Économie de Trinité-et-Tobago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Drapeau de Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago
Indicateurs économiques
Image illustrative de l’article Économie de Trinité-et-Tobago
Port-d'Espagne, capitale de Trinité-et-Tobago

Monnaie Dollar de Trinité-et-Tobago
Taux de change au 12 novembre 2018 : 1 US$ = 6,74 TT$[1]
Année fiscale 1er octobre – 30 septembre
Organisations internationales CARICOM, OMC, CDB
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) en diminution 21,62 milliards de US$ (2017, est.)
Produit intérieur brut en PPA en diminution 43,01 milliards de US$ (2017, est.)
Rang pour le PIB en PPA 114e par tête : 64e
Croissance du PIB en diminution - 2,6 % (2017, est.)
PIB par habitant en PPA en diminution 31 400 US$ (2017, est.)
PIB par secteur agriculture : 0,4 %
industrie : 48,8 %
services : 50,8 % (2017, est.)
Inflation (IPC) 1,9 % (2017, est.)
Pop. sous le seuil de pauvreté 20 % (2014, est.)
Indice de développement humain (IDH) en diminution 0,784 (2017)[2]
Population active 629 400 (2017, est.)
Population active par secteur agriculture : 3,1 %
industrie : 11,5 %
services : 85,4 % (2016, est.)
Taux de chômage en augmentation 4,5 % (2017, est.)
Principales industries pétrole et produits pétroliers, gaz naturel liquéfié, méthanol, ammoniac, urée, produits en acier, boissons, transformation des aliments, ciment, textiles de coton
Commerce extérieur
Exportations en augmentation 9,668 milliards US$ (2017, est.)
Biens exportés pétrole et produits pétroliers, gaz naturel liquéfié, méthanol, ammoniac, urée, produits en acier, boissons, céréales et produits à base de céréales, cacao, poisson, fruits en conserve, cosmétiques, nettoyants ménagers, emballages en plastique
Principaux clients 2017 :
Drapeau des États-Unis États-Unis 34,8 %
Drapeau de l'Argentine Argentine 9 %
Importations Increase Negative.svg 10,19 milliards de US$ (2017, est.)
Biens importés combustibles minéraux, lubrifiants, machines, matériel de transport, produits manufacturés, aliments, produits chimiques, animaux vivants
Principaux fournisseurs 2017 :
Drapeau des États-Unis États-Unis 23,8 %
Drapeau de la Russie Russie 15,3 %
Drapeau de la Colombie Colombie 11,1 %
Drapeau du Gabon Gabon 10,5 %
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 7,3 %
Finances publiques
Dette publique Increase Negative.svg 41,3 % du PIB (2017, est.)
Dette extérieure Increase Negative.svg 10,07 milliards de US$ (2017, est.)
Recettes publiques 6,919 milliards de US$ (2017, est.)
Dépenses publiques 7,838 milliards de US$ (2017, est.)
Déficit public 4,5 % du PIB (2017, est.)

Trinité-et-Tobago possède la plus importante économie des petites Antilles, avec un PIB de l'ordre de 18 milliards USD (évalué en parité de pouvoir d'achat).

La principale caractéristique de l'économie du pays, par rapport aux autres pays des Antilles, est son important secteur pétrolier

Les appréciables réserves de gaz naturel alimentent une industrie pétrochimique orientée vers l'exportation : méthanol (dont le pays est le plus grand exportateur mondial[réf. nécessaire]), ammoniac, urée. Presque la moitié de la production de gaz naturel est exportée sous forme de GNL, principalement vers les États-Unis.

Outre la pétrochimie, la disponibilité de gaz naturel a aussi permis le développement des industries de l'acier et de l'aluminium, industrie très consommatrice d'énergie.

Le tourisme est aussi un secteur important, même s'il l'est proportionnellement moins que dans la majorité des pays des Antilles. Les services financiers sont aussi très développés. L'activité agricole est modeste, elle exporte des agrumes, des fleurs, du cacao et du café ou encore du sucre de canne.

Les indicateurs généraux sont bons : la croissance atteint 7 % en 2005 (mais elle doit beaucoup aux cours des hydrocarbures), le taux de chômage a baissé à moins de 7 %[3].

Le gouvernement a fixé pour objectif de rendre Trinité-et-Tobago qualifiable comme « pays industrialisé » d'ici 2020. Ses ambitieux plans de développement s'appuient cependant très largement sur l'exploitation accrue des réserves de gaz, et nécessitent la découverte de gisements supplémentaires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

(fr) Site de l'OMC