Alof de Wignacourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alof de Wignacourt
Image illustrative de l'article Alof de Wignacourt
Alof de Wignacourt, par J.-F. Cars, c. 1725
Biographie
Naissance
en Flandre
Décès
à Malte
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Reçu dans l'ordre 1564
Langue Langue de France
Grand maître de l'Ordre
1601 –14 septembre 1622
Précédent Martin Garzez Luis Mendes de Vasconcellos Suivant
Chevalier de l'Ordre

Alof de Wignacourt (1547-14 septembre 1622) est le 54e grand maître, de 1601 à 1622[1] de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait d'Alof de Wignacourt, peint par le Caravage.
Blason des Wignacourt.

Alof de Wignacourt est issu d'une famille noble des Flandres. Il est le fils de Jean de Wignacourt, seigneur de Lisse (ou Lits) et de Marie de La Porte de Vézins[2].

Wignacourt rejoint l'Ordre en 1564, âgé de dix-sept ans, et appartient à la Langue de France. Il se distingue au Grand Siège de Malte un an plus tard. Il est élu Grand Maître en 1601.

C'est lui qui accueillit Le Caravage à Malte en 1607 jusqu'à son arrestation et son l'expulsion de l'Ordre en 1608.

L'année 1614 voit la dernière tentative des Ottomans pour conquérir Malte. Six mille soldats turcs débarquèrent dans la baie de Marsaskala et attaquèrent le village de Żejtun. La troupe de l'Ordre aidée de civils maltais réussirent à contenir les Turcs qui durent se retirer, sans un seul mort à déplorer du côté chrétien.

Son armure de parade est l'un des trésors de l'armurerie du palais des Grands Maîtres à La Valette.

Il meurt d'apoplexie pendant une partie de chasse le 14 septembre 1622 à l'âge de 75 ans.

Le constructeur[modifier | modifier le code]

Arc de Wignacourt (en) (reconstruit en 2015)

Son règne a été marqué par la construction de fortifications côtières (les tours Wignacourt), et de l'aqueduc Wignacourt, long de 5,2 km, qui fut une partie du système de canalisation, décidé et en partie financé par Alof de Wignacourt lui-même, pour subvenir aux besoins en eau de la nouvelle capitale La Vallette. Entre Birkirkara et Santa Venera, une porte en pierre sur le parcours de l'aqueduc porte le blason de Wignacourt comprenant trois fleurs de lys qui a donné ce nom à la porte. Par association, trois fleur-de-lys ornent désormais le blason de la ville de Santa Venera.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. B. Galimard Flavigny (2006) p. 317-319
  2. site racineshistoire.free

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens extérieurs[modifier | modifier le code]