Alain Terrenoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alain Terrenoire
Image illustrative de l'article Alain Terrenoire
Fonctions
Député de la Loire
Élu dans la 5e circonscription

(10 ans, 11 mois et 30 jours)
Élection 12 mars 1967
Réélection 30 juin 1968
11 mars 1973
Législature IIIe, IVe, Ve (Cinquième République)
Groupe politique UDR
Prédécesseur Paul Pillet
Successeur Jean Auroux
Conseiller général de la Loire
Élu dans le canton de Roanne-Nord

(3 ans)
Prédécesseur Paul Pillet
(canton de Roanne)
Successeur Paul Pillet
Conseiller général de la Loire
Élu dans le canton de Roanne-Sud

(2 ans, 5 mois et 13 jours)
Prédécesseur Création du canton
Successeur Jean Auroux
Biographie
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Lyon (Rhône)
Nationalité Française
Parti politique UNR
UDR
RPR
Père Louis Terrenoire
Mère Élisabeth Gay
Conjoint Édith Grabsch
Enfants Laurent Terrenoire
Jean Terrenoire
Sophie Terrenoire
Profession Juriste

Alain Terrenoire, né le à Lyon (Rhône), est un juriste et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Terrenoire est le fils de Louis Terrenoire (1908-1995), ancien ministre, gaulliste de gauche et d'Élisabeth Gay (1912-1992), docteur ès lettres. Il est le petit-fils de Francisque Gay (1885-1963), journaliste et ancien député.

Alain Terrenoire est docteur en droit et diplômé d'études approfondies de sciences politiques.

En 1961, il fonde l'Union des Jeunes Démocrates Européens (UJDE), le mouvement jeune du Comité français de l'Union paneuropéenne. En 1966, il est nommé secrétaire général adjoint du groupe gaulliste au Parlement européen.

Le 12 mars 1967, Alain Terrenoire est élu député UDR de la 5e circonscription de la Loire. Il est, à 25 ans, le plus jeune député de l'Assemblée nationale. Il le restera jusqu'en 1978. Pendant son mandat, il est membre de la commission des lois puis des Affaires étrangères, Alain Terrenoire est, en 1972, l'auteur et le rapporteur de la proposition de loi sur le racisme et l'antisémitisme qu'il fait adopter à l'unanimité par les députés. Il est aussi, par la suite, le rapporteur de la loi sur l'abaissement de la majorité électorale et civile, à 18 ans.

De 1970 à 1973, il est conseiller général du canton de Roanne-Nord, ce qui en fait le benjamin du Conseil général de la Loire. De 1973 à 1976, il est conseiller général du canton de Roanne-Sud.

De 1974 à 1978, il est membre de la délégation française à l'Assemblée générale de l'ONU, durant cette même période il est député au Parlement européen.

Alain Terrenoire fut membre du cabinet du ministre de la Défense Yvon Bourges dans les années 1970.

En 1981, Alain Terrenoire entre au groupe ELF Aquitaine, au sein duquel il est successivement directeur-adjoint pour la zone Orient-Maghreb-Amérique latine puis directeur des organisations internationales et ensuite directeur général d'ELF Aquitaine South Africa.

En mars 1998, il est élu conseiller régional de la région Basse-Normandie, la même année, il devient membre de section du Conseil économique et social (rapporteur de l'étude sur les Balkans occidentaux et l'Union européenne). Il est aussi président de l'Union des anciens députés gaullistes. De 2003 à 2013, il fut président de l'Union paneuropéenne de France.

Alain Terrenoire est élu, en décembre 2004, président de l'Union paneuropéenne internationale, fondée en 1923 par Richard Coudenhove-Kalergi, sur la proposition et à sa succession par Otto de Habsbourg-Lorraine. Il a été réélu dans cette fonction en décembre 2009.

De nouveau membre du Conseil économique, social et environnemental depuis mars 2012 comme personnalité associée, il en a été le rapporteur en janvier 2013 de l'étude sur « La coopération franco-allemande au cœur du projet européen ».

Alain Terrenoire exerce la profession d'avocat honoraire.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il s'est marié le 28 octobre 1964 avec Édith Grabsch.

De ce mariage sont nés trois enfants :

  • Laurent Terrenoire.
  • Jean Terrenoire.
  • Sophie Terrenoire.

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Autres mandats[modifier | modifier le code]

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Décorations officielles[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 31 décembre 2012 portant promotion et nomination
  2. Décret du 7 mai 2007 portant promotion et nomination (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]