Frameries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frameries
La place de l’église et son cadran solaire géant
La place de l’église et son cadran solaire géant
Blason de Frameries
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Mons
Bourgmestre Jean-Marc Dupont
Bourgmestre ff Didier Draux
Majorité Coalition PS-MR
Sièges
PS
cdH
MR
Ecolo
PP
27
16
7
2
1
1
Section Code postal
Frameries
Eugies
La Bouverie
Noirchain
Sars-la-Bruyère
7080
7080
7080
7080
7080
Code INS 53028
Zone téléphonique 065
Démographie
Gentilé Framerisois(e)[1]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
21 919 ()
47,27 %
52,73 %
821 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
21,40 %
62,26 %
16,35 %
Étrangers 9,66 % ()
Taux de chômage 20,80 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 11 817 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 24′ nord, 3° 53′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
25,95 km2 (2005)
57,70 %
12,22 %
26,24 %
3,84 %
Localisation
Situation de la commune dans l'arrondissement de Mons et la province de Hainaut
Situation de la commune dans
l'arrondissement de Mons et
la province de Hainaut

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Frameries

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Frameries
Liens
Site officiel www.frameries.be

Frameries est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut, ainsi qu’une localité où se situe son siège administratif.

Communes fusionnées de l'entité de Frameries[modifier | modifier le code]

Frameries, Eugies, La Bouverie, Noirchain et Sars-la-Bruyère.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Quelques historiens se sont donné beaucoup de mal pour expliquer ce nom. Alexandre-Guillaume Chotin y voit le souvenir d’une fabrique de «  framées » ou haches des anciens francs[2]. G. Descamps donne une version plus raisonnable et estime que Frameries signifiait « terres ou possessions des Francs ». Dans cette hypothèse, il se décomposerait en Franc (Francus latin) et meries ou eries, désinence qui signifie possession ou terres. L’expression primitive Franc-meries dans la prononciation du peuple, se serait modifiée, comme cela arrive souvent. Au surplus, il est hors de doute que Fram est un nom propre d’individu ou d’une race, comme Aimeries, Aumeries, Lameries, noms de lieux de l’ancien Hainaut. D’autre part, les vieux noms de champs sur Frameries révèlent presque tous des noms Francs : tels Gerardvol, Gerardcamp, Raimundcamp, Rainierbus tous cités en 1240; Grinonmont, Lamberchies, Herbertcamp, Sart dame Hawit Evrartsart, Warbourtfosse, camp dame Domet en 1275 ; Rikartmarès en 1323 ; Gondripierre en 1410, etc.

L'hypothèse la plus probable de l'origine du mot Frameries proviendrait de « Frameric » (Pays du Fromant), du nom d’un ancien propriétaire d’un des trois domaines à l’origine du village (avec Fleignies, possession de Flago et Lambrechies de Landaberth ou Lambert).

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Il y a 30 000 ans, le village n'existait pas. Cependant, des découvertes permettent d'affirmer que des hommes vivaient sur son sol. Dans certains champs faisant partie du territoire actuel de Frameries, des instruments de silex taillé par l'homme ont été découverts, ainsi que dans des villages environnants[3]. Le chemin de Binche qui forme la limite nord de Frameries est aussi d'origine néolithique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers l'an 300 av. J.-C., les Belges, peuple celte, traversant le Rhin, s'installent dans la région.

Vers l’an 1000, dans la ville de Saint-Ghislain, on trouve la première mention de Frameries.

En 1182, une bulle du Pape Lucius III, mentionnant la donation de l’église du bourg au chapitre de Saint-Waudru par Aubert II, évêque de Cambrai (décédé en 965), fait apparaître l’existence du village pour la première fois.

Parmi les dépendances de Frameries, il convient de citer les trois fermes :

  • de Flégnies ;
  • de Fliémet ;
  • du Temple.

Au cours des siècles, les trois domaines se sont mués en seigneuries indépendantes.

Elles datent d’après 1142, année où Baudouin IV comte de Hainaut, concéda sur Frameries, cent bonniers de terre aux Templiers. L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui les remplaça, possédait les terres du Temple et de Flégnies.

Un acte de 1274 cite les charbonnières de Frameries. Le chapitre de Sainte-Waudru, à Mons, avait la collation de la cure et de nombreuses propriétés. Le souverain, le chapitre et l’ordre du Temple y avaient des seigneuries. La seigneurie de ce village appartenait en 1300 à Baudry de Rochefort.

L'église Sainte-Waudru

En 1312, quand cet ordre militaire célèbre fut supprimé, ces biens et d’autres, acquis plus tard, passèrent aux chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. La dépendance, créée en 1142 par Baudouin IV, devenue celle des Chevaliers du Temple passe aux mains des Chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem (la Ferme du Temple et le Pilori en sont des vestiges).

Frameries dépendait du fief de Ligne. Il existait un serment d’Archers de SaintSébastien, auquel le grand bailli de Hainaut accorda des statuts, en 1576.

De 1945 à nos jours

Au début des années 1950 : Tablant sur la rentabilité des puits 11 et 12 du charbonnage du Crachet, un investissement de 500 millions de francs belges permet la réalisation d'un puits à grande section avec équipement en cages, châssis à molettes, machines d'extraction, ventilation, lavoir, bains-douches, bureaux et un tunnel creusé sous Frameries permettant de ramener les charbons extraits du " Grisoeuil " et du " Grand Trait " vers le nouveau lavoir. La réserve de charbon de ce complexe de 3 puits est estimé à 154 millions de tonnes de quoi assurer une extraction journalière de 1 700 tonnes durant 300 ans.

En 1960, malgré les gros investissements à peine terminés du " Crachet ", le puits 11 est fermé le et le puits 12 le 28 décembre 1960. Les bâtiments en très bon état avaient fait l'objet d'un classement.

Depuis le milieu des années 1980, Frameries s’est également inscrite dans un schéma de rénovation urbaine et de développement socio-économique.

En janvier 2009, Frameries compte plus de 21 000 habitants : 21 022 exactement.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason ville be Frameries.svg
Blason de Frameries
Blasonnement : D’or à l’aigle bicéphale éployée de sable[4].
  • Délibération communale : 16 septembre 1999
  • Arrêté de l'exécutif de la communauté : 22 septembre 2000



Exploitation Charbonnière[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Charbonnage de Frameries.

Démographie[modifier | modifier le code]

Population Frameries (habitants) :
1990 1995 2000 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2012
21 334 21 003 20 679 20 628 20 600 20 646 20 729 20 727 21 022 21 296

Jumelages[modifier | modifier le code]

Frameries est jumelée avec :

Relations amicales[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

  • Geoffroy Bisol originaire de Frameries, un des huit chevaliers fondateurs de l'Ordre du Temple
  • Germain Joseph Hallez (1769-1840), Artiste peintre, Directeur de l'Académie des Beaux-Arts à Mons
  • Frédéric Corbisier (1796-1877), industriel et homme politique, bourgmestre de Frameries
  • Philippe Passelecq (1812-1906), Artisan menuisier, Membre du Bureau de Bienfaisance
  • Joseph Dufrane dit "Bosquétia" (1833 - 1906) Écrivain belge d'expression picarde (frère de Jules Dufrane)
  • Jules Dufrane (1848-1935), Secrétaire communal, Sénateur, Directeur d'Imprimerie, Fondateur de la Société Musicale "La Ducale Fanfare" (frère de Joseph Dufrane dit "Bosquétia")
  • Georges Rodenbach (1855-1898), Poète
  • Paul Hankar (1859 - 1901), Architecte, Rénovateur de l'architecture en Belgique
  • Désiré Maroille (1862-1919), Premier Bourgmestre Socialiste de Frameries
  • Firmin Piérard (1863-1942), Ancien Bourgmestre
  • Joseph Bidez (1866-1945), Helléniste, Professeur à l'université de Gand
  • Désiré Demoustier (1865-1895), Sous-Lieutenant dans l'armée belge
  • Alexis Andry (1867-1932), Bourgmestre
  • Archimède Vinchent (1869-1910), Homme d'affaires, Conseiller communal
  • Louis Piérard (1886 - 1951), Journaliste, Écrivain, Homme politique, Critique d'art (Fils de Firmin Piérard)
  • Abel Dufrasne (1880-1959), Naturaliste, Conservateur du Musée d'histoire Naturelle de Mons
  • Achille Degrace (1906-1950), Mineur, Sauveteur à la Centrale de Sauvetage de Frameries
  • Fernand Urbain (1910 - ? ), Artiste peintre, graveur
  • Jacques Stoquart (né en 1931), scénariste de bande dessinée
  • Marcel Mahieu (1931-2007), Historien de Frameries, un des organisateurs des festivités du millénaire de Frameries (représentant le commandant en chef de la garde seigneuriale de Sainte-Waudru)
  • Freddy Bouchez
  • Alexandre Buisseret était un brigand de grand chemin qui faisait partie de la bande d'Antoine-Joseph Moneuse.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, (lire en ligne), p. 35.
  2. Études étymologiques et archéologiques sur les noms des villes, bourgs, villages, hameaux, forêts, lacs, rivières et ruisseaux de la province de Hainaut, Paris - Leipzig - Tournai, 1857
  3. À Spiennes notamment où existe un atelier de taille néolithique
  4. Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 1 : Communes wallonnes A-L, Bruxelles, Dexia, , p. 357

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]