Philippe Maurice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maurice.
Philippe Maurice
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (61 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Philippe Maurice, né à Paris le , est un historien médiéviste français qui a suivi son cursus universitaire en prison après avoir été le dernier français condamné à mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Simple étudiant en comptabilité, Philippe Maurice entame son parcours de hors-la-loi dès 1977 où les gendarmes de Saint-Genielt-d'Olt dans l'Aveyron le surprennent en train de forcer un barrage routier avec un véhicule volé.

Il est inculpé et incarcéré à la maison d'arrêt de Rodez, en mars 1977, dans le cadre de plusieurs recels de vols de véhicules et de multiples escroqueries (usages de chèques volés, faux monnayage), délits pour lesquels le tribunal de Millau le condamne le à cinq ans de prison dont un an avec sursis. Il obtient rapidement une première puis une seconde permission de sortie en avril 1979, où il ne regagne pas la maison d'arrêt et choisit la clandestinité avec un complice, Serge Attuil[1].

Cette cavale emmène le duo de malfaiteurs dans une série de vols à main armée en région parisienne qui se termine dans un épilogue sanglant, d'une part avec le meurtre le de Mohamed Kaouche, veilleur de nuit qui le surprenait en flagrant délit de vol de véhicule sur un parking de la rue Lecourbe dans le 15e arrondissement de Paris ; et d'autre part avec les meurtres de deux gardiens de la paix de la préfecture de police, Jean-Yves Ruelle et Gérard Croux[2], qui tentaient de les intercepter dans la nuit du , rue Monge dans le 5e arrondissement de Paris. Son complice était tué cette même nuit[1].

Il est condamné à mort par la cour d'assises de Paris le pour complicité de meurtre et meurtre sur agents de la force publique. À cette occasion, Le Nouvel Observateur titre « L’enfant condamné à mort » à cause de son jeune âge.

Le , pendant que son recours en grâce est à l’étude, il tente une évasion et blesse grièvement un gardien de prison, Jacques Bouvier, grâce à une arme que lui avait remise clandestinement son avocate, Brigitte Hemmerlin[3]. Lors de la campagne de l’élection présidentielle, Valéry Giscard d’Estaing ne se prononce pas pour l’abolition de la peine de mort et repousse volontairement sa réponse pour la demande de grâce[4]. Le , le président de la République française, François Mitterrand, quatre jours après son investiture, lui accorde sa grâce et commue sa condamnation à mort en une condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité. Le nouveau président respectait ainsi une promesse symbolique de sa campagne électorale.

Le , il est condamné à 16 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Paris pour sa tentative d'évasion et de meurtre sur le gardien de prison.

Le , il est condamné à 18 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Paris pour complicité dans le meurtre du veilleur de nuit quatre ans plus tôt à Paris.

Il se remet aux études en prison alors qu’il est incarcéré à la prison de Saint-Maur, près de Châteauroux et passe sa licence d’histoire en 1987. Le , il soutient sa maitrise d’histoire du Moyen Âge à Yzeures-sur-Creuse[5]. C’est en , qu’il soutient une thèse de doctorat en histoire médiévale à l’université de Tours portant sur La famille au Gévaudan à la fin du Moyen Âge. Pour respecter la tradition médiévale de « franchise universitaire », les gendarmes qui l’avaient extrait de sa prison pour le conduire devant le jury universitaire restent à l’extérieur du bâtiment pendant sa soutenance de thèse.

À l’automne 1999, il est placé en régime de semi-liberté. Puis le , il bénéficie d’une libération conditionnelle. Chargé de recherches, il travaille à l’EHESS dans les domaines de la famille, de la religion et du pouvoir au Moyen Âge.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Relations familiales en Rouergue et Gévaudan au XVe siècle d’après le trésor des Chartes (mémoire de maîtrise en histoire remanié), Mende, Société des lettres, sciences et arts de la Lozère, , 170 p. (SUDOC 011575247)
  • Philippe Maurice et Robert Badinter (avant-propos), La Famille en Gévaudan au XVe siècle : 1380-1483 (thèse de doctorat en histoire remaniée), Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale » (no 49), , 577 p., 24 cm (ISBN 2-85944-340-1, notice BnF no FRBNF36989307)
  • Philippe Maurice, De la haine à la vie, Paris, Le Cherche midi, coll. « Documents », , 292 p., 24 cm (ISBN 2-86274-849-8, notice BnF no FRBNF37222825)
    Ouvrage racontant son expérience carcérale.
  • Philippe Maurice, Guillaume le Conquérant, Paris, Flammarion, coll. « Grandes biographies », , 379 p., 24 cm (ISBN 2-08-068068-4, notice BnF no FRBNF38910383)
  • Philippe Maurice, Fasti ecclesiæ gallicanæ : répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500. Tome VIII, Diocèse de Mende, Turnhout, Brepols, , 283 p., 24 cm (ISBN 2-503-52159-2, notice BnF no FRBNF39217677)
  • Philippe Maurice, Adieu la mère, Paris, Le Cherche midi, coll. « Documents », , 244 p., 22 cm (ISBN 978-2-7491-0631-1, notice BnF no FRBNF43786055)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Guignon, « Philippe Maurice sur le chemin de la liberté (portrait) », in L'Histoire, no 252, mars 2001, p. 28-29.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Un meurtrier de vingt-trois ans », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  2. « Jean-Yves RUELLE & Gérard CROUX », sur Mémorial en ligne des policiers français morts en service (consulté le 31 mars 2016)
  3. Josyane Savigneau, « Après la tentative de meurtre sur un gardien de prison Une avocate de Philippe Maurice est entendue par la police », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  4. Thierry Lévêque, Boulevard du crime : vie quotidienne et secrète du Palais de justice de Paris, Jacob-Duvernet, .
  5. Les Justes et le mérite.

Liens externes[modifier | modifier le code]