Aérodrome de Chavenay - Villepreux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aérodrome de Chavenay)
Aller à : navigation, rechercher
Chavenay - Villepreux
Vue de l'aérodrome
Vue de l'aérodrome
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Chavenay
Coordonnées 48° 50′ 32″ nord, 1° 58′ 49″ est
Superficie 47 ha[1]
Altitude 129 m (424 ft)

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

(Voir situation sur carte : Yvelines)
XZX
XZX

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
XZX
XZX
Pistes
Direction Longueur Surface
05/23 825 m (2 707 ft) herbe
10/28 710 m (2 329 ft) herbe
Informations aéronautiques
Code AITA XZX
Code OACI LFPX
Nom cartographique CHAVENAY
Type d'aéroport civil
Gestionnaire Aéroports de Paris
Site web gestionnaire Consulter
L'aérodrome vu de la route des Clayes.

L'aérodrome de Chavenay ou aéroport de Chavenay - Villepreux[1] est un aérodrome francilien situé dans le département des Yvelines, dans la plaine de Versailles, à 27 kilomètres à l'ouest de Paris.

Il occupe une superficie de 47 hectares, entièrement sur la commune de Chavenay. Il possède 2 pistes en herbe et n'est ouvert que pendant la période diurne[1]. Depuis 1948, il est exploité par la société Aéroports de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le ministère de la Guerre crée ce terrain en 1936 pour une utilisation strictement militaire et comme centre de formation, avec une section d'aviation populaire. L'aérodrome n'est ouvert à la circulation aérienne publique qu'après la Seconde Guerre mondiale, le . Il est destiné à l'aviation légère. Jusqu'en 1973, le trafic était d'ailleurs essentiellement composé de planeurs[2].

La section d'aviation populaire de Chatenay a été créée en 1936 par un passionné, Paul Ducellier[3].

Situation[modifier | modifier le code]

L'activité aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Environ 100 aéronefs sont basés sur l'aérodrome, dont un peu moins de la moitié appartient à des propriétaires privés et le reste aux huit aéro-clubs et deux sociétés de travail aérien basés sur ce terrain.

Malgré la disparition du vol à voile, les activités restent nombreuses et diverses : formation aéronautique, rénovation d'avions anciens, construction amateur, voltige ou tout simplement vols de loisir.

Les avions les plus fréquemment rencontrés sont les Robin (DR400, DR221, DR250), Jodel (D112) Piper (PA28, PA19, J3), Cessna (C150, C172, C182) mais aussi Diamond Aircraft (DA20, DA40), Mudry (CAP10, CAP20), quelques ULM multiaxes, un certain nombre d'avions de construction amateur (Van's RV, Dyn'Aéro MCR 01, Piel, Menestrel...), des avions de collection (MS317, Stampe, Macareux...), des Yak, Sukoï...

Vue aérienne de l'aérodrome.

Aéroclubs[modifier | modifier le code]

L'aérodrome héberge les aéroclubs suivants[4] :

  • Aéroclub Dassault Île-de-France ;
  • Aéroclub Gaston Caudron ;
  • Aéroclub Intertechnique ;
  • Aéroclub Jean Bertin ;
  • Aéroclub Renault ;
  • Aviation et Relations Culturelles ;
  • Centre d'entraînement à la voltige aérienne - CEVA ;
  • Cercle aérien Peugeot ;
  • Cercle aéronautique du ministère de l'Intérieur - CAMI ;
  • Septième Ciel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]