Arènes de Bayonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arènes de Bayonne
Ruedo des arènes de Bayonne
Ruedo des arènes de Bayonne
Données générales
Nom officiel Arènes de Lachepaillet
Coordonnées 43° 29′ 42″ nord, 1° 29′ 19″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Ville Bayonne
Organisation
Statut Public
Catégorie d'arènes 1re catégorie
Propriétaire Ville de Bayonne
Gestionnaire Ville de Bayonne
Responsable Olivier Baratchart / Alain Lartigue
Données historiques et techniques
Date d'inauguration 1893
Capacité d'accueil 10 000 places
Principales dates Fêtes de Bayonne
Peñas y Salsa
Site internet www.corridas.bayonne.fr
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Arènes de Bayonne
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Arènes de Bayonne

Les arènes de Bayonne, inaugurées en 1893, peuvent contenir plus de 10 000 personnes. À la suite de l'incendie volontaire de 1919 par les spectateurs, la partie haute qui était à l'origine en bois, a été reconstruite en béton.

Tauromachie[modifier | modifier le code]

Durant tout l'été, la temporada bat son plein. Bayonne est l'un des plus hauts lieux de la tauromachie en France et le plus ancien. Un arrêté des échevins bayonnais réglementant l‘encierro date de 1289 : vaches, bœufs et taureaux sont lâchés dans les rues de la ville jusqu'à l'endroit de l'abattage.[1] À l'heure actuelle, il n'y a plus d‘encierro à Bayonne. En 1701, la première forme de course taurine s'est tenue à Bayonne pour honorer le passage de Philippe d'Anjou, le futur roi d'Espagne. Elle se déroula sur la place Grammont, actuelle place de la Liberté. En 1850, les premières arènes sont érigées à Saint-Esprit, aujourd'hui quartier de Bayonne. Le 21 août 1853, la première corrida formelle avec 6 toros et mise à mort est organisée, à l'initiative d'Eugénie de Montijo.

Les arènes actuelles[modifier | modifier le code]

En 1891, le banquier Albin Salzedo lance le projet de construire une arène par souscription publique de 2 200 actions à 100 francs. Les arènes actuelles, inaugurées en 1893, sont les plus grandes du Sud-Ouest (plus de 10 000 places). De style néo-mauresque selon la mode de l’époque, elles font aujourd’hui partie du patrimoine municipal. Environ 7 corridas y sont proposées chaque année, attirant les plus grands noms de la tauromachie. Tout l'été, plusieurs novilladas ont également lieu.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Les arènes de Bayonne ont attiré de multiples personnalités : Philippe V d'Espagne, Napoléon III et Eugénie de Montijo, Mérimée, Gustave Doré, Henri de Montherlant, Ernest Hemingway ou encore Pablo Picasso ...

Spectacles[modifier | modifier le code]

Les arènes de Bayonne sont le lieu de multiples manifestations culturelles. Chaque année, pour les fêtes de Bayonne, un concert est organisé pour l'ouverture. Le , c'est le groupe « pop country » LMFAO qui était de la partie, puis le lendemain Bénabar a ouvert les fêtes. En , des artistes comme Macklemore, Sexion d'Assaut ou encore Thirty Seconds to Mars sont venus eux aussi faire des concerts. En juillet 2014, Tal, Christophe Maé et Détroit sont venus faire des concerts. En juillet 2015, Florence Foresti et Gad Elmaleh sont venus faire des spectacles et puis Black M, Calogero et Shaka Ponk sont venus faire des concerts. En juillet 2016, Nekfeu, Kendji Girac, Jean-Michel Jarre et Maitre Gims sont venus faire des concerts. En juillet 2019, Patrick Bruel réunit 6 800 personnes.

Peñas y Salsa[modifier | modifier le code]

Peñas y Salsa est un festival de musique salsa qui se tient depuis 2001 aux arènes de Bayonne le samedi soir à la mi-juin, organisé par la peña Salbaïa.

Près de cinq mille personnes viennent y participer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bayonne ville Taurine », sur www.musee-basque.com (consulté le 20 avril 2020)