Vittorio Pozzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pozzo.
Vittorio Pozzo
Vittorio Pozzo 1920 year.jpg
Biographie
Nationalité Drapeau : Italie Italien
Naissance 2 mars 1886
Lieu Turin, Italie Drapeau : Italie
Décès 21 décembre 1968 (à 82 ans)
Lieu Ponderano, Italie Drapeau : Italie
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1905-1906 Drapeau : Suisse Grasshopper-Club Zurich
1906-1911 Drapeau : Italie FC Torino
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1912-1922 Drapeau : Italie FC Torino
1912-1912 Drapeau : Italie Italie
1924-1926 Drapeau : Italie Milan AC
1924-1924 Drapeau : Italie Italie
1929-1948 Drapeau : Italie Italie
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Vittorio Pozzo, né le 2 mars 1886 à Turin et mort le 21 décembre 1968 à Ponderano, était un footballeur puis entraîneur de football italien. Il fut largement reconnu au poste d'entraîneur où il était surnommé le vieux maître (il vecchio maestro en italien), en remportant deux coupes du monde en 1934 et 1938 avec l'équipe d'Italie (il s'agit d'ailleurs du seul entraîneur à avoir soulevé ce trophée à deux reprises).

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Né en 1886 à Turin, Pozzo part étudier au début du XXe siècle en Angleterre à Manchester ; amoureux du football, il étudie plutôt le club de Manchester United que des sujets académiques. Il jouera une saison en Suisse avec le Grasshopper-Club Zurich en 1905 puis rejoint son pays natal en 1906.

Premiers pas au poste d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Installé à Turin, il participe à la fondation du club du Football Club Torino le 3 décembre 1906 où il dispute quelques saisons (1906-1911).

En 1912, il devient directeur technique du club piémontais et stoppe sa carrière de footballeur, également il prend en main l'équipe d'Italie à l'occasion des Jeux olympiques de 1912 de Stockholm où les Italiens perdront dès le premier tour contre la Finlande 3-2.

Par ailleurs, il occupe un poste de management chez Pirelli et s'engage durant la Première Guerre mondiale dans les forces italiennes alpines.

Continuant après le conflit son rôle au FC Torino, il prend de nouveau la sélection italienne pour les Jeux olympiques de 1928 à Amsterdam où il lui permet d'atteindre la troisième place du tournoi, battue en demi-finale par l'Uruguay (qui était alors la meilleure équipe du monde).

Les années 1930 : Pozzo, double champion du monde[modifier | modifier le code]

C'est dans les années 1930 que Pozzo marque les esprits dès que le professionnalisme arrive en Italie. La Squadra Azzurra devient alors l'équipe par excellence avec trois succès majeurs.

Tout d'abord, lors de la coupe du monde 1934 organisée à domicile, l'Italie devient la première nation européenne à remporter ce trophée contre la Tchécoslovaquie 2-1 à Rome sous le yeux de Benito Mussolini.

Ensuite, à l'occasion des Jeux olympiques de 1936 à Berlin, l'Italie remporte le tournoi contre l'Autriche 2-1.

Enfin, lors de la coupe du monde de 1938 en France, l'Italie bat en demi-finale le Brésil 2-1 avant de battre en finale la Hongrie 4-2, ce qui leur permet de conserver le trophée.

Fin de carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

En 1939, la Seconde Guerre mondiale éclate et le monde du football se fait plus discret. Il faut attendre 1948 pour de nouveau voir la sélection italienne dans une compétition, il s'agit des Jeux olympiques de 1948 mais l'Italie perd en quarts-de-finale contre le Danemark 5-3, il s'agit du dernier match de Pozzo à la tête de la sélection.

Il présente le bilan le plus efficace de la sélection italienne avec 63 victoires en 95 matchs, deux coupes du monde et un titre olympique.

À partir de 1948, il devient journaliste à la Stampa où il commente les matchs internationaux de l'Italie. C'est lui qui reconnut les corps de ceux que l'on commença rapidement à appeler i caduti di Superga en mai 1949. Il décède à la fin de l'année 1968, juste après avoir vu l'Italie remporter un nouveau trophée majeur : le championnat d'Europe.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Lien externe[modifier | modifier le code]