Aires protégées en Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les aires protégées en Belgique répondent à plusieurs législations différentes. Depuis 1980, la conservation de la nature est une matière dévolue aux régions. Chacun élabore ses plans d'actions et définissent les réglementations relatives aux espaces naturels protégées en fonction de leurs plans d'aménagement du territoire[1].

Principes généraux[modifier | modifier le code]

Les trois régions appliquent les directives "Oiseaux" et "Habitats" en désignant des sites inscrits au réseau Natura 2000[2]

A Bruxelles[modifier | modifier le code]

La Directive Habitat a été initialement transposée en droit bruxellois par l'arrêté du 26 octobre 2000 relatif à la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages et modifié à deux reprises par la suite (arrêtés de modification du 28 novembre 2002 et du 24 novembre 2005)[3]. Trois sites ont été créés à la suite de cet arrêté[4]:

  • la forêt de Soignes avec ses lisières, les domaines boisés avoisinants et la vallée de la Woluwe (2071 ha) ;
  • les zones boisées et ouvertes au sud de la Région bruxelloise (134 ha) ;
  • les zones boisées et les zones humides de la vallée du Molenbeek dans le nord-ouest de la Région bruxelloise (116 ha).

Aucun site correspondant à la Directive Oiseaux n'ont été créés[5].

La région a par ailleurs défini trois types de réserve sur son territoire[6]: réserves naturelles, réserves forestières et réserves archéologiques, essentiellement destinées à gérer l'impact des promeneurs.

En Flandre[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Découvrez comment la « wikifier ».

Les directives Habitat et Oiseaux ont été transposées en droit flamand en désignant des zones de protection spéciale pour les oiseaux et des zones de protection spéciale pour les habitats qui font partie du réseau Natura 2000.

Zones de protection spéciale 'Habitats'
38 zones
habitatrichtlijngebied ou speciale beschermingszone (SBZ) habitats
Zones de protection spéciale 'Oiseaux'
23 zones
vogelrichtlijngebied ou speciale beschermingszone (SBZ) vogels
Duingebieden inclusief IJzermonding en Zwin Arendonk, Merksplas, Oud-Turnhout, Ravels en Turnhout
Polders Bokrijk en omgeving (Bokrijk et alentours)
West-Vlaams heuvelland De Kuifeend en Blokkersdijk
Bossen, heiden en valleigebieden van Zandig Vlaanderen: westelijk deel Groot Schietveld, De Maatjes, Wuustwezelheide
Bossen en heiden van Zandig Vlaanderen: oostelijk deel De Maten
Schelde en Durme-estuarium van de Nederlandse grens tot Gent De Ronde Put
Bossen van de Vlaamse Ardennen en andere Zuid-Vlaamse bossen De Zegge
Zoniënwoud (Forêt de Soignes) Demervallei
Bossen van het zuidoosten van de Zandleemstreek Durme en Middenloop van de Schelde
Hallerbos en nabije boscomplexen met brongebieden en heiden Duinengordel
Valleigebied tussen Melsbroek, Kampenhout, Kortenberg en Veltem Hamonterheide, Hageven, Buitenheide, Stramprooierbroek en Mariahof
Valleien van de Dijle, Laan en IJse met aangrenzende bos- en moerasgebieden IJzervallei (Vallée de l'Yser)
Valleien van de Winge en de Motte met valleihellingen Kalmthoutse Heide
Demervallei Krekengebied
Kalmthoutse Heide Poldercomplex
Bos- en heidegebieden ten oosten van Antwerpen Schorren en polders van de Beneden-Schelde
Kempense kleiputten (Het Blak, Kievitsheide, Ekstergoor en nabijgelegen kamsalamanderhabitats) Dijlevallei
Heesbossen, Vallei van Marke en Merkske en Ringven met valleigronden langs de Heerlese Loop Militair domein en vallei van de Zwarte Beek
Vennen, heiden en moerassen rond Turnhout Houthalen-Helchteren, Meeuwen-Gruitrode en Peer
Valleigebied van de Kleine Nete met brongebieden, moerassen en heiden Vijvercomplex van Midden-Limburg
De Maten Achterhaven Zeebrugge-Heist
Bosbeekvallei en aangrenzende bos- en heidegebieden te As-Opglabbeek-Maaseik Belgische Westkust
Vallei- en brongebied van de Zwarte Beek, Bolisserbeek en Dommel met heide en vengebieden Zwin
Mangelbeek en heide- en vengebieden tussen Houthalen en Gruitrode
Valleien van de Laambeek, Zonderikbeek, Slangebeek en Roosterbeek met vijvergebieden en heiden
Hageven met Dommelvallei, Beverbeekse Heide, Warmbeek en Wateringen
Abeek met aangrenzende moerasgebieden
Itterbeek met Brand, Jagersborg en Schootsheide en Bergerven
Mechelse heide en vallei van de Ziepbeek
Plateau van Caestert met hellingbossen en mergelgrotten
Uiterwaarden langs de Limburgse Maas en Vijverbroek
Bossen en kalkgraslanden van Haspengouw
Voerstreek
Bovenloop van de Grote Nete met Zammelsbroek, Langdonken en Goor
Jekervallei en bovenloop van de Demervallei
Overgang Kempen-Haspengouw
Historische fortengordels van Antwerpen als vleermuizenhabitat

Un parc a été défini spécialement, indépendamment des autres statuts, à la frontière des Pays-Bas: le Parc transfrontalier de Zoom-Kalmthoutse Heide.

En Wallonie[modifier | modifier le code]

Les sites Natura 2000 couvrent 220 944 ha pour 240 sites, soit environ 13 % de la surface de la région[7].

Au niveau régional, les zones bénéficiant d'un statut de protection sont définis par la Loi de la Conservation de la Nature[8]:

  • réserve naturelle
  • réserve forestière (RF) sont protégées en vue de préserver l'intégrité du sol et du milieu, possédant un faciès caractéristique ou des peuplements d'essences indigènes remarquables. Elles correspondent à la catégorie VI de l'IUCN.
  • zone humide d'intérêt biologique (ZHIB) sont protégées pour des raisons écologiques et scientifiques. Elles correspondent à la catégorie IV de l'IUCN.
  • cavité souterraine d'intérêt scientifique (CSIS) sont protégées pour des raisons écologiques, géologiques, historiques et scientifiques. Elles correspondent à la catégorie IV de l'IUCN.

Réserves naturelles[modifier | modifier le code]

En Wallonie les réserves naturelles peuvent être "domaniales" (RND), sur des terrains de la région ou de communes wallonnes et mis à disposition dans ce but, ou "agrées" (RNA) si elles sont gérées gérée par une personne physique ou morale autre que la Région wallonne. Dans tous les cas, la chasse et le dérangement des animaux, la coupe ou l'enlèvement de végétaux, ou tous travaux susceptibles de modifier le sol et l'aspect du terrain sont interdits. De manière générale, tout aménagement y est interdit[9]. Ces deux statuts sont complétés par des réserves forestières[8].

À Bruxelles, 14 réserves naturelles ont été créées pour protéger des milieux plutôt rares dans la région. À côté de ça, deux réserves forestières et deux réserves archéologiques ont été créées pour protéger respectivement des habitats et paysages forestiers typiques et particuliers, et des tertres et vestiges archéologiques présents dans le sol[6]. Toutes sont gérées par Bruxelles Environnement[10].

Les réserves naturelles wallonnes et bruxelloises (qu'elles soient naturelles ou forestières), peuvent être « intégrales », lorsqu'elles sont créées « dans le but d'y laisser les phénomènes naturels évoluer selon leurs lois » (elles correspondent alors à la catégorie Ia de l'IUCN) ou peuvent au contraire être « dirigées », « lorsqu'une gestion appropriée est mise en œuvre pour la maintenir dans son état » (via des mesures de gestion, réintroduction, contrôle, restauration...) et correspondent alors à la catégorie IV de l'IUCN. Le terme de "réserve naturelle privée" ne correspond lui à aucun statut officiel[8].

Parcs Naturels[modifier | modifier le code]

Les parcs naturels existent en Région wallonne uniquement, et sont approximativement l'équivalent des regionale landschappen en Région flamande ou des parc naturels régionaux français.

Selon le Décret du 3 juillet 2008, un parc naturel est un territoire rural, d'un haut intérêt biologique et géographique, soumis conformément au présent décret à des mesures destinées à en protéger le milieu, en harmonie avec les aspirations de la population et le développement économique et social du territoire concerné.

Les missions des parcs naturels wallons sont:

  1. Assurer la protection, la gestion et la valorisation du patrimoine naturel et paysager du parc naturel.
  2. Contribuer, dans les limites du périmètre du parc naturel, à définir et à orienter les projets d'aménagement du territoire suivant les principes du développement durable.
  3. Encourager le développement durable sur le territoire du parc naturel, en contribuant au développement local, sur les plans économique et social, ainsi qu'à l'amélioration de la qualité de la vie.
  4. Organiser l'accueil, l'éducation et l'information du public.
  5. Participer à l'expérimentation de nouveaux modes de gestion de l'espace rural, au test de processus et méthodes innovants de planification, ainsi qu'à la mise en œuvre de programmes européens et de coopération territoriale européenne.
  6. Rechercher la collaboration entre les parcs naturels et, le cas échéant, la collaboration transfrontalière avec les zones similaires des régions ou pays limitrophes.
  7. Susciter la mise en œuvre d'opérations de développement rural dans les communes qui le composent et veiller à ce que la cohérence des projets transcommunaux dans le cadre des programmes communaux de développement rural soit assurée.

Actuellement, il existe 10 parcs naturels en Wallonie[11]:

Regionale Landschappen[modifier | modifier le code]

Les Regionale Landschappen ou Paysages régionaux existent uniquement en Flandre. 17 ont été créés à ce jour[12]:

Parc National[modifier | modifier le code]

En 1998 le gouvernement flamand mandate le "Regionaal Landschap" de Campine et Maasland de mettre en place un parc national de la Haute Campine dans la province du Limbourg. Celui-ci fut inauguré officiellement le 26 mars 2006 et est le premier et unique parc national de Belgique[13].

Zone humide d'intérêt biologique[modifier | modifier le code]

Ce statut, propre à la Wallonie, concerne des zones humides dont la valeur écologique et scientifique est reconnue[8].

Cavité souterraine d'intérêt scientifique[modifier | modifier le code]

Ce statut, propre à la Wallonie, concerne des grottes et cavités dont la valeur écologique, géologique, historique et scientifique est reconnue[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]