Authon-Ébéon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Authon.
Authon-Ébéon
Image illustrative de l'article Authon-Ébéon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saint-Jean-d'Angély
Canton Chaniers
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Saint-Hilaire-de-Villefranche
Maire
Mandat
Claude Boulétreau
2014-2020
Code postal 17770
Code commune 17026
Démographie
Gentilé Authonais
Population
municipale
398 hab. (2014)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 13″ nord, 0° 24′ 26″ ouest
Altitude 30 m
Min. 16 m
Max. 36 m
Superficie 11,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Authon-Ébéon

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Authon-Ébéon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Authon-Ébéon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Authon-Ébéon

Authon-Ébéon est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Authonais et Authonaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune d'Authon-Ébéon se situe dans le nord-est du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au Midi de la France — on parle plus précisément de « Midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle est partie intégrante du Grand Sud-Ouest français, et est parfois également incluse dans un Grand Ouest aux contours plus flous.

Intégrée au Canton de Saint-Hilaire-de-Villefranche, en marge des principaux axes routiers, elle se trouve à 10 km de Matha, 11 km de Saint-Hilaire-de-Villefranche et 21 km de Cognac.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Authon-Ébéon
Nantillé Sainte-Même Aumagne
Bercloux Authon-Ébéon Aujac
Migron

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

C'est géologiquement un plateau de calcaire fin qui date du Tithonien (anciennement nommé étage Portlandien). C'est une terre de groie.

Son vignoble est situé en appellation cognac, cru des Fins Bois.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Guienne à Authon.

Authon-Ébéon est dans le bassin versant de la Charente. Authon est traversée par la Guienne qui passe par les douves du château. Il va rejoindre l'Antenne affluent de la Charente juste en aval de Cognac.

Ce n'est pas la Guienne qui passe à Authon (elle est à Nantillé et dans le haut de Ebéon) c'est le Dandelot canalisé par les moines hollandais. Michel ADAM président d'ANLP

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du nom d'un empereur Augustus associé au gaulois -dunon, « forteresse ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Ébéon était le long de la voie romaine Saintes-Aulnay-Poitiers, d'où la présence du « fanal d'Ébéon ».

Authon était le siège d'un fief détenu par la famille d’Authon, de 1130 jusqu’en 1450. La motte castrale était à 100 mètres du château actuel[3].

Seguin d'Authon, vasseau des comtes de Taillebourg, est Croisé en 1130 et Roland d'Authon est compagnon de Saint Louis en Terre Sainte. Seguin qui meurt en 1395 est archevêque de Tours.

Jean d’Authon (1467-1527), est le chapelain et l'historiographe officiel du roi Louis XII et Antoine (1466-1546 ) est corsaire Au début du XVIIe siècle, les barons d'Authon sont sénéchaux héréditaires de Saintonge.

En 1627 Jean d’Authon est tué en duel et sa veuve Judith de Nosan met en vente la baronnie et la terre d'Ébéon qui y est rattachée. Elles sont rachetées par sa mère qui les lègue à son petit-fils[3].

En 1651, pendant la Fronde Condé prend le château et fait prisonnier Jean-Seguin d'Authon[4]...

L'état des paroisses de 1686 nous annonce que la paroisse d' Authon a pour seigneur le baron d'Authon et que la paroisse d' Esbuon de 25 feux a pour seigneur monsieur de Naussay. Sur les deux paroisses et que la terre est difficile et produit deux tiers de céréales et un tiers de vin[5].

En 1791, Authon est pillée et incendiée et l'aile nord du château disparait[3].

Les communes d'Authon et d'Ébéon ont été créées en 1793, dans le département de la Charente-Inférieure qui est devenu Charente-Maritime en 1941. Elles faisaient partie du district de Saint-Jean-d'Angély puis de son arrondissement en 1801 pour passer à celui de Saintes en 1926 et revenir dans celui de Saint-Jean-d'Angély en 1943. Après avoir fait partie du canton de « Brisambourg » en 1793, elles ont intégré le canton de Saint-Hilaire-de-Villefranche en 1801.

Par arrêté préfectoral du prenant effet le , Ebéon s'associe à Authon pour former la commune d'Authon-Ébéon.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Claude Boulétreau SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Elle fait partie avec les neuf autres communes du Canton de Saint-Hilaire-de-Villefranche et la commune d'Écoyeux de la Communauté de communes du canton de Saint-Hilaire-de-Villefranche.

Fiscalité[modifier | modifier le code]

La fiscalité est d'un taux de 11,97 % pour la taxe d'habitation, 16,63 % sur le foncier bâti, 54,30 % sur le non bâti et 15 % de taxe professionnelle, et comme la communauté de communes prélève sur l'ensemble des quatre taxes, respectivement 2,50 %, 4,57 %, 10,99 % et 3,24 % cela donne au total et avant que s'y ajoutent le département et la région, 14,47 % pour la taxe d'habitation, 21,20 % sur le foncier bâti, 65,29 % sur le non bâti et 18,24 % de taxe professionnelle( chiffres 2007).

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Démographie d'Authon[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1800 1851 1881 1901 1911 1921 1946 1968
871 865 690 661 560 506 415 470
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.

Démographie d'Ébéon[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1800 1851 1881 1901 1911 1921 1946 1968 2007
88 106 68 111 96 73 66 56 40
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.

Alors qu'Ébéon maintenait sa population, Authon entamait sa décroissance au XIXe siècle en perdant 24 % de sa population. Cette baisse a continué au XXe siècle et lorsque Authon a absorbé Ébéon, elles n'avaient plus que la moitié de leur population deux siècles avant.

Démographie d'Authon-Ébéon[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 398 habitants, en augmentation de 0,76 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
770 871 861 754 870 854 770 825 865
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
816 825 800 735 672 690 677 672 694
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
661 655 560 506 505 467 442 415 500
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
470 470 477 512 460 407 386 395 398
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (34,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (28,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,8 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,5 %, 15 à 29 ans = 12 %, 30 à 44 ans = 17,5 %, 45 à 59 ans = 20,5 %, plus de 60 ans = 33,5 %) ;
  • 48,2 % de femmes (0 à 14 ans = 12,4 %, 15 à 29 ans = 16,1 %, 30 à 44 ans = 14 %, 45 à 59 ans = 22,6 %, plus de 60 ans = 34,9 %).
Pyramide des âges à Authon-Ébéon en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
0,0 
10,5 
75 à 89 ans
13,4 
22,5 
60 à 74 ans
21,5 
20,5 
45 à 59 ans
22,6 
17,5 
30 à 44 ans
14,0 
12,0 
15 à 29 ans
16,1 
16,5 
0 à 14 ans
12,4 
Pyramide des âges du département de la Charente-Maritime en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,5 
8,6 
75 à 89 ans
11,9 
16,4 
60 à 74 ans
17,1 
21,3 
45 à 59 ans
21,1 
19,1 
30 à 44 ans
18,5 
16,8 
15 à 29 ans
14,7 
17,3 
0 à 14 ans
15,1 

Économie[modifier | modifier le code]

Un commerce de balais a existé au XIXe siècle.

Actuellement l'économie est agricole avec la vigne, les pépinières, les cultures biologiques et les bovins sur prairies.

La foire mensuelle est le troisième lundi.

La commune comprend 145 actifs avec un taux de chômage de 12,7 %.

Les 145 actifs ayant un emploi sont 81 hommes et 64 femmes dont 98 sont salariés et 47 non salariés[12].

Équipements et services[modifier | modifier le code]

L'école primaire est place de l'Église à Authon.

Il y a une agence postale, rue de la Poste à Authon.

Les médecins et infirmiers les plus proches sont à Matha. Les cliniques et les hôpitaux sont à Cognac, Saint-Jean-d'Angély et Saintes.

Vie locale[modifier | modifier le code]

La fête des vendanges qui a lieu le dernier dimanche d'octobre.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Période gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Le fanal d'Ébéon.

Le fanal d'Ebéon, dit la Pyramide, situé au lieu-dit Bois-Charmand, est un vestige gallo-romain construit au IIIe siècle le long de la voie gallo-romaine[13]. Ce monument dont la nature réelle est indéterminée (fanal ou pile funéraire ?) se présente encore comme un bloc de maçonnerie de 16 mètres de haut et de 6 mètres de diamètre. Il a fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques[14].

Suivant une légende, ce serait l'œuvre de fées, trois « dames » qui le construisirent en une nuit. Elles se servaient d'un marteau enchanté qu'elles se renvoyaient l'une à l'autre à travers les airs. La plus jeune le prit en plein front et fut tuée.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Vestiges de cimetières mérovingiens.

Vestiges de motte féodale[15].

L'église Notre-Dame de l'Assomption est une église fortifiée avec courtine, chemin de ronde, créneaux, clocher-donjon et bretèche. Sa construction s'est effectuée en deux étapes, au XIIe siècle, puis au XVe siècle période où elle a été fortifiée. La façade comporte deux plateformes crénelées au niveau de ses contreforts d'angles, reliées par un passage crénelé et muni d'archères cruciformes. Le chevet plat a lui aussi un couronnement crénelé[16].

Elle présente des peintures murales du XIXe siècle. Elle est classée monument historique depuis le 13 avril 1907[17].

XVIe siècle à nos jours[modifier | modifier le code]

Le château d'Authon, entouré de douves alimentées par la Guienne, est une construction du XVIe siècle en grande partie remanié les siècles suivant. La tour des gardes et la porte d'entrée du château datent de 1580, et le pavillon d'angle à fenêtres à meneaux de 1606.

Il a été inscrit au titre des monuments historiques le 27 avril 1972 (façades et toitures de la tour des gardes et porte d'entrée du manoir)[18]

Ses jardins entourés d'eau sont au pré-inventaire des jardins remarquables. Ils comportent un potager médiéval.

Article détaillé : château d'Authon.

Le moulin de Guignebourg est situé en aval.

L'église d'Ebéon qui est récente, présente une façade à pignon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jehan d’Authon, chapelain et historiographe officiel du roi Louis XII.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. a, b et c 'Frédéric Chassebœuf, Châteaux, manoirs et logis : La Charente-Maritime, vol. 2, éditions Patrimoine et Médias, , 795 p. (ISBN 978-2-916757-27-8)
  4. sources D’Hozier et archives de la commune d’Authon-Ébéon
  5. Histoire passion
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Évolution et structure de la population à Authon-Ébéon en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 septembre 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population de la Charente-Maritime en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 septembre 2010)
  12. Authon-Ébéon sur le site de l'Insee
  13. Jean-Sébastien Pourtaud et Yves Olivet, Dolmens, menhirs, tumulus et pierres de légendes de Charente-Maritime, Rioux-Martin, Le Croît Vif, , 231 p. (ISBN 9782361995294), p. 117
  14. Notice no PA00104608, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Authon-Ébéon sur le site du Quid »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  16. L'architecture gothique en Saintonge et en Aunis, Yves Blomme, éditions Bordessoules, (ISBN 2-903504-33-4)
  17. Notice no PA00104606, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Notice no PA00104607, base Mérimée, ministère français de la Culture.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]