Saint-André-de-Lidon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-André-de-Lidon
Saint-André-de-Lidon
Église Saint-André.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Saintonge Estuaire
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Gémozac et de la Saintonge Viticole
Maire
Mandat
Alain Puyon
2014-2020
Code postal 17260
Code commune 17310
Démographie
Gentilé Saint-Androns, Lidonnais
Population
municipale
1 103 hab. (2015 en augmentation de 14,66 % par rapport à 2010)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 58″ nord, 0° 44′ 55″ ouest
Altitude Min. 15 m
Max. 51 m
Superficie 23,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-André-de-Lidon

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-André-de-Lidon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Lidon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Lidon

Saint-André-de-Lidon est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Saint-Androns ou Lidonnais et les Saint-Andronnes ou Lidonnaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-André-de-Lidon se situe dans le centre du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au midi de la France — on parle plus précisément de « midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français.

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Saint-André-de-Lidon est un petit village de la Saintonge viticole.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-André-de-Lidon
Thaims Montpellier-de-Médillan Rioux
Grézac Saint-André-de-Lidon Cravans
Cozes Épargnes Gémozac,
Virollet

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Saint-André-de-Lidon est traversé par la Seudre.

Végétation[modifier | modifier le code]

C'est un territoire principalement couvert de :

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-André-de-Lidon tire son nom du village Lidon (habitat au bord de l'eau), qui fut certainement l'agglomération primitive. Ce n'est que bien plus tard qu'une autre agglomération se forma, peut-être pour éviter l'humidité du marais, sur un petit éperon rocheux qui domine le cours de la Seudre. Le nom de Saint-André est postérieur au VIIe siècle (relatif à l'évangélisation du pays).

Sous la Révolution, la commune portait le nom de L’Union de Lidon.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Jean-Claude Courpron    
2001 en cours Alain Puyon   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2015, la commune comptait 1 103 habitants[Note 1], en augmentation de 14,66 % par rapport à 2010 (Charente-Maritime : +2,83 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2251 2351 1151 3281 3801 3761 3911 4021 355
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3931 4111 3441 2221 2391 1691 2071 2731 184
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2251 1931 1661 009996958973937908
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
854773789795810846888897906
2013 2015 - - - - - - -
1 0491 103-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

  • Paul-Marie Tonnellier (1886-1977), dit le Chanoine Tonnellier fut le curé de Saint-André-de-Lidon pendant plus de 51 ans. Il était un historien et écrivain réputé pour ses études de la pierre et des églises romanes de Saintonge. Il nous lègue l'histoire de Saint-André-de-Lidon et une partie inédite de l'histoire de France, en un volume de 500 pages imprimé par la commune en 1988. Cet ouvrage est disponible à la mairie.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-André[modifier | modifier le code]

L'église Saint-André

Cet édifice date du XIIIe siècle, et il n'en reste que la chapelle méridionale. Elle fut ruinée pendant les guerres de religion au XVIe siècle. La nef et le chœur furent reconstruits plus tard. Son architecture témoigne du premier gothique saintongeais. Cette chapelle possède une crypte ossuaire, dont la voûte fut détruite lors des guerres de religion. Sa particularité est d'être semi-enterrée car le rocher, très difficile à creuser, fut rencontré très tôt lors du creusement du sol. La façade de la chapelle fut certainement munie de son petit clocher-arcade, lors de la disparition du clocher. Elle a été classée monument historique en 1943.

Le jardin botanique de Deau[modifier | modifier le code]

Situé au lieu-dit du Chaillaud, il offre à ses visiteurs une roseraie d'une vingtaine de variétés, un potager, un verger, un sous-bois et depuis quelques années un jardin de cactus.

Le musée d'Hier et d'Avant-Hier[modifier | modifier le code]

Ce musée recueille et met en valeur les différentes collections et vestiges qui ont marqué la commune. Il est ouvert les jours fériés et sur demande par téléphone.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :