Économie du Guatemala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’économie image illustrant le Guatemala
Cet article est une ébauche concernant l’économie et le Guatemala.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Guatemala
Indicateurs économiques
Monnaie quetzal guatémaltèque
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 40,8 milliards $ (2010)
Croissance du PIB 2,4 % (2010)
PIB par habitant en PPA 8 839 $ (2010)
Inflation (IPC) 5,5 % (2010)
Pop. sous le seuil de pauvreté 52 % (2010)
Indice de développement humain (IDH) 0,7 (2010)
Taux de chômage Le taux de chômage est évalué à 3,2 % selon le CIA World Factbook (version du 11 mars 2011)
Commerce extérieur
Biens exportés café, sucre, banane, cardamone, noix de muscade, pétrole, textile
Finances publiques
Recettes publiques 4 milliards $ (2010)
Sources :
Bilan du Monde 2011

L'économie du Guatemala est dominée par le secteur privé à l'origine de 85 % du produit intérieur brut. L'agriculture (café, sucre, banane, cardamone, noix de muscade dont le pays est le premier producteur mondial...) compte pour 23 % du produit intérieur brut et pour 75 % des exportations.

Guatemala est la plus grande économie en Amérique centrale. Et le dixième en Amérique latine.

L'inflation, qui atteignait 70 % en 1985, a été ramenée à 12,5 % en 1999 et 5,5 % en 2010.

52 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

En ce qui concerne la dette, le Guatemala est piégé par celle-ci. Le FMI, la Banque Mondiale et les États-Unis exercent beaucoup de pression sur l'administration du pays afin que celle-ci soit supprimée. (IRENEES.NET, Investir dans l’économie et négliger l’éducation : une opposition dangereuse. Exemple du Guatemala dans la reconstruction de la paix après la guerre civile, [En ligne], http://www.irenees.net/fr/fiches/defis/fiche-defis-81.html)

Les principaux produits importés au Guatemala sont les combustibles, les machines et équipements de transport, les matériaux de construction, les céréales, les engrais et l'électricité. (Guatemala, [En ligne], https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/gt.html).

En janvier 2014, le pays figure sur la liste française des paradis fiscaux [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]