166e division d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

166e Division d'Infanterie
Création 9 janvier 1917
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d'Infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1917 - Bataille du Chemin des Dames
1918 - 2e bataille de Picardie
(Bataille de l'Avre (en))
1918 - 3e bataille de Picardie
1918 - Offensive des Cent-Jours
(Poussée vers la position Hindenburg)
(Bataille de Saint-Quentin)
(2e bataille de Guise)

La 166e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale.

Les chefs de la 166e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Constitution le à Igny-le-Jard.

Composition[modifier | modifier le code]

  • Infanterie
171e Régiment d'Infanterie de à
294e Régiment d'Infanterie de janvier à (Dissolution)
19e Bataillon de Chasseurs à Pied de à
26e Bataillon de Chasseurs à Pied de à
17e Régiment de Tirailleurs de Marche d'octobre à
  • Cavalerie
1 escadron du 12e régiment de chasseurs à cheval
  • Artillerie
1 groupe de 75 du 34e régiment d'artillerie de campagne de janvier à
1 groupe de 75 du 46e régiment d'artillerie de campagne de janvier à
1 groupe de 75 du 6e régiment d'artillerie de campagne de janvier à
3 groupes de 75 du 234e régiment d'artillerie de campagne de à
137e batterie de 58 du 39e régiment d'artillerie de à
101e batterie de 58 du 234e régiment d'artillerie à partir de
8e groupe de 155c du 106e régiment d'artillerie lourde à partir de
  • Génie
bataillon de pionnier issu du 28e régiment d'infanterie territoriale d'août à

Historique[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

 : attaque et progression vers la ferme de Bovettes (2e Bataille de l'Aisne).
  • 9 –  : retrait du front ; repos vers Septmonts.
  •  : mouvement vers le front, et, à partir du , occupation d'un secteur vers l'Épine de Chevregny et le Panthéon :
 : attaque allemande.

1918[modifier | modifier le code]

  •  : retrait du front ; mouvement par étapes vers le camp de Villersexel. À partir du , repos et instruction. À partir du , transport par V.F. dans la région de Bruyères ; travaux.
 : transport par V.F. dans la Somme.
  •  : éléments engagés, dès leur débarquement, vers Grivesnes, dans la Bataille de l'Avre (en) (2e bataille de Picardie) : résistance à l'offensive allemande. Au début d'avril, stabilisation du front et occupation d'un secteur vers Thory et le nord d'Ainval.
  • 11 –  : retrait du front, puis, à partir du , transport par V.F. dans la région de Bayon ; repos.
 : mouvement vers Rosières-aux-Salines.
 : les parlementaires allemands sont reçus dans le secteur de la 166e DI, sur la route d'Haudroy à la Capelle. Poursuite vers Fourmies et jusqu'à Momignies, où la 166e DI se trouve lors de l'armistice.

Rattachements[modifier | modifier le code]

  • Affectation organique
Isolée : -
6e corps d'armée à partir de
9 –

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

La 166e DI dans la bataille de l'Aisne (1917)