Valentine Hugo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Valentine Hugo, née Valentine Marie Augustine Gross, est une peintre française, née à Boulogne-sur-Mer dans le quartier Capécure, le et morte à Paris le , le jour même de son quatre-vingt-unième anniversaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Auguste, était un musicien. Réfugié de l'Alsace annexée à l'Empire[1], il travaillait comme professeur de piano.

De 1907 à 1910, Valentine Gross étudie aux Beaux-Arts de Paris. Ses études terminées, elle entre dans les cercles de Marcel Proust, André Gide, Paul Morand, Pablo Picasso, Jean Cocteau, Erik Satie[1], Maurice Ravel, Serge Diaghilev, Léon-Paul Fargue, Roger de la Fresnaye, qu'elle reçoit dans son appartement de la rue de Montpensier. En 1913, elle note et dessine, d'après Vaslav Nijinski, les costumes et la chorégraphie du Sacre du printemps.

Après la Grande Guerre, elle continue de fréquenter ses amis au sein du groupe des Six où elle fait la connaissance de Georges Auric. En 1919, elle épouse le peintre Jean Hugo rencontré deux ans plus tôt[1]. Le couple tient salon dans leur appartement du Palais-Royal[1]. Elle collabore avec son mari en 1921 à la création des costumes des « Les Mariés de la tour Eiffel » de Jean Cocteau . Celui ci lui présente Raymond Radiguet. Elle passe des vacances avec les deux écrivains en 1921 et 1923 au Piquey, près d'Arcachon. En 1924, elle réalise de nouveau les costumes d'une pièce de Jean Cocteau, « Roméo et Juliette ».

Elle étudie alors la gravure.

Vers 1926, elle rencontre les surréalistes. En 1929, elle a une liaison avec Paul Éluard que Gala vient de quitter, puis, en 1930, avec André Breton qui la fascine malgré la relative froideur qu'il témoigne à une femme qualifiée de « copurchic ». Elle divorce deux ans plus tard[1].

Elle peint le portrait de plusieurs surréalistes et illustre les œuvres de René Char, René Crevel, Éluard, mais également Lautréamont et surtout la réédition des Contes bizarres d’Achim von Arnim dont Breton écrit la préface.

Elle expose avec Max Ernst, Giacometti, Arp, Pablo Picasso, Marcel Duchamp, Man Ray mais elle connaît alors une période moralement difficile[1] aggravée par les difficultés financières consécutives à la crise de 1929 et l'effondrement du marché de l'art. Elle participe au Salon des Surindépendants, à Paris en 1933, et à l’exposition Fantastic art, Dada, Surrealism au Museum of Modern Art de New York (1936). Affectée par le suicide de René Crevel (1935) et par les départs de Char, Tristan Tzara et Paul Éluard, Valentine Hugo quitte le groupe à son tour en 1937 et se détourne du surréalisme.

En 1942, elle retrouve Paul Éluard pour La Conquête du monde par l'image. Elle termine sa vie seule et dans la gêne dans son appartement de la rue de Sontay, près de la place Victor-Hugo, obligée en 1963 de vendre livres et tableaux de valeur[1].

En 1977, le Centre culturel de Champagne, à Troyes (Aube), lui consacre la première rétrospective monographique jamais organisée en France.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Tableaux[modifier | modifier le code]

  • Rêve du 21 décembre, 1929, collection particulière[2]
  • La Barque de l’amour s’est brisée contre la vie courante, 1930
  • Objet surréaliste à fonctionnement symbolique, boîte-objet, 1931[3]
  • Une femme admirable apparaîtra sur un zèbre, 1932, huile sur toile, collection particulière[4]
  • Portrait d’André Breton, 1933, huile sur toile[5]
  • La Vérité tomberait du ciel sous la forme d’un harfang, 1933, huile sur toile[6]
  • Rêve du 17 janvier 1934, 1934[7]
  • Les Surréalistes, 1935, huile sur toile, portraits d’André Breton, René Crevel, René Char, Paul Éluard et Tristan Tzara, collection particulière, 120 × 100 cm[8]
  • Poule, 1937, gravure sur papier, collection Dominique Rabourdin, 31,5 × 22 cm[9]
  • Paul Morand dessin du portrait de l'écrivain, non daté.

Illustration de livres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adam Biro & René Passeron Dictionnaire général du surréalisme et de ses environs, Office du livre & Presses universitaires de France, 1982, page 210.
  • Georgiana Colvile Scandaleusement d’elles. Trente-quatre femmes surréalistes, Jean-Michel Place, Paris, 1999, page 132 et suivantes, avec un portrait de 1929 réalisé par un photographe anonyme.
  • Béatrice Seguin, Valentine Hugo : écrits et entretiens radiophoniques, Actes Sud, 2002.
  • Jean Pierre Cauvin, « Valentine Hugo et le surréalisme » in Béatrice Seguin, Valentine Hugo: écrits et entretiens radiophoniques, Actes Sud, 2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g J. Benhamou-Huet, Mystérieuse Valentine Hugo, Les Échos n° 19608, 17 février 2006.
  2. Colvile, p. 135
  3. Vincent Gille & Béatrice Riottot El-Habib (sous la direction de) « Le Surréalisme et l’amour », Gallimard, Paris, 1997, p. 54
  4. Colvile, p. 134
  5. José Pierre « L’Univers surréaliste », Somogy, Paris, 1983, p. 14
  6. José Pierre, op. cité, p. 161
  7. Biro, p. 210
  8. Colvile, p. 136
  9. Colvile, p. 137