Hermangard d'Asp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hermangard d'Asp
Image illustrative de l’article Hermangard d'Asp
Emangare d'Aps, par J.-F. Cars, c. 1725
Biographie
Naissance ?
Décès vers
Châtellenie d'Amposte
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Supérieur de l'Ordre
1188 –1190
Grand précepteur de l'Ordre
Prieur de Saint-Gilles
Châtelain d'Amposte
Chevalier de l'Ordre

Hermangard d'Asp est le 9e supérieur[1] de L'Hospital de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem de 1188 à sa démission en 1189 ou 1190. C'est sous son magistère que la maison cheftaine de l'Ordre est transféré de Jérusalem à Tyr.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nous n'avons aucune information sur son origine, mais son prénom et son nom le rattache au Vivarais ou à la Biscaye. Comme il y eut les responsabilités de la châtellenie d'Amposta (ca), on peut le croire à l'origine de la langue d'Espagne. Le fait qu'il ait eu la responsabilité d'Amposta en même temps que du grand prieuré de Saint-Gilles faisait de lui l'un des dignitaires les plus en vue de L'Hospital[2].

Rien n'indique la date de son magistère. En , il est témoin du grand maitre Borrel et en , il est grand maitre, c'est donc entre mai et octobre qu'eut lieu sa nomination[2].

C'est probablement, soit pendant l'hiver 1189, soit pendant celui de 1190, que cesse le magistère d'Hermangard d'Asp mais cela n'est pas dû à sa mort, puisque nous le retrouvons de à de nouveau châtelain d'Amposta. Nous n'avons aucune information sur ce que serait cette première abdication de l'histoire de l'Ordre[3].

La prise d'Acre[modifier | modifier le code]

C'est pendant son magistère en l' que Guy de Lusignan crut pouvoir attaquer Saladin. Il concentra ses forces, renforcée par l'arrivée de nouveaux croisés, à Acre en septembre. Le il attaque Saladin en quatre forces, la première est formée des Hospitaliers sous les ordres de Lusignan, la deuxième les forces de Conrad de Montferrat, la troisième par les croisés sous le commandement de Louis de Thuringe et la quatrième les Templiers avec le reste des troupes. Mais l'aile gauche des attaquants perd le contact avec l'aile droite, heureusement, les forces de Saladin vinrent se briser dans le camp des Chrétiens[4].

La retraite de Saladin permit la conquête complète d'Acre, les Hospitaliers et Conrad prennent position au nord. Ils fortifièrent la position de deux fossés, ils créèrent le nouveau port dit du marquis[4]. Pendant tout l'hiver, les forces chrétiennes se renforcèrent en vue de la prochaine campagne[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. B. Galimard Flavigny (2006), p. 317-319
  2. a et b Delaville Le Roulx 1904, p. 101
    Cette assertion de l'auteur reste à vérifier car en juin 1184, Hermangard D'asp était prieur de Saint-Gilles et maître en Provence et Aragon et on trouve à ses cotés Pedro Exemenez en tant que châtelain d'Amposta, cf. Alain Demurger, Les Hospitaliers: De Jérusalem à Rhodes. 1050 -1317, Taillandier (présentation en ligne), p. 160. Hermangard d'Asp n'est attesté comme châtelain d'Amposta qu'entre 1180 et 1182 et comme prieur de Saint-Gilles entre 1184 et 1187, cf. Abbé C. Nicolas, « Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles par M. Jean Raybaud, avocat et archivaire de ce prieuré : tome I », Mémoires de l'Académie de Nîmes, t. XXVII,‎ , p. 395, disponible sur Gallica .
    cf. (es) Agustín Ubieto Arteta, Documentos de Sigena, Anubar Ediciones, (présentation en ligne), p. 9-10: « voluntate Ermengaudi de Aspa, prioris Hospitalis in Sancto Egidio, et magister in Provincia et toto regno Aragonum; et Petri Exemenez, magistri Emposte; et Portulesii, preceptoris Emposte; et Roderici, comendatoris de Calataiub, et aliorum fratris Hospitalis, commuto et pro concambio dono vobis Raimundo de Caneto, Milicie Templi magistro in Provincia et partibus Hispania, et Raimundo de Cubellis, preceptori Montsoni; et Guillelmo de Castella et, ... »
  3. a et b Delaville Le Roulx 1904, p. 104
  4. a et b Delaville Le Roulx 1904, p. 103

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • (fr) Bertrand Galimard Flavigny, Histoire de l'ordre de Malte, Perrin, Paris, 2006
  • Joseph Delaville Le Roulx, Les Hospitaliers en Terre sainte et à Chypre, Paris, Ernest Leroux, (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]