Les Poètes de sept ans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Poètes de sept ans est un poème en alexandrins d'Arthur Rimbaud daté par lui du 26 mai 1871[1] et figurant dans la lettre qu'il adresse à Paul Demeny le 10 juin[2].

Présentation et contexte[modifier | modifier le code]

Le poème comporte 64 vers alexandrins divisé en 6 paragraphes de longueur inégale : 4 - 12 - 14 - 13 - 11 et 10 vers. Il se présente comme une sorte d'étude biographique, écrite à l'imparfait et à la troisième personne. Le manuscrit du poème se trouve dans la lettre que Rimbaud envoie le 10 juin à Paul Demeny, poète et éditeur parisien. Dans cette lettre, le poète demande à Demeny de « brûler tous les vers qu['il] fu[t] assez sot pour [lui] donner » précédemment. De cette manière Rimbaud voulait-il ouvrir une nouvelle période de sa vie de poète, optant pour un nouveau style, plus personnel, incisif et radical ?. Suivant cette option, Les Poètes de sept ans serait un poème de transition important dans son œuvre. La période de sa rédaction correspond aux semaines qui suivent la fin de la Commune de Paris, il suit les deux Lettres du voyant des 13 et 15 mai et précède de peu le manifeste poétique qu'est le sonnet Voyelles et le chef-d'œuvre qu'est Le Bateau ivre.

Mise en musique[modifier | modifier le code]

Le poème a été mis en chanson par Léo Ferré en 1964 dans son album Verlaine et Rimbaud.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Gleize, Arthur Rimbaud, essai, collection Portraits littéraires, Hachette supérieur, Paris 1993 - (ISBN 2010187172) - L'auteur développe un commentaire fouillé sur Les Poètes de sept ans p. 25 à 33.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Les poètes chantés par Léo Ferré

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le poème est daté du « 26 mai 1871 », mais il ne s'agirait que d'une date symbolique. Le poète qui n'aime pas « Dieu ; mais les hommes [...] Noirs, en blouse » commémorerait la Semaine sanglante de la Commune de Paris. Dans le même ordre d'idées, le poème Les Pauvres à l'Église est daté évasivement de 1871 dans cette lettre du 10 juin. Certains poèmes peuvent parfois être plus anciens qu'on ne le croit de quelques mois, la date indiquée par Rimbaud étant celle de leur transcription et non celle de leur création
  2. Transcription de cette lettre sur le site Abardel.free.fr - Outre Les Poètes de sept ans, elle comporte Les Pauvres à l'église et Le Cœur du pître. Elle est déposée à la BnF.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :