Virginia Roberts Giuffre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Virginia Louise Giuffre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
(37 ans)
Sacramento, en Californie
Nationalité
Drapeau : États-Unis américaine
Drapeau : Australie australienne
Activité
militante américaine pour les droits des victimes de trafic sexuel
Famille
3 enfants

Virginia Louise Giuffre, née Roberts le à Sacramento (Californie), est une militante américaine pour les droits des victimes de trafic sexuel. Elle est l'une des survivantes les plus connues du réseau de trafic de mineurs dirigé par le délinquant sexuel et financier Jeffrey Epstein. Elle fonde Victims Refuse Silence (Les victimes refusent le silence)[1], une organisation à but non lucratif en 2015[2]. Elle est beaucoup interviewée dans les médias américains et britanniques décrivant ses expériences avec Epstein, Ghislaine Maxwell, le Prince Andrew et un certain nombre d'autres personnalités.

Giuffre poursuit en justice Epstein et Maxwell et fait directement appel au public pour obtenir justice et sensibiliser à sa cause[3]. Elle poursuit Maxwell pour diffamation en 2015, et l'affaire est réglée en faveur de Giuffre pour une somme non divulguée en 2017[4]. Le , la Cour d'appel des États-Unis pour le deuxième circuit ordonne le descellement des documents d'une poursuite civile antérieure intentée par Giuffre contre Maxwell[5]. Le premier lot de documents du procès de Giuffre est rendu public le [6], impliquant de nouveau Epstein, Maxwell et un certain nombre de leurs associés. Le lendemain, le , Epstein est retrouvé mort dans sa cellule de prison à Manhattan[7].

Giuffre décrit son expérience présumée de victime de trafic sexuel avec le prince Andrew par l'intermédiaire d'Epstein dans une interview d' pour l'émission Panorama de la BBC diffusée le [8]. Elle en appelle aux Britanniques pour la « soutenir, l'aider à mener ce combat, ne pas accepter cela »[9]. Combinée à l'interview catastrophique du prince Andrew pour l'émission Newsnight, diffusée sur la BBC en , l'appel de Giuffre contribue à changer l'opinion publique en faveur des plaignants[10].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Virginia Giuffre, née Virginia Louise Roberts[11] à Sacramento, en Californie, le est la fille de Sky et Lynn Roberts[12],[13]. La famille déménagea à Loxahatchee, dans le comté de Palm Beach, en Floride, lorsqu'elle a quatre ans. Giuffre a un frère cadet[14]. Il est rapporté qu'elle vient d'une « famille difficile » et qu'elle fut agressée sexuellement par un ami proche de la famille à l'âge de sept ans[1]. Giuffre déclare au Miami Herald qu'elle est passée « d'une situation d'abus, puis avait fugué, pour ensuite vivre dans diverses familles d'accueil »[15]. Elle vit dans la rue à l'âge de 13 ans avant de devenir la proie à un trafiquant sexuel de 65 ans, Ron Eppinger, à Miami[16]. Giuffre vit avec Eppinger pendant environ 6 mois. Eppinger aurait dirigé une agence de mannequins "Perfect 10" qui est en réalité une entreprise de façade pour un trafic sexuel international[17]. Sa maison est perquisitionné par le FBI et il plaide coupable des accusations de trafic sexuel international, de voyage entre états fédéraux à des fins de prostitution, et de blanchiment d'argent.

À 14 ans, elle retrouve son père et retourne vivre avec lui. Son père travaille alors comme responsable de l'entretien du club privé de Donald Trump, Mar-a-Lago, où il aide Giuffre à trouver un emploi[8].

Association avec Epstein (2000-2002)[modifier | modifier le code]

À l'été 2000[18],[19], Giuffre rencontre Ghislaine Maxwell pour la première fois alors qu'elle travaille comme assistante au spa du Mar-a-Lago[14]. Maxwell approche Giuffre, notant qu'elle lit un livre sur la massothérapie, et l'interroge sur son intérêt pour le massage. Elle lui propose alors un emploi potentiel pour Epstein en tant que masseuse itinérante avec l'assurance qu'aucune expérience professionnelle n'est requise. Giuffre déclare qu'une fois présentée à Jeffrey Epstein, ils commencèrent rapidement à la préparer pour fournir des services sexuels sous prétexte d'être formée en tant que massothérapeute professionnelle[20].

Entre 2000 et 2002, Virginia Giuffre est étroitement associée à Epstein et Maxwell, voyageant entre les résidences d'Epstein à Palm Beach et à Manhattan, avec des voyages supplémentaires au ranch Zorro d'Epstein au Nouveau-Mexique et sur l'île privée Little Saint James[21]. Dans la série primée de journalisme d'investigation[22] du Miami Herald nommée « Perversion de la Justice », Giuffre décrit son traitement pour fournir des massages et des services sexuels à Epstein et un certain nombre de ses partenaires professionnels sur une période de plus de deux ans et demi[23].

À propos du fait que Giuffre aurait fait l'objet d'un trafic pour le prince Andrew en [8], elle déclare dans une interview que c'était une période « cruelle » et « vraiment effrayante » de sa vie et qu'elle « ne pouvait pas comprendre comment au plus haut niveau du gouvernement, des gens puissants pouvaient permettre que cela se produise. Non seulement permettre, mais y participer »[24]. Dans les documents légaux d'une poursuite civile qui sont rendus public en 2019, Virginia Giuffre nomme plusieurs autres personnes avec qui, selon elle, Epstein et Maxwell lui demandèrent d'avoir des relations sexuelles : le gestionnaire de fonds spéculatifs Glenn Dubin, l'avocat Alan Dershowitz, le politicien Bill Richardson, le scientifique du MIT Marvin Minsky, l'avocat George J. Mitchell et l'agent de mannequins pour MC2 Jean-Luc Brunel[25],[26] .

En , à 19 ans, Giuffre s'envole pour la Thaïlande pour l'école internationale de formation en massage[27],[28] à Chiang Mai[29]. Ghislaine Maxwell lui fournit des billets pour le voyage et lui donne l'ordre de rencontrer une thaïlandaise préalablement identifiée pour la ramener aux États-Unis pour Epstein[30].

Alors à l'école de massage en Thaïlande, elle rencontre Robert Giuffre, un entraîneur australien d'arts martiaux, avec qui elle se marie rapidement[13]. Elle prend alors contact avec Epstein et l'informe qu'elle ne reviendra pas comme prévu. Le jeune couple fonde une famille en Australie et Virginia Giuffre rompt alors contact avec Epstein et Maxwell[20].

Premier contact avec les autorités[modifier | modifier le code]

En , alors que Giuffre a une jeune famille en Australie, la police de Palm Beach commence à enquêter sur Epstein après qu'une jeune fille de 14 ans et ses parents aient signalé son comportement[31]. La jeune fille rapporte avoir été recrutée par une camarade de classe de son lycée pour donner un massage à Epstein dans sa maison où il l'a ensuite agressée sexuellement[15]. En , la police, à la suite d'une liste croissante de filles ayant des accusations similaires d'abus sexuels et des déclarations des majordomes d'Epstein corroborant leurs affirmations, perquisitionne sa propriété de Palm Beach.

Les détectives de la police notent que les accusatrices décrivent leur expérience de la même façon[32] : Epstein leur demanderait de le masser puis les agresse sexuellement pendant le massage. Lorsque la police fouille les ordures d'Epstein, elle trouve des notes avec les numéros de téléphone des filles[31]. L'une des filles est d'ailleurs appelée par l'assistant d'Epstein alors qu'elle était interrogée par la police.

Virginia Giuffre rapporte au journal Miami Herald qu'elle a reçu une série d'appels téléphoniques en succession rapide sur trois jours en 2007. Le premier appel fut de Ghislaine Maxwell, puis un jour plus tard, un appel de Jeffrey Epstein, demandant tous les deux si elle avait parlé aux autorités, suivi du troisième appel d'un agent du FBI qui déclara qu'elle a été identifiée comme victime lors de la première affaire contre Epstein[33]. Elle refuse de parler longuement au FBI jusqu'à ce qu'elle soit à nouveau contactée personnellement, cette fois par la police fédérale australienne, six mois après avoir été contactée par téléphone[34].

Poursuites judiciaires[modifier | modifier le code]

Première affaire[modifier | modifier le code]

En 2006, un an avant que Giuffre ne soit contactée pour la première fois par les autorités, le service de police de Palm Beach dispose d'un nombre croissant de preuves contre Epstein et ont un mandat d'arrêt pour de multiples chefs d'accusation d'actes sexuels illégaux sur mineur[31]. Epstein engagea une équipe d'avocats renommés, dont Alan Dershowitz, Jack Goldberger, Kenneth Starr et Jay Lefkowitz pour servir dans sa défense[32]. Au fur et à mesure de l'avancement de l'affaire, le chef de la police Michael Reiter s'alarme du traitement de l'affaire par les procureurs fédéraux et puis du juge fédéral, Barry Krischer. Le , Reiter demande à Krischer de se retirer de l'affaire. Lorsque Krischer refuse, le chef de la police remet ses preuves au FBI pour des poursuites fédérales[35]. Alors que Reiter espérait initialement que le FBI mène une enquête approfondie et la mène à son terme, en 2007, le procureur du sud de la Floride, Alexander Acosta, décide de ne pas poursuivre Epstein devant un tribunal fédéral et renvoie l'affaire à la juridiction locale.

L'inspecteur en chef de la police Joseph Recarey affirme que les procureurs étaient désireux, dans un premier temps, de poursuivre l'action pénale contre Epstein mais que « tout a pris un tournant » lorsque l'avocat Alan Dershowitz fut impliqué[35]. Krisher décide alors de prendre la mesure inhabituelle de remettre l'affaire d'Epstein à un grand jury, puis présente le témoignage d'une seule victime. L'équipe juridique d'Epstein cherche des concessions de façon agressive et prolonge le processus lors de la négociation d'un accord de plaidoyer avec Alex Acosta[36]. Acosta, qui décrit la tactique des avocats d'Epstein comme une « agression d'un an contre le parquet et les procureurs », accepte finalement de signer un accord controversé de non-poursuite en 2008, sans en informer les victimes. Cet accord est ensuite jugé comme enfreignant la loi sur les droits des victimes d'actes criminels[37].

Reiter déclare que la manière dont les procureurs d'État et fédéraux ont traité l'affaire Epstein constituait « le pire échec du système de justice pénale » des temps modernes[32].

En , Giuffre dépose une plainte en tant que Jane Doe 102 vs Epstein et accuse Ghislaine Maxwell de l'avoir recrutée pour du trafic sexuel alors qu'elle était mineure[18],[38]. Fin 2009, des dizaines de victimes d'Epstein intentent des poursuites civiles contre lui. Elles demandent également que l'accord de non poursuite passé avec le tribunal en 2008 soit rendu public.

Affaire sur Crime Victims Rights Act (Loi sur les droits des victimes d'actes criminels , 2008-2019)[modifier | modifier le code]

En 2008, Bradley Edwards et Paul G. Cassell (Jane Doe vs États-Unis d'Amérique) poursuivent en justice le ministère américain de la Justice et l'accusent d'avoir enfreint la loi sur les droits des victimes d'actes criminels lors de la première affaire pénale contre Epstein en ne permettant pas à plusieurs de ses victimes de contester son accord avec le tribunal[39]. Epstein poursuivit Bradley Edwards en justice à ce titre mais abandonne finalement ; Edwards le poursuivi à son tour pour poursuite malveillante, de sorte qu'Epstein présente des excuses publiques à l'avocat et règle l'affaire pour une somme non divulguée en [40],[41]. Edwards, qui représente plusieurs accusateurs d'Epstein en plus de Giuffre, aurait accepté pour aider ses clientes qui souhaitaient poursuivre un objectif ultérieur c'est-à-dire de faire entendre leurs allégations devant un tribunal fédéral afin d'annuler l'accord de non-poursuite[36]. Edwards déclare : « Mes clientes sont prêtes à parler. Elles veulent partager leurs histoires. Cela fait partie de leur guérison »

Dans une décision de , le juge de district Kenneth Marra détermine que les procureurs ont enfreint les droits des victimes tels que définis par la loi sur les droits des victimes d'actes criminels[37] .

Décision de s'exprimer publiquement[modifier | modifier le code]

Blue Morpho
Victims Refuse Silence utilise un papillon bleu comme symbole de transformation et de prise de pouvoir pour les survivantes d'abus sexuels

Virginia Giuffre attribue à la naissance de sa fille le sa décision de parler publiquement de ses expériences d'abus sexuels et de trafic, malgré les risques[42],[43]. Vanity Fair déclare que l'histoire de Giuffre a été publiée pour la première fois en par le Mail on Sunday, un quotidien britannique dont la première page montre une photo du prince Andrew avec son bras autour d'elle dans la maison de Maxwell à Londres[44]. Des agents du FBI prennent de nouveau contact avec elle, cette fois au consulat américain à Sydney en 2011, peu de temps après qu'elle eut rendu public des allégations contre Epstein et le prince Andrew[28].

En , Giuffre créé Victims Refuse Silence[45],[11],[2]. L'objectif de cette association est « d'aider les survivants à surmonter la honte, le silence et l'intimidation que subissent généralement les victimes d'abus sexuels, et d'aider les autres à échapper au trafic sexuel »[46]. Pour son organisation Victims Refuse Silence, elle utilise l'imagerie d'un papillon bleu Morpho pour symboliser la transformation et la prise de pouvoir qui se produisent lorsqu'une victime devient une survivante. Le bleu est la couleur internationale de la sensibilisation à la traite des êtres humains[47]. Les États-Unis désignent janvier comme le mois de la sensibilisation à la traite des êtres humains, le étant la journée nationale pour porter du bleu[48].

Allégations prince Andrew[modifier | modifier le code]

Dans le dossier déposé au tribunal de Floride en en vue d'une inculpation dans le procès de 2008 (Affaire sur Crime Victims Rights Act), Virginia Giuffre décrit avoir été livrée au prince Andrew, duc d'York, au moins trois fois alors qu'elle avait 17 ans en 2001[49],[50]. Elle prétend que Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell l'ont emmenée dans une boîte de nuit londonienne, le Tramp, où elle a rencontré et dansé avec le prince. Plus tard dans la nuit, alors qu'il se rendait à la résidence de Maxwell à Belgravia, Maxwell a demandé à Giuffre de « faire pour [le prince Andrew] ce que tu fais pour Epstein »[51].

Une photo montrant Virginia Giuffre, le prince Andrew et Ghislaine Maxwell dans l'appartement de cette dernière est largement diffusée depuis 2011. Le rôle du prince Andrew en tant qu'envoyé pour le Commerce a pris fin en . Il aurait rompu tous ses liens avec Epstein[52],[53].

Dans le dossier du procès, elle affirme qu'une des relations sexuelles avec le prince Andrew a eu lieu au cours d'une orgie à Little Saint James. Plusieurs filles mineures d'Europe de l'Est, le prince et Jeffrey Epstein lui-même étaient présents[20].

En 2015, le palais de Buckingham déclare que « toute suggestion d'irrégularité avec des mineurs mineurs est catégoriquement fausse », répétant plus tard les démentis[54]. Les demandes des avocats de Giuffre pour une déclaration sous serment du duc de York sur les allégations restent sans réponse à ce jour[55].

Allégations d'Alan Dershowitz et poursuites judiciaires connexes[modifier | modifier le code]

Giuffre affirme qu'Epstein l'a livrée sexuellement à l'avocat et professeur de droit émérite de Harvard Alan Dershowitz au moins six fois, la première fois à l'âge de 16 ans[20]. Dershowitz, qui est un ami d'Epstein, l'a représenté dans sa condamnation pénale de 2008 et aidé à négocier l'accord controversé de non-poursuite[56].

Les premières accusations apparaissent en Floride le par les avocats Bradley J. Edwards et Paul G. Cassell qui alléguent qu'Alan Dershowitz est l'une des nombreuses personnalités, dont le prince Andrew, à avoir participé à des activités sexuelles avec une mineure identifiée plus tard comme étant Giuffre[50]. L'affidavit de Giuffre doit être inclus dans le cadre du procès de 2008 (Jane Doe c. USA) accusant le ministère de la Justice d'avoir enfreint la loi sur les droits des victimes d'actes criminels lors de la première affaire pénale d'Epstein[39]. Dershowitz nie les allégations contenues dans la déclaration de Giuffre et demande la radiation d'Edwards et Cassell, les avocats ayant déposé la plainte[56],[57],[58]. Edwards et Cassell poursuivent Dershowitz pour diffamation en 2015 ; il a les poursuit à son tour[18]. Les deux parties s'entendent en 2016 pour un montant financier non divulgué[59].

Après les démentis de Dershowitz, Giuffre déclare : « Je ne vais pas être intimidé de nouveau pour me taire »[60].

En 2014, Giuffre est représentée par Stanley Pottinger dont le cabinet est spécialisé dans les cas d'abus sexuels impliquant des femmes et des enfants. Anticipant les défis qui attendent Giuffre pour accuser des individus extrêmement riches et puissants, Pottinger cherche un autre avocat qui pourrait offrir les mêmes services. À sa demande, David Boies et son cabinet d'avocat, Boies Schiller Flexner, commence à représenter Giuffre, pro bono, en 2014[19]. Boies représente plusieurs des accusatrices d'Epstein. En plus de lui, les avocats de Giuffre incluent Brad Edwards et Paul Cassell[61].

En , Giuffre poursuit Dershowitz pour diffamation à New York avec Boies comme avocat[62]. En , Dershowitz dépose une requête pour rejeter la demande de procès de Giuffre (qui est ensuite refusée)[63] et une requête pour disqualifier le cabinet de David Boies de la représenter (qui est approuvée)[64],[65]. Elle déclare en qu'elle maintient ses accusations. Dershowitz accuse Boies d'avoir fait pression sur Giuffre pour qu'elle fournisse un faux témoignage, en réponse à quoi Boies le poursuit en pour diffamation.

En , Charles Cooper reprend la représentation de Giuffre dans le procès en diffamation contre Dershowitz après qu'un juge ait décidé que Boies ne pouvait pas continuer à être l'avocat de Giuffre parce que l'accusation de Dershowitz selon laquelle elle avait comploté avec ses avocats pour faire de fausses déclarations avait fait de Boies un témoin potentiel[66].

En , Maria Farmer dépose un affidavit à l'appui de la poursuite en diffamation de Giuffre contre Dershowitz, qui indique que pendant que Farmer travaille à la signature d'invités à la réception d'Epstein en 1995-1996, elle a régulièrement rencontré Dershowitz au manoir de New York en même temps que des filles mineures[67].

Affaires civiles[modifier | modifier le code]

Affidavit de Virginia Roberts (2014)[modifier | modifier le code]

En , Virginia Giuffre entame une poursuite judiciaire en Floride contre Epstein pour l'avoir livrée au prince Andrew et à Alan Dershowitz[31]. Dans un affidavit sous serment, elle affirme que Maxwell travaillait comme entremetteuse pour Epstein[31]. En , un juge fédéral statue qu'elle ne peut pas se joindre au procès fédéral en vertu de la loi sur les droits des victimes d'actes criminels et son affidavit est radié de l'affaire[31].

Virginia Giuffre vs Ghislaine Maxwell (2015)[modifier | modifier le code]

À la suite des allégations de Virginia Giuffre et des commentaires de Ghislaine Maxwell à leur sujet, Giuffre poursuit Maxwell pour diffamation devant un tribunal fédéral de New York en [31]. Après de nombreuses confrontations juridiques, l'affaire est réglée sous scellés en , pour il semblerait plusieurs « millions »[68].

Virginia Giuffre vs Alan Dershowitz (2019)[modifier | modifier le code]

En , Giuffre intente une action en justice pour diffamation civile fédérale contre Alan Dershowitz à New York[19],[67].

Elle est d'abord représentée par David Boies, mais Alan Dershowitz réussit à le faire dessaisir de l'affaire, prétendant que des membres du cabinet d'avocats pourraient être appelés à témoigner au procès. Elle est ensuite représentée par l'avocat Charles Cooper. Boies dépose une poursuite en diffamation distincte contre Dershowitz pour avoir laissé entendre que Boies avait fait pression sur Giuffre pour de fausses allégations[69].

Deuxième affaire pénale[modifier | modifier le code]

Jeffrey Epstein est arrêté le à l'aéroport de Teterboro dans le New Jersey[70] et accusé de trafic sexuel et d'organisation de trafic sexuel par des procureurs de l'unité de corruption publique du district sud de New York[71]. Dans l'acte d'accusation, il est accusé d'avoir sollicité des massages à des filles mineures où les activités devenaient de plus en plus sexuelles, puis d'avoir enrôlé les filles pour recruter d'autres victimes mineures contre rémunération. Le procureur américain Geoffrey Berman du tribunal de district américain du district sud de New York appelle les autres victimes d'Epstein à se manifester. L'acte d'accusation fédéral énumère également le rôle clé des « employés et associés » rémunérés d'Epstein responsables de l'établissement du calendrier des victimes. Un mois après son arrestation, Epstein est retrouvé mort le , après s'être pendu dans sa cellule de prison de Manhattan[72],[7].

Le , à la suite du décès d'Epstein 10 jours auparavant, l'affaire contre Epstein est classée après que le juge de district Richard Berman ait rejeté toutes les accusations[73],[74]. Le juge Berman exprime son soutien aux accusatrices d'Epstein, déclarant qu'il les a invitées à parler publiquement lors d'une audience le par « respect » pour « les décisions difficiles que les victimes ont prises pour se manifester ». Virginia Giuffre fait partie des 16 femmes qui prirent la parole publiquement à l'audience, ainsi qu'Anouska De Georgiou, Sarah Ransome, Jennifer Araoz, Chauntae Davies, Courtney Wild, Theresa J. Helm et Marijke Chartouni[75]. Lors de l'audience, elle déclare : « Le jugement ne doit pas prendre fin. Cela doit continuer. Il n'a pas agi seul. Nous les victimes le savons ». Les procureurs indiquent qu'ils poursuivraient une enquête sur d'éventuels complices[74].

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

En 2015, ABC News invite Giuffre et sa famille du Colorado à New York pour une interview[38]. Sa famille est installée au Ritz-Carlton et elle est interviewée à propos de Epstein pendant plus d'une heure par la chaîne. Cependant, la diffusion de l'interview est abandonnée. Il apparaît que l'ancien avocat d'Epstein, Alan Dershowitz, a contacté la chaîne. Ce dernier confirme à NPR qu'il est intervenu en appelant les producteurs et un avocat de NBC après avoir appris que Giuffre avait été interviewé, déclarant « Je ne voulais pas voir la crédibilité de [Giuffre] renforcée par ABC »[38].

Elle apparaît ensuite dans une édition spéciale de Dateline NBC avec Savannah Guthrie discutant du scandale Epstein avec les victimes Anouska De Georgiou, Rachel Benavidez, Jennifer Araoz, Marijke Chartouni et Chauntae Davies[76]. L'édition spéciale, intitulée Reckoning, est diffusée le [76].

Virginia Giuffre est interviewée pour l'enquête menée par 60 Minutes Australia, diffusée le [77],[78]. Durant l'émission, elle décrit son expérience d'avoir été l'objet d'un trafic pour avoir des relations sexuelles avec prince Andrew à trois reprises en 2001 : la première fois à Londres dans la résidence de Maxwell à Belgravia, la seconde fois dans la maison d'Epstein à New York, et la dernière fois avec plusieurs autres filles et le Prince sur l'île Little Saint James[78].

Elle accorde également une interview en à la BBC décrivant son expérience avec prince Andrew pour un épisode spécial de Panorama "Le Prince et le scandale d'Epstein", diffusé le [8],[3]. Dans le programme, Giuffre lance un appel au public britannique pour la « soutenir, l'aider à combattre ce combat, ne pas considérer cela comme étant acceptable »[8].

Une journaliste de la BBC, Emily Maitlis, réalise une interview de Prince Andrew au cours de l'émission Newsnight, discutant son amitié avec Epstein et les allégations de Giuffre. L'émission est diffusée le . La conduite du prince Andrew lors de l'interview fut reçue avec une désapprobation écrasante et, combinée à l'appel au public de Giuffre, contribue à un changement d'opinion publique en Grande-Bretagne[8],[10]. Le , le prince démissionne de ses fonctions royales à la suite de la rupture des liens initiée par un certain nombre d'associations et d'organisations caritatives auxquelles il était lié[79],[80]. Malgré les promesses du prince d'aider les autorités, en , l'avocat américain Geoffrey Berman déclare que le prince Andrew a fourni « zéro coopération » à la suite des demandes du FBI et du district sud de New York pour l'interroger dans le cadre de l'enquête Epstein[81].

Giuffre apparaît dans un documentaire en quatre parties sur Netflix, publié en , intitulée Jeffrey Epstein: Filthy Rich, réalisée par Lisa Bryant et basée sur le livre précédent du même nom de James Patterson[82].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Après son mariage avec Robert en 2002, Giuffre vit pendant 11 ans dans la banlieue de Glenning Valley, sur la Côte centrale de la Nouvelle-Galles du Sud en Australie[83]. Sa famille emménage aux États-Unis en et y reste plusieurs années, d'abord en Floride et plus tard au Colorado[38]. En 2019, on rapporte que Giuffre vit à Cairns, en Australie, avec son mari Robert et leurs trois enfants : deux fils et une fille[84].

Références[modifier | modifier le code]

.

  1. a et b (en) Peter Crawley, « Virginia Giuffre’s heartbreaking, vivid account of being told to have sex with Prince Andrew », The Irish Times (consulté le 23 janvier 2020)
  2. a et b (en) ProPublica, « Victims Refuse Silence Inc - Nonprofit Explorer », ProPublica (consulté le 25 janvier 2020)
  3. a et b (en-GB) « Prince Andrew accuser asks public to 'stand beside her' », BBC (consulté le 7 décembre 2019)
  4. (en) Brown, Julie K., « Court weighs unsealing records that could reveal new details of Jeffrey Epstein sex abuse », Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2020)
  5. (en) Naham, Matt, « In Major Development, Court Orders Unsealing of Docs Related to Alleged Epstein Sex Trafficking Ring », Law and Crime.,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2019)
  6. (en) Sherman, Gabriel, « Powerful Men, Disturbing New Details in Unsealed Epstein Documents », Vanity Fair,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2019)
  7. a et b (en) Zapotosky, Matt; Barrett, Devlin; Merle, Renae; Leonnig, Carol D., « Jeffrey Epstein dead after apparent suicide in New York jail », The Washington Post.,‎
  8. a b c d e et f (en) Sanya Mansoor, « 'Only One of Us Is Telling the Truth.' The Biggest Moments From Prince Andrew Accuser Virginia Giuffre’s BBC Interview », Time (consulté le 13 décembre 2019)
  9. (en) Caroline Davies, « Prince Andrew scandal: Virginia Giuffre pleads for UK public support », sur The Guardian, (consulté le 7 décembre 2019)
  10. a et b (en) Guy Martin, « Prince Andrew’s Public Relations War With Virginia Roberts Giuffre: Her Direct Appeal To Britain Harries His Retreat », sur Forbes, (consulté le 23 janvier 2020)
  11. a et b (en) Conchita Sarnoff, TrafficKing : The Jeffrey Epstein Case, New York, Post Hill Press, , 365 p. (ISBN 978-1-64293-532-5, lire en ligne), « Chapters 5-6 »
  12. (en) Brown, Julie K.; Blaskey, Sarah, « Huge cache of records details how Jeffrey Epstein and madam lured girls into depraved world », Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 23 janvier 2020)
  13. a et b (en) Emily Bicks, « Virginia Roberts Giuffre: 5 Fast Facts You Need to Know », sur Heavy, (consulté le 22 janvier 2020)
  14. a et b (en) « How a British teen model was lured into Jeffrey Epstein's web », NBC News (consulté le 24 janvier 2020)
  15. a et b (en-US) Erica Schwiegershausen, « Will We Ever Know How Many Girls Jeffrey Epstein Abused? », The Cut, (consulté le 27 janvier 2020)
  16. (en) Julie K. Brown, « Even from jail, sex abuser manipulated the system. His victims were kept in the dark », Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2020)
  17. (en) Dylan Howard, Melissa Cronin et James Robertson, Epstein : Dead Men Tell No Tales, Simon and Schuster, , 288 p. (ISBN 978-1-5107-5823-0, lire en ligne), « Chapter 7 »
  18. a b et c (en) Connie Bruck, « Alan Dershowitz, Devil’s Advocate », The New Yorker, sur 5-8-2019 (consulté le 31 janvier 2020)
  19. a b et c (en) Brown, Julie K., « Dershowitz v. Boies: Jeffrey Epstein case unleashes war between two legal Goliaths », Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2020)
  20. a b c et d (en) Emily Michot et Julie K. Brown, « How teen runaway Virginia Roberts became one of Jeffrey Epstein's victims », Miami Herald, (consulté le 5 février 2020)
  21. (en-US) Marie Lodi, « What We Know About Jeffrey Epstein’s Private Jet the ‘Lolita Express’ », The Cut, (consulté le 5 février 2020)
  22. « 2019 Hillman Prize for Newspaper Journalism », The Sidney Hillman Foundation (consulté le 5 février 2020)
  23. (en) Peterson, Brittany ; Michot, Emily, « Perversion of Justice: A Miami Herald investigation », The Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 5 février 2020)
  24. (en) Ben Graham, « Story behind iconic Prince Andrew photo with Virginia Giuffre », NZ herald,‎ (ISSN 1170-0777, lire en ligne, consulté le 3 février 2020)
  25. (en) Jane Musgrave, « Jeffrey Epstein victim: He farmed me out to ex-senator, governor for sex », The Palm Beach Post, (consulté le 25 février 2020)
  26. (en) Gabriel Sherman, « Powerful Men, Disturbing New Details in Unsealed Epstein Documents », Vanity Fair, (consulté le 25 février 2020)
  27. (en) Ashley Collman, « Jeffrey Epstein’s main accuser described the lavish lifestyle he gave to his alleged victims to keep them by his side », Insider (consulté le 24 janvier 2020)
  28. a et b (en-GB) Swaine, Jon, « Jeffrey Epstein accuser: video exists of underage sex with powerful men », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 26 janvier 2020)
  29. (en) James Patterson, John Connolly et Tim Malloy, Filthy Rich, New York, Little Brown and Company, , 131–138, 244–249 p. (ISBN 978-0-316-27405-0)
  30. (en-US) Amanda Arnold, « New Disturbing Allegations of Epstein’s Encounters With Underage Girls Emerge », The Cut, (consulté le 24 janvier 2020)
  31. a b c d e f et g (en) Julie K. Brown, « For years, Jeffrey Epstein abused teen girls, police say. A timeline of his case », Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2020)
  32. a b et c (en) Sarah Fitzpatrick et Rich Schapiro, « Ex-Florida police chief: Jeffrey Epstein likely tipped off during 2005 child sex probe », MSN News, (consulté le 2 février 2020)
  33. (en) « How Miami Herald's investigation & Jeffrey Epstein survivors helped blow up a sweetheart deal », The Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2020)
  34. (en) « Epstein's Aust accuser "deeply pleased" », 7NEWS.com.au, (consulté le 25 janvier 2020)
  35. a et b (en) Jane Musgrave, John Pacenti et Lulu Ramadan, « Jeffrey Epstein: To the first prosecutors, Epstein’s victims were prostitutes », The Palm Beach Post, (consulté le 2 février 2020)
  36. a et b (en-US) Ken White, « The Jeffrey Epstein Case Is Like Nothing I’ve Seen Before », The Atlantic, (consulté le 5 février 2020)
  37. a et b (en) Sarah Fitzpatrick, Tom Winter, Kristen Welker, Hallie Jackson et Rich Schapiro, « Judge: Prosecutors broke law in deal with sex offender Jeffrey Epstein », NBC News, (consulté le 5 février 2020)
  38. a b c et d (en) David Folkenflik, « A Dead Cat, A Lawyer's Call And A 5-Figure Donation: How Media Fell Short On Epstein », sur KUNC (consulté le 25 janvier 2020)
  39. a et b (en-US) Meier, Barry, « Alan Dershowitz on the Defense (His Own) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 janvier 2020)
  40. (en-GB) « Influential US predator in court apology », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 4 février 2020)
  41. (en) Christina Cauterucci, « How a Florida Lawyer Kept the Jeffrey Epstein Case Alive », Slate Magazine, (consulté le 4 février 2020)
  42. (en) Waller, Allyson, « Years later, victims recount impact of Jeffrey Epstein abuse », Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 25 janvier 2020)
  43. (en) Mattie Kahn, « ‘This Is Not Our Shame’: 5 Survivors of Jeffrey Epstein’s Abuse Speak Out », Glamour, (consulté le 25 janvier 2020)
  44. (en) Edward Klein, « The Trouble with Andrew », sur Vanity Fair, (consulté le 7 décembre 2019)
  45. (en-US) Crime and Justice News, « Alan Dershowitz Fighting Lawsuit by Epstein Victim », The Crime Report, (consulté le 6 février 2020)
  46. (en) « Case 1:19-cv-03377, Giuffre v. Dershowitz », Courthouse News, (consulté le 5 février 2020)
  47. (en) « Raise Awareness of Human Trafficking on January 11 with #WearBlueDay », Department of Homeland Security, (consulté le 7 février 2020) : « encourages the public to wear blue – the international color of human trafficking awareness" »
  48. (en) Kendall Hogan, « Gov. Abbott declares January Human Trafficking Prevention Month », sur KBTX (consulté le 7 février 2020)
  49. (en-GB) « Prince Andrew 'was an abuser' - Epstein accuser". », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2020)
  50. a et b (en-GB) Megan Gibson, « U.S. Lawyer Sues in Prince Andrew Sex Claims Case », time.com,‎ (lire en ligne, consulté le 9 janvier 2015)
  51. (en) Sarah Fitzpatrick et Rich Schapiro, « Prince Andrew has provided 'zero cooperation' in Epstein probe », NBC News, (consulté le 3 février 2020)
  52. (en-GB) « Prince Andrew: Envoy career plagued with controversy », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juin 2013)
  53. (en-GB) « Jeffrey Epstein: inside the decade of scandal entangling Prince Andrew », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2016)
  54. (en-GB) Robert Booth, « Palace takes unusual step to deny Prince Andrew underage sex claims », The Guardian, London,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2015)
  55. (en-GB) « Prince Andrew set for first public event since sex claim », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2016)
  56. a et b (en) Anna North, « Alan Dershowitz helped sex offender Jeffrey Epstein get a plea deal. Now he's tweeting about age of consent laws. » [archive du ], Vox, (consulté le 22 août 2019)
  57. (en) Emma G. Fitzsimmons, « Suit accuses Prince Andrew, Alan Dershowitz of sex with a minor », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2015)
  58. (en) Emma G. Fitzsimmons, « Prince Andrew and Alan Dershowitz Are Mentioned in Suit Alleging Sex With Minor », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 13 juillet 2019)
  59. (en-US) Barry Meier, « Alan Dershowitz and 2 Other Lawyers Settle Suit and Counter Claim », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2017)
  60. (en-US) « Prince Andrew and Alan Dershowitz Are Mentioned in Suit Alleging Sex With Minor », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 2 février 2020)
  61. (en) « Defamation lawsuits involving U.S. lawyer Dershowitz end in settlement », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2020)
  62. (en-US) Tom Jackman, « David Boies thrown out of libel suit he filed against Alan Dershowitz », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2020)
  63. (en) Tom Jackman, « Alan Dershowitz countersues accuser in Jeffrey Epstein case, then is sued by David Boies », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  64. (en-US) Connie Bruck, « Alan Dershowitz, Devil's Advocate », The New Yorker,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2019)
  65. (en-US) Julie K. Brown, « In lurid sidelight to Epstein scandal, Alan Dershowitz asks judge to dismiss defamation case », Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 31 janvier 2020)
  66. David Voreacos, « Epstein's Money Once Silenced Women. This Time Is Different », Bloomberg,‎ (lire en ligne)
  67. a et b (en-US) Julie K. Brown, « New Jeffrey Epstein accuser goes public; defamation lawsuit targets Dershowitz », Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2020)
  68. (en-US) Julie K. Brown, « Alan Dershowitz suggests curbing press access to hearing on Jeffrey Epstein sex abuse », Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2019)
  69. (en-US) Jakob Shamsian, « Alan Dershowitz is facing another lawsuit over his denials that he had sex with one of Jeffrey Epstein's victims », sur insider, (consulté le 7 décembre 2019)
  70. (en) Brown, Julie K., « Jeffrey Epstein arrested on sex trafficking charges », Miami Herald,‎ (lire en ligne[archive], consulté le 7 juillet 2019)
  71. (en) Tom Winter et Erik Ortiz, « Jeffrey Epstein charged with sex trafficking victims as young as 14 », NBC News, (consulté le 6 février 2020)
  72. (en-US) William K. Rashbaum, Benjamin Weiser et Michael Gold, « Jeffrey Epstein Dead in Suicide at Manhattan Jail, Officials Say », The New York Times, (consulté le 10 août 2019)
  73. (en) Larry Neumeister, « Judge ends case against Epstein, with a nod to the accusers », Associated Press,
  74. a et b (en) Brendan Pierson, « Case against Jeffrey Epstein dismissed following his death », Reuters,
  75. (en) Renae Merle et Matt Zapotosky, « ‘The reckoning must not end’: Epstein’s accusers urge prosecutors to pursue his enablers », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2020)
  76. a et b (en) « Dateline NBC Exclusive: Virginia Roberts Giuffre, Jeffrey Epstein Accuser, Sits Down with Savannah Guthrie in Her First Television Interview », sur NBC UMV, (consulté le 3 février 2020)
  77. (en) Erin Vanderhoof, « Prince Andrew’s Accuser Repeats Her Allegations on 60 Minutes Australia », Vanity Fair, (consulté le 2 février 2020)
  78. a et b (en) Sammi Taylor, « 'I was trafficked to billionaires, politicians, even royalty' », sur 9News, (consulté le 2 février 2020)
  79. (en-GB) « Prince Andrew stepping back from royal duties », BBC news,‎ (lire en ligne, consulté le 23 janvier 2020)
  80. (en-US) Mark Landler, « Prince Andrew’s Accuser Takes Her Case to the BBC », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 23 janvier 2020)
  81. (en-GB) « 'Zero co-operation' from Prince Andrew over Epstein », BBC news,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2020)
  82. (en-GB) Adrian Horton, « 'It's outrageous': inside an infuriating Netflix series on Jeffrey Epstein », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2020)
  83. (en) Esther Han, « Virginia Roberts' new lease on life after escaping from billionaire sexual predator Jeffrey Epstein », The Sydney Morning Herald, (consulté le 25 janvier 2020)
  84. (en) « Woman at the centre of Prince Andrew interview furore lives low-key life in Cairns », NewsComAu, (consulté le 25 janvier 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Julie K. Brown, « Even from jail, sex abuser manipulated the system. His victims were kept in the dark », Miami Herald,‎ (lire en ligne)
  • Julie K. Brown, « For years, Jeffrey Epstein abused teen girls, police say. A timeline of his case », Miami Herald,‎ (lire en ligne)
  • Julie K. Brown, « How a future Trump Cabinet member gave a serial sex abuser the deal of a lifetime », Miami Herald,‎ (lire en ligne)
  • (en) Connie Bruck, « Devil's Advocate: Alan Dershowitz's long, controversial career and the accusations against him », The New Yorker,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]