Élections fédérales allemandes de 1949

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections fédérales allemandes de 1949
402 députés du Bundestag
(Majorité absolue : 202 députés)
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 31 207 620
Votants 24 495 614
78,49 %
Votes exprimés 23 732 398
Votes nuls 763 216
Bundesarchiv B 145 Bild-F078072-0004, Konrad Adenauer.jpg CDU – Konrad Adenauer
Voix 7 359 084
31,01 %
Députés élus 139
K.Schumacher.jpg SPD – Kurt Schumacher
Voix 6 934 975
29,22 %
Députés élus 131
Bundesarchiv B 145 Bild-P001512, Franz Blücher 2.jpg FDP – Franz Blücher
Voix 2 829 920
11,92 %
Députés élus 52
Bundesarchiv Bild 183-S99067, Berlin, III. SED-Parteitag.jpg KPD – Max Reimann
Voix 1 361 706
5,74 %
Députés élus 15
1re législature du Bundestag
Diagramme
Chancelier fédéral
Sortant Élu
Non pourvu Konrad Adenauer
CDU
wahlen-in-deutschland.de

Les élections fédérales allemandes de (en allemand : Bundestagswahl 1949) se tiennent le dimanche , afin d'élire les 400 députés de la 1re législature du Bundestag. Du fait des résultats et en application de la loi électorale, 402 députés sont finalement élus.

Ce premier scrutin parlementaire à se tenir depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale à l'échelle du pays voit la victoire à la majorité relative de la nouvelle alliance chrétienne-démocrate CDU/CSU, emmenée par l'ancien président du Conseil parlementaire Konrad Adenauer. Ce dernier accède au pouvoir un mois plus tard, grâce au soutien des libéraux et des nationalistes conservateurs.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après les élections législatives du , qui se résumaient à un plébiscite en faveur du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP), la politique militaire expansionniste d'Adolf Hitler entraîne le monde dans la Seconde Guerre mondiale.

Le conflit prend fin en , avec le suicide d'Hitler et l'occupation de l'Allemagne vaincue par les Alliés : l'Union soviétique, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France administrent chacun une partie du territoire allemand.

En , Américains et Britanniques fusionnent leurs administrations et créent la Bizone. Ils sont rejointe l'année suivante par les Français, devenant alors la Trizone. Au mois de , le Conseil parlementaire, composé de 65 délégués des Länder, se réunit pour rédiger une nouvelle Constitution allemande, qui prend le nom de « Loi fondamentale », sous la présidence du chrétien-démocrate Konrad Adenauer.

La Loi fondamentale est approuvée le jour anniversaire de la fin de la guerre, le . Instituant un régime parlementaire rationalisé, dont l'innovation de la motion de censure constructive est l'un des symboles, une organisation fédérale et une haute protection des droits humains par la nouvelle juridiction constitutionnelle, le texte entre en vigueur 15 jours plus tard.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Bundestag est constitué de 400 députés (en allemand : Mitglied des Deutschen Bundestages, MdB), élus pour une législature de quatre ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel d'Hondt.

Chaque électeur dispose d'une voix, qui lui permet de voter pou un candidat de sa circonscription selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le pays comptant un total de 242 circonscriptions réparties entre les 11 Länder ; elle est alors automatiquement attribuée au niveau du Land au parti politique dont ce candidat est le représentant.

Lors du dépouillement, l'intégralité des sièges attribués à chaque Land est répartie à la proportionnelle, à condition qu'un parti ait remporté 5 % des voix au niveau du Land ou un mandat uninominal. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, ces mandats sont conservés.

Campagne[modifier | modifier le code]

Principaux partis[modifier | modifier le code]

Parti Idéologie Chef de file
Parti bavarois
Bayernpartei
Centre droit
Libéral-conservatisme, régionalisme
Joseph Baumgartner
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Centre droit
Démocratie chrétienne, libéral-conservatisme
Konrad Adenauer
Union chrétienne-sociale en Bavière
Christlich-Soziale Union in Bayern
Parti allemand
Deutsche Partei
Droite
National-conservatisme, national-libéralisme
Heinrich Hellwege
Parti du centre allemand
Deutsche Zentrumspartei
Centre droit
Démocratie chrétienne, conservatisme sociétal
Helene Wessel
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Centre
Libéralisme classique, libéralisme économique
Franz Blücher
Parti communiste d'Allemagne
Kommunistische Partei Deutschlands
Extrême gauche
Communisme, marxisme, luxemburgisme
Max Reimann
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Centre gauche
Socialisme démocratique, socialisme
Kurt Schumacher

Résultats[modifier | modifier le code]

Voix et sièges[modifier | modifier le code]

Au niveau fédéral[modifier | modifier le code]

Résultats des élections fédérales allemandes de 1949
Parti Voix Sièges
Votes % MU1 Liste Total
CDU/CSU 7 359 084 31,01 115 24 139
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 5 978 636 25,19 91 24 115
Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU) 1 380 448 5,82 24 0 24
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 6 934 975 29,22 96 35 131
Parti libéral-démocrate (FDP) 2 829 920 11,92 12 40 52
Parti communiste d'Allemagne (KPD) 1 361 706 5,74 0 15 15
Parti bavarois (BP) 986 478 4,16 11 6 17
Parti allemand (DP) 939 934 3,96 5 12 17
Parti du centre allemand (DZP) 727 505 3,07 0 10 10
Union de la reconstruction économique (WAV) 681 888 2,87 0 12 12
Parti conservateur allemand – Parti de droite allemand (DKP-DRP) 429 031 1,81 0 5 5
Fédération des électeurs du Schleswig du Sud (SSW) 75 388 0,32 0 1 1
Autres 1 406 489 5,93 3 0 3
Votes valides 23 732 398 96,88
Votes blancs et nuls 763 216 3,12
Total 24 495 614 100 242 160 402
Abstentions 6 712 006 21,51
Nombre d'inscrits / participation 31 207 620 78,49

Dans les Länder[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Marqué par une forte participation, ce scrutin voit la victoire des forces de droite et du centre droit, même si le Parti social-démocrate d'Allemagne a moins de 500 000 voix de retard sur la CDU/CSU. En outre, le mode de scrutin retenu n'empêche pas l'émiettement du Bundestag, où siégeront pas moins de onze partis politiques. Dans leur ensemble, les partis nationalistes ou extrémistes réalisent des scores plus que limités. Ces élections jettent les bases du futur échiquier politique allemand, avec deux partis avoisinant les 30 % et de plus petites formations, au premier rang desquelles se retrouvent les libéraux, auteurs d'une vraie performance en dépassant les 10 % des voix.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le chrétien-démocrate Konrad Adenauer, président du Conseil parlementaire et président fédéral de la CDU, est investi au poste de chancelier fédéral par 202 voix sur 402 le , après avoir formé une coalition de centre droit avec le FDP et le DP. Le cabinet Adenauer I, nommé cinq jours plus tard, comprend treize ministres, dont un dédié aux Réfugiés et un à la « politique allemande ». Le libéral Blücher est également vice-chancelier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]