Gregorio Carafa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gregorio Carafa
Image illustrative de l'article Gregorio Carafa
Gregoire Caraffa, par J.-F. Cars, c. 1725
Biographie
Naissance
à Castelvetere en Calabre
Décès
à La Valette
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Reçu de minorité 1615
Langue Langue d'Italie
Grand maître de l'Ordre
1680 –1690
Général des galères de l'Ordre
1654 –?
Chevalier de l'Ordre
Autres fonctions
Fonction religieuse
Archevêque de Salerne

Gregorio Carafa, né le à Caulonia et mort le à La Valette, est un religieux catholique italien du XVIIe siècle, qui fut archevêque de Salerne et le 62e grand maître[1] des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Castelvetere, en Calabre, Gregorio Carafa est en réalité originaire de Naples : issu des princes de Roccella, il appartient à l'une des grandes familles nobles de la cité parthénopéenne, celle des Carafa, qui compte parmi ses ancêtres des personnalités telles que le pape Paul IV (Gian Pietro Carafa, 1476-1559) et possède de nombreux fiefs en Calabre. À la fin du XIVe siècle, un autre Carafa, Bartolomeo Carafa della Spina, avait été anti-grand-maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Entré de minorité au service de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem (dès 1615), Gregorio Carafa se fait remarquer par ses qualités militaires : il est nommé général de la flotte de l'ordre en 1654 et, deux ans plus tard, il commande le contingent maltais victorieux lors de la bataille des Dardanelles. À Malte, il se distingue également comme un grand protecteur des arts et un promoteur de grands chantiers : il protège le peintre Mattia Preti, principal peintre napolitain de la seconde moitié du XVIIe siècle, originaire comme lui de Calabre et qui s'installe à Malte, il commande la décoration ou la reconstruction de plusieurs édifices comme l'église de l'hôpital du Saint-Esprit ou l'auberge d'Italie à La Valette. Il fait également restructurer les fortifications de la ville par Carlos de Grunenbergh. À sa mort en 1690, il est enterré dans un fastueux monument funéraire en marbres polychromes dans la chapelle de la langue d'Italie à l'intérieur de la co-cathédrale Saint-Jean.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. B. Galimard Flavigny (2006) p. 317-319

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]