Arènes de Rion-des-Landes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arènes de
Rion-des-Landes
Arènes André Taris, à Rion-des-Landes
Arènes André Taris, à Rion-des-Landes
Données générales
Coordonnées 43° 56′ 04″ nord, 0° 55′ 29″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Ville Rion-des-Landes
Organisation
Statut Public
Données historiques et techniques
Date d'inauguration 1930
Type d'arènes Arènes en bois
Capacité d'accueil 1 500 à 2 000 places

Géolocalisation sur la carte : Landes

(Voir situation sur carte : Landes)
Arènes de Rion-des-Landes

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Arènes de Rion-des-Landes

Les arènes André Taris se situent sur la commune de Rion-des-Landes, dans le département français des Landes. Elles ont une capacité d'accueil de 1500[1], à 2 000 personnes[2]. Elles accueillent des corridas.

Présentation[modifier | modifier le code]

Les arènes initiales sont entièrement construites en bois dans les années 1920. Il s'agissait en réalité de gradins mobiles, montés et démontés à l'occasion des fêtes du village. Dressées pour la Pentecôte au quartier de la gare, elles étaient ensuite remontées au bourg pour les fêtes patronales à la fin du mois d'août. Ces opérations successives finissent par fragiliser la structure, dont une partie s'écroule un jour[3].

La décision est alors prise de les démolir pour les remplacer par des arènes en dur. Après quelques aléas lors de la construction, les arènes actuelles sont inaugurés en 1930. Elles sont baptisées arènes André Taris en 2002, en l'honneur du sauteur de la commune, inventeur du saut périlleux par-dessus la vache[3].

Actions anti-corrida, incendie[modifier | modifier le code]

Le 24 août 2013, 150 militants associatifs sont descendus dans l'arène afin d'empêcher le déroulement de la novillada et la mise à mort des jeunes taureaux. L'action étant illégale, ils sont délogés par la police. Cette évacuation fait huit blessés dont un tombe une journée dans le coma [4]. Des manifestants tentent ensuite de stopper le camion transportant les taureaux [5].

Le 18 novembre, un incendie criminel ("de la paille entassée aux pieds des portes en bois et allumée avec un accélérateur de feu", ont dit les gendarmes à l’AFP) [5]a endommagé deux portes et une partie de la toiture des arènes. Les associations anti-corrida se sont désolidarisés de cette action [6].

Le 24 novembre de la même année, une centaine de personnes, hors associations, tentent de semer le désordre aux abords et pour une quinzaine au sein des arènes lors de la Fiesta campera annuelle. Ils en ont été chassés par les forces de l'ordre[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux - Les jeux taurins de l'Europe à l'Amérique, Madrid, Casa de Velasquez, , 512 p. (ISBN 8496820378), Annexe CD-Rom 112 pages
  • Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux - Les jeux taurins de l'Europe à l'Amérique, Madrid, Casa de Velasquez, , 512 p. (ISBN 8496820378)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]