Étalle (Belgique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Étalle.

Étalle
Étalle (Belgique)
La Semois dans le village d’Étalle
Blason de Étalle
Héraldique
Drapeau de Étalle
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Virton
Bourgmestre Henry Thiry (MR)
Majorité Mayeur
Sièges
Mayeur
E.P.E.
Ecolo
17
11
3
3
Section Code postal
Étalle
Sainte-Marie-sur-Semois
Villers-sur-Semois
Vance
Chantemelle
Buzenol
6740
6740
6740
6741
6742
6743
Code INS 85009
Zone téléphonique 063
Démographie
Gentilé Stabulois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
5 855 ()
49,87 %
50,13 %
75 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
28,38 %
60,65 %
10,97 %
Étrangers 3,46 % ()
Taux de chômage 6,67 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 15 145 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 26″ nord, 5° 36′ 07″ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
78,10 km2 (2005)
46,02 %
41,85 %
7,97 %
4,16 %
Localisation
Localisation de Étalle
Situation de la commune dans l'arrondissement de Virton et la province de Luxembourg

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Étalle

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Étalle
Liens
Site officiel etalle.be

Étalle (en gaumais Ètaule) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Luxembourg, ainsi qu’une localité où siège son administration. Elle fait partie de la Lorraine gaumaise.

Le logo utilisé par l'Administration communale figure ci-contre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d’Étalle est située dans le Sud de la province de Luxembourg, dans une région appelée la Lorraine belge (prolongement de la Lorraine française), et dans une sous-région appelée la Gaume.

Étalle est le chef-lieu du canton du même nom. Une justice de paix y est installée.

Les villages de Vance, Chantemelle, Sivry, Étalle, Sainte-Marie-sur-Semois et Villers-sur-Semois sont traversés par la Semois, rivière qui prend sa source à Arlon et va se jeter dans la Meuse à Monthermé (département français des Ardennes).

Le village est traversé par la route nationale 83 reliant Arlon et Bouillon. Il est en outre contourné par l’ouest par la route nationale 87 reliant la frontière française à Lamorteau (Rouvroy) et Parette (Attert), près de la frontière luxembourgeoise.

Sections de commune et villages[modifier | modifier le code]

Logo utilisé par l'administration, dérivé du blason.
Logo utilisé par l'administration, dérivé du blason.

La commune d’Étalle est composée des sections et villages suivants :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Étalle
Habay
Tintigny Étalle Arlon
Virton Saint-Léger

Histoire[modifier | modifier le code]

Étalle a une histoire très ancienne. Elle fut occupée dès l'âge du fer. Sur le site de Montauban-Buzenol, on a découvert une gravure exceptionnelle représentant la moissonneuse des Trévires (peuple celte occupant alors la région), machine agricole citée par plusieurs auteurs romains (dont Pline). Ce site, Montauban, est un des plus célèbres d'Europe.

La dénomination « Étalle » vient du romain STABULUM. Stabulum était un relais romain sur la chaussée Reims-Trèves (la chaussée romaine existe toujours et on peut l'emprunter notamment de Sivry à Sampont). Les habitants d'Étalle se nomment les Stabulois. Au départ, Étalle s’appelait Estale, parce qu'il y a longtemps, avant d'être un village, Étalle était surtout un lieu d'arrêt et de repos pour les voyageurs.[réf. souhaitée]

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le 10 mai 1940, jour du déclenchement de la Bataille de France, en réaction à l'invasion de la Belgique par l'Allemagne, l'armée française pénètre immédiatement en Belgique. C'est ainsi que vers h, des éléments de la 2e division légère de cavalerie commencent à occuper Étalle, lorsqu'une heure après surgissent les premiers Allemands du Schützen-Regiment 69 (de la 10e Panzerdivision), qui entreprennent alors de s'emparer du pont sur la Semois que protègent les défenseurs par une barricade, mais cette première attaque échoue, ce qui pousse les Allemands à déborder les positions des Français[1]. Malgré la destructions de trois automitrailleuses de découverte françaises, cette seconde attaque marque le pas jusqu'à l'arrivée des chars du Panzer-Regiment 7 (de la 10. Panzer-Division) ; les défenseurs détruisent également quelques chars ennemis mais sont néanmoins pris au piège dans Étalle ; une première tentative de dégagement échoue et une seconde, le soleil se couchant, est annulée, laissant Étalle aux Allemands[1].

Actuellement, Étalle est une commune avec beaucoup de jeunes. En effet, elle a été classée dans les dix communes les plus jeunes de Belgique.[réf. nécessaire]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Étalle (Belgique).svg
La commune possède des armoiries, mais qui n’ont pas été confirmées officiellement.
Blasonnement : Fascé de vair et de gueules de quatre pièces, à la plaine d'argent.
Source du blasonnement : Selon le Nouvel Armorial Belge G. Dansaert, édition 1949. (Moorthamers J. Bxl)



Économie[modifier | modifier le code]

Les sources d’eaux minérales découvertes dans la région d’Étalle ont permis à une multinationale du secteur alimentaire (Valvert) d’y installer une importante usine d’embouteillage et d’exporter sa production dans toute l’Europe grâce à un accès direct au chemin de fer et au réseau autoroutier européen.

Démographie[modifier | modifier le code]

Etalle comptait, au , 5 813 habitants (2 915 hommes et 2 898 femmes), soit une densité de 74,43 habitants/km²[2] pour une superficie de 78,10 km².

Le graphique suivant reprend la population résidente au 1er janvier de chaque année[3] pour la commune.

Les chiffres des années 1846, 1900 et 1947 tiennent compte des chiffres des anciennes communes fusionnées.

Monuments[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Léger

Sécurité et secours[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone de police Gaume pour les services de police, ainsi que de la zone de secours Luxembourg pour les services de pompiers. Le numéro d'appel unique pour ces services est le 112.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 90-93.
  2. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/stat-1-1_f.pdf
  3. « Chiffres de la population résidente au 1er janvier, par année 1990‑2010 », sur le site de l’INS (consulté le 11 janvier 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]