr 2 Westendelaan 2.jpg 51° 08′ 18″ N, 2° 45′ 22″ E
Ramskapelle 3 Demarcatiepaal nr 3 Ramskapelle 2.jpg 51° 06′ 33″ N, 2° 45′ 32″ E
Boezinge 4 Zuidschote, Demarcatiepaal nr 4, voorkant - 1638 - onroerenderfgoed.jpg 50° 54′ 56″ N, 2° 50′ 14″ E
Noordschote 5 Noordschote - Demarcatiepaal nr 5.jpg 50° 57′ 30″ N, 2° 49′ 15″ E
Boezinge 6 Boezinge, Diksmuidseweg, Demarcatiepaal No 6 - 1669 - onroerenderfgoed.jpg 50° 53′ 37″ N, 2° 51′ 34″ E
Locre 7 Loker, demarcatiepaal nr 7 - 2751 - onroerenderfgoed.jpg 50° 46′ 34″ N, 2° 46′ 30″ E
8 Loker, demarcatiepaal Nr 8 - 2749 - onroerenderfgoed.jpg 50° 47′ 01″ N, 2° 47′ 30″ E
Nieuwpoort Bad 9 Demarcatiepaal nr 9 Nieuwpoort 1.jpg 51° 09′ 03″ N, 2° 43′ 19″ E
Pervijze 10 détruite
Stuivekenskerke 11 Stuivekenskerke - Demarcatiepaal nr 11.jpg 51° 03′ 32″ N, 2° 49′ 56″ E
Kaaskerke
(Dixmude)
12 Kaaskerke - Demarcatiepaal nr 12.jpg 51° 02′ 44″ N, 2° 50′ 36″ E
Nieuwpoort 13 Demarcatiepaal nr 13, Brugse Steenweg 2.jpg 51° 07′ 58″ N, 2° 45′ 39″ E
Kemmel 14 Kemmel, demarcatiepaal 14, ligging - 2745 - onroerenderfgoed.jpg 50° 47′ 33″ N, 2° 48′ 43″ E
15 Kemmel, demarcatiepaal 15 - 2747 - onroerenderfgoed.jpg 50° 48′ 13″ N, 2° 50′ 46″ E
Voormezele 16 Voormezele, Ruuschaartstraat, demarcatiepaal No 16 - 2222 - onroerenderfgoed.jpg 50° 49′ 33″ N, 2° 51′ 40″ E
17 Voormezele, demarcatiepaal No 17, ligging - 2086 - onroerenderfgoed.jpg 50° 49′ 15″ N, 2° 53′ 25″ E
Zillebeke 18 Zillebeke, Blauwepoortstraat, Demarcatiepaal No 18 - 2083 - onroerenderfgoed.jpg 50° 49′ 51″ N, 2° 54′ 43″ E
Ypres 19 Ieper, demarcatiepaal no19, zijlings - 2435 - onroerenderfgoed.jpg 50° 50′ 56″ N, 2° 54′ 59″ E
20 Ieper, demarcatiepaal No 20 - 2437 - onroerenderfgoed.jpg 50° 51′ 44″ N, 2° 55′ 18″ E
Zoonebeke 21 détruite
Saint-Jean Pilkem 22 Boezinge, Pilkemseweg, Demarcatiepaal No 22 - 1751 - onroerenderfgoed.jpg 50° 53′ 01″ N, 2° 53′ 19″ E

France[modifier | modifier le code]

Hauts-de-France[modifier | modifier le code]

Département Localité Nombre à l'origine Nombre en 2009 Image Coordonnées
Nord 8 5
Pas-de-Calais 12 12
Somme Albert 1 1 Albert (Somme), borne Vauthier 1.jpg
Ville-sur-Ancre 1 1 Ville-sur-Ancre, borne Vauthier 5.jpg
Villers-Bretonneux 1 1 Borne Vauthier de Villers-Bretonneux 4.jpg
Grivesnes 1 0
Montdidier 1 0
Moreuil 1 0
Thennes 1 0
Oise Autrêches 1 1
Moulin-sous-Touvent 1 1
Tracy-le-Val 1 1
pont du Matz 1 1
Aisne 10 7
Confrécourt
La Ferté-Milon
Château-Thierry
Pernant
Totaux 42 31

Grand Est[modifier | modifier le code]

Département Localité Quantité originale Quantité en 2009 Précisions Image
Marne 15 14 Inclus :
Four-de-Paris, situé en Meuse
à la limite de la Marne.
Meuse 15 12
Meurthe-et-Moselle 12 12
Vosges 3 3
Haut-Rhin 11 6
Totaux 56 47

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres routes commémoratives (France) :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :