Geoffroy de Donjon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Geoffroy de Donjon
Image illustrative de l’article Geoffroy de Donjon
Geofroi de Duisson, par J.-F. Cars, c. 1725
Biographie
Naissance ?
Décès vers
Saint-Jean d'Acre
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Langue Langue de France
Supérieur de l'Ordre
Chevalier de l'Ordre

Geoffroy de Donjon est le 11e supérieur[1] de L'Hospital de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem de à sa mort en 1202.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le nom de Geoffroy de Donjon apparait la première fois, en il apparait comme simple frère en Terre sainte[2]. La deuxième fois lors de son élection comme grand maître au chapitre général qui se tient à Margat en janvier 1193[3].

Une lettre de lui, non datée, parle du tremblement de terre en Syrie du , cela permet de dater, au plus tôt, sa mort en [2].

Il était très certainement Français et peut-être de Picardie mais sans preuve[3]. Arrivé avec les croisés, il est resté en Terre sainte et c'est là que les Hospitaliers le trouvent pour en faire leur grand maître[2].

Son magistère se situe dans une période relativement calme de la Terre sainte. Les contestations avec les Templiers étaient nombreuses, les ordres étaient jaloux l'un de l'autre. Sous Geoffroy de Donjon plusieurs accords sont conclus[4]. L'indépendance de l'ordre Teutonique est d'un autre ordre. Longtemps ils ont bénéficié des bontés de l'ordre des Hospitaliers mais les Teutoniques veulent acquérir leur indépendance. Il avait pris la règle du Temple pour les clercs et les chevaliers et celle de l'Hospital pour les règles d'accueil et d'hospitalité[5]. Le grand maitre hospitalier et le maitre du Temple assistent à la cérémonie solennelle, obligés par les circonstances, le , en réfrénant leur orgueil et dans le silence de leur réprobation[6].

Geoffroy de Donjon augmente les possessions des Hospitaliers en ajoutant le le casal Hautefié qui appartenait au seigneur de Césarée et celui de Digegie en qui était à Christine et Rohard de Caïffa[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. B. Galimard Flavigny (2006) p. 317-319
  2. a b et c Delaville Le Roulx (1904) p. 119
  3. a et b Delaville Le Roulx (1904) p. 118
  4. Delaville Le Roulx (1904) p. 125-127
  5. Delaville Le Roulx (1904) p. 127
  6. Delaville Le Roulx (1904) p. 128
  7. Delaville Le Roulx (1904) p. 123

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • J. Delaville Le Roulx, Les hospitaliers en terre sainte et à Chypre 1100 à 1310, Paris, Ernest Leroux, 1904
  • Bertrand Galimard Flavigny (2006) Histoire de l'ordre de Malte, Perrin, Paris

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]