Bernardino Toppi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernardino Toppi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
(86 ans)
Rome
Nationalité
Activité
Distinctions
Prix Puvis de Chavannes en 2009
Site web

Bernardino Toppi né à Rome le est un peintre français d'origine italienne.    

Biographie[modifier | modifier le code]

Aîné de trois enfants, Bernardino Toppi est élevé dans un milieu artistique. Son père Mario l'initie tôt aux techniques traditionnelle de la fresque et cette imprégnation familiale le conduira, alors qu'il entreprend des études de droit, à en faire son métier. 

Il expose à Rome dès 1958, mais le désir de venir travailler à Paris le tenaille. Il réalise son vœu en 1960 et montre ses premières œuvres au Salon de la Jeune peinture qui se tient au musée d'Art moderne. Jean Jansem le remarque, apprécie ses fresques et l'encourage à persévérer. Le conseil tenu aura pour conséquence de lui ouvrir les portes des États-Unis dès l'année suivante à Philadelphie. Entre 1961 et 1985, des galeries outre-Atlantique montreront son travail, relayées par d'autres au Japon qui l'exposeront à partir de 1969. 

Artiste solitaire et discret, fuyant les manifestations honorifiques, son œuvre sera néanmoins distingué tout au long de sa carrière. Lauréat de nombreux prix, il a participé en 2016 à sa 90e exposition personnelle. Présent dans les musées français, il l'est, de manière régulière, également dans les principaux salons français (Salon d'automne, Salon Comparaisons, Salon de la Société nationale des beaux-arts, Salon du dessin et de la peinture à l'eau). 

Réception critique[modifier | modifier le code]

« Ce peintre, en immobilisant ses personnages anonymes dans le temps, aurait pu être l'un des artistes de Pompéi ou un miniaturiste, un fresquiste du XVe siècle. Il est lui-même, avec une volonté d'absence de perspective, avec des plans de noirs, ocres, jaunes, roses et gris mats ponctués de fines irisations. Un métier subtil en demi-teintes où frémissent des atmosphères claires et impersonnelles […] Une vision primitive de personnages entêtés dans leur pudeur, une étonnante peinture ne se rattachant à aucune école et en cela Toppi est un grand artiste. » - Guy Vignoht[1].

Expositions[modifier | modifier le code]

Personnelles[modifier | modifier le code]

Collectives[modifier | modifier le code]

  • Salon de la Jeune Peinture, Paris, 1960, 1961.
  • Jeune Peinture, Parrish Art Museum, New York, 1963.
  • L'École de Paris, Heather House, Dayton (Ohio), 1965.
  • Salon d'automne, Paris[12], 1967, 1969, 1970, 1971, 1972, 1973, 1975, 1976, 1977, 1978, 1980, 1983, 1985, 1987, 1990, 1991, 1997, 2005, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012.
  • Onze peintres de Paris, Galerie de Paris, Bruxelles, 1968.
  • Vingt-cinq peintres témoins de leur temps, Petit Palais, Genève, 1973.
  • Hommage à George Besson, Galerie Granvelle, Besançon, 1974.
  • Les peintres témoins de leur temps, Centre culturel français, Abidjan, 1974.
  • Les peintres témoins de leur temps, Palais des arts, Marseille, 1975.
  • Peintres de Paris, Musée du Koweit, Koweit, 1975.
  • Les peintres témoins de leur temps, hôtel de ville de La Baule, 1976.
  • Quatre peintres de l'École de Paris, Club de l'Unesco, Rodez, 1977.
  • Reflets du Salon d'automne, Musée Rapin, Villeneuve-sur-Lot, 1980.
  • Contemporary French Impressionists (Claude Grosperrin, Bernardino Toppi…), Meinhard Galleries, Houston, mai 1981[13].
  • Salon des artistes français, Paris, 1986.
  • Salon Comparaisons, Paris, 1992, 2006, 2007, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013.
  • Salon du dessin et de la peinture à l'eau, Paris, 1992, 2006, 2007, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, abbaye des Prémontrés, Pont-à-Mousson, 2005.
  • 16e Salon d'art de Morangis (Bernardino Toppi, invité d'honneur), Espace Saint-Michel, Morangis, 1996.
  • 5e Biennale de la peinture de Nevers (Frédéric Menguy, Bernardino Toppi), Nevers, 1999-2000.
  • 29e Salon des arts, Centre culturel La Mongolfière, Vaucresson, 2000.
  • Salon Art Pluriel (Bernardino Toppi invité d'honneur), Atelier Grognard, Rueil Malmaison, 2001.
  • 23e Salon Art Expo (Bernardino Toppi invité d'honneur en 2002), complexe Pierre-Denize, Ballancourt, 2002, 2009.
  • Salon du Lions-Club de Valence (Bernardino Toppi, invité d'honneur), Salle Agora, Valence (Drôme), 2003.
  • Première Biennale internationale de Pékin, musée national de Chine, Pékin, 2003.
  • Centenaire du Salon d'automne, Espace Auteuil, Paris, 2003.
  • 37e Salon Île-de-France (Bernardino Toppi, invité d'honneur), Les Colonnes, Bourg-la-Reine, 2005.
  • Salon de printemps, Maison de la Martelle, Le Poiré-sur-Vie, 2005.
  • La Galerie, Londres, 2005.
  • Salon de la Société nationale des beaux-arts, 2005, 2009, 2010, 2013.
  • Galerie Hugues Pénot, La Baule, 2006.
  • Salon d'automne international, Centre culturel Erckmann, Lunéville, 2006 (Bernardino Toppi, invité d'honneur), 2008, octobre 2010 (Jean-Pierre Alaux, Michel Jouenne, Michel King, Bernardino Toppi...)[14], 2011, 2012, 2016.
  • Salon d'automne, Palais des congrès, Montreuil-sous-Bois, 2006.
  • Peintres sélectionnés du Salon du dessin et de la peinture à l'eau, Espace Triennal, Chamalières, 2007.
  • Peintres sélectionnés du Salon Comparaisons, Espace Triennal, Chamalières, 2008.
  • Centre culturel de Sainte-Gemme, 2008.
  • Champagne Palmer, Reims, 2009.
  • Salon Violet, Hôtel Forest Hill, Paris, 2009, 2011.
  • Château de Gargilesse, 2009.
  • Galerie May, Genève, 2009, 2011, 2012.
  • Exposition d'automne, château des Tourelles, Le Plessis-Trévise, 2009.
  • Salon de la ville du Chesnay (Bernardino Toppi, invité d'honneur), hôtel de ville du Chesnay, 2009.
  • Galerie Sépia, Villefranche-de-Rouergue, 2010.
  • 1er Salon d'automne en Russie, palais Mouravaieff-Apostol, Moscou, 2010.
  • Rencontre France-Corée, Carré des Coignard, Nogent-sur-Marne, 2012.
  • Sélection des peintres du Salon d'automne, musée d'art moderne de Tokyo, 2012.
  • Salon de la Société nationale des beaux-arts, Carrousel du Louvre, Paris, 2012.
  • Galerie de Crécy, Crécy-la-Chapelle, 2012.
  • Centre administratif, Colombes, 2013.
  • Museum Haus Ludwig, Sarrelouis, 2013.
  • Exposition anniversaire du 50e traité de l'Élysée : Michèle Battut, Édouard Goerg, André Hambourg, Michel Henry, Bernardino Toppi…, Espace culturel, Berlin, novembre 2013[15].
  • Salon international des arts, galerie de Nesle, Paris, mars 2017[16].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

France
Suisse

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Vignoht, La Jeune Peinture, 1941-1961, Éditions Terre des Peintres, 1985.
  2. New York Magazine, 12 décembre 1977, page 32.
  3. New York Magazine, 13 décembre 1982, page 120.
  4. Colette Dubois, Bernardino Toppi.
  5. Galerie Catherine et Frédéric Portal, Bernardino Potti.
  6. Le Télégramme, « Bernardino Toppi : l'art de la fresque moderne », 12 mars 2002.
  7. Galerie Sépia, Bernardino Toppi.
  8. Les peintres en Champagne, Bernardino Toppi à la galerie Clémangis, 2009
  9. Arnaud Dejeans, « Le temps selon Bernardino Toppi », Sud-Ouest, 17 mai 2011.
  10. Karima Romdane, « Berbardino Toppi, l'intemporel », L'Italie à Paris, 3 avril 2016 (en ligne).
  11. Connaissance des arts.
  12. Patrick-F. Barrer, Bernardini Toppi in L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992, pages 278-279.
  13. Texas Monthly, mai 1981, p. 72.
  14. 29e Salon d'automne international de Lunéville, présentation de l'exposition, 2010
  15. « Bernardino Toppi », Zöllner Arts, novembre 2013 (en ligne).
  16. Salon international des arts, affiche de l'exposition, galerie de Nesle, 2017 (en ligne).
  17. [PDF] « Prix Puvis de Chavannes », sur salondesbeauxarts.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Vignoht, La Jeune Peinture, 1941-1961, Éditions Terre des Peintres, 1985.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire de Salon d'automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001 (en ligne).
  • Patrice de La Perrière, « Bernardino Toppi », Univers des arts, no 183, mars- (en ligne).
  • Gérard Silmo, Bernardino Toppi l'intemporel, Éditions Artron, 2004, 200 p.
  • Collectif, B. Toppi, Tivoli, Tipografica San Paolo, 1980, 56 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]