Économie d'Haïti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Haïti
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie d'Haïti
Comparaison du PNB par habitant en dollars constants de plusieurs pays des Caraïbes. Haïti est le seul à n'avoir pas vu celui-ci augmenter depuis 1945.

Monnaie Gourde
Année fiscale 1er octobre – 30 septembre
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 6 709 734 807 $US (2010) [1]
Croissance du PIB 1,3 % (2012)
PIB par habitant en PPA 1 900 $ (2007)
Inflation (IPC) 5,7 % (2010)
Pop. sous le seuil de pauvreté 69 % (2012)
Population active 3,6 millions
Taux de chômage 39,5 % (2012) [2]
Commerce extérieur
Principaux clients États-Unis (86,2 %) Canada (5 %) France (2,5 %) (2010)
Principaux fournisseurs États-Unis (51 %) République Dominicaine (19 %) Chine (11 %) (2010)
Finances publiques
Recettes publiques 820,6 millions $ (2008)
Dépenses publiques 965,2 millions $ (2008)
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/ha.html

L'économie d'Haïti est la plus pauvre de l'Amérique. Sa monnaie est la gourde haïtienne. Son revenu par habitant est même comparable à celui de certains pays d'Afrique.

Années 1880[modifier | modifier le code]

Les finances publiques sont dans extrême désordre, le revenu est évalué à 21,5 millions de francs français et les dépenses au double de cette somme. La dette publique s'élève à 12 millions de piastres fortes dont 308 000 piastres pour le solde de la dette française (1 540 000 francs). 1 piastre égale 5 francs et la monnaie française a cours. Dans les années 1880, il existait deux lignes de bateaux à vapeur pour rallier les États-Unis, deux pour le Royaume-Uni et une pour la France. Les importations représentait 34 millions de francs français de l'époque et les exportations 37 millions. Pour l'exportation : café (25 millions de kg), cacao (1 million de kg), coton (130 000 francs), campêche (114 millions de kg), cire (25 000 francs), acajou (400 000 francs), miel (100 000 litres)[3].

Époque actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis la chute du régime de Duvalier en 1986, les économistes étrangers pressent le pays afin qu'il modernise son économie. Sous la présidence de René Préval, plusieurs réformes sont prévues dont : la libéralisation des échanges et des taxes, l'augmentation des revenus de ces dernières, et la rationalisation du gouvernement. Le taux de chômage varie de 50 à 70 %. L'IDH est de 0,532.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://donnees.banquemondiale.org/pays/haiti
  2. http://www.indexmundi.com/fr/haiti/taux_de_chomage.html
  3. Nouveau Dictionnaire encyclopédique universel illustré, Jules Trousset, 1886-1891, tome 3, p. 214