Économie du Guatemala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guatemala
Indicateurs économiques
Monnaie quetzal guatémaltèque
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 40,8 milliards $ (2010)
Croissance du PIB 2,4 % (2010)
PIB par habitant en PPA 8 839 $ (2010)
Inflation (IPC) 5,5 % (2010)
Pop. sous le seuil de pauvreté 52 % (2010)
Indice de développement humain (IDH) 0,7 (2010)
Taux de chômage Le taux de chômage est évalué à 3,2 % selon le CIA World Factbook (version du 11 mars 2011)
Commerce extérieur
Biens exportés café, sucre, banane, cardamone, noix de muscade, pétrole, textile
Finances publiques
Recettes publiques 4 milliards $ (2010)
Sources :
Bilan du Monde 2011

L'économie du Guatemala est dominée par le secteur privé à l'origine de 85 % du produit intérieur brut. L'agriculture (café, sucre, banane, cardamone, noix de muscade dont le pays est le premier producteur mondial...) compte pour 23 % du produit intérieur brut et pour 75 % des exportations.

Guatemala est la plus grande économie en Amérique centrale. Et le dixième en Amérique latine.

L'inflation, qui atteignait 70 % en 1985, a été ramenée à 12,5 % en 1999 et 5,5 % en 2010.

52 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

En ce qui concerne la dette, le Guatemala est piégé par celle-ci. Le FMI, la Banque Mondiale et les États-Unis exercent beaucoup de pression sur l'administration du pays afin que celle-ci soit supprimée. (IRENEES.NET, Investir dans l’économie et négliger l’éducation : une opposition dangereuse. Exemple du Guatemala dans la reconstruction de la paix après la guerre civile, [En ligne], http://www.irenees.net/fr/fiches/defis/fiche-defis-81.html)

Les principaux produits importés au Guatemala sont les combustibles, les machines et équipements de transport, les matériaux de construction, les céréales, les engrais et l'électricité. (Guatemala, [En ligne], https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/gt.html).

En janvier 2014, le pays figure sur la liste française des paradis fiscaux [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]