Unreal Tournament 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Unreal Tournament 3
Image illustrative de l'article Unreal Tournament 3

Éditeur Midway Games
Développeur Epic Games
Concepteur Steve Polge

Date de sortie Windows
Drapeau des États-Unis États-Unis
Europe Europe

PlayStation 3
Drapeau des États-Unis États-Unis
Europe Europe

Xbox 360
Drapeau des États-Unis États-Unis
Europe Europe
Genre Tir à la première personne
Mode de jeu Un joueur, Jeu en ligne
Plate-forme PlayStation 3, Windows, Xbox 360
Média Blu-ray, DVD-ROM, Steam

Évaluation PEGI : 18+
Moteur Unreal Engine 3

Unreal Tournament 3, abrégé UT3 (nom de code Envy, initialement connu sous le nom d'Unreal Tournament 2007, UT 2007, ou UT2k7), est un jeu de tir à la première personne développé sur la base du moteur de jeu UnrealEngine 3. Bien que la partie solo fasse l'objet d'une attention particulière de la part des développeurs, l'intérêt principal du jeu réside dans les parties en ligne, sur réseau ou internet. Développé par Epic Games et édité par Midway, le jeu a été commercialisé en 2007 sur PC et PlayStation 3, et en juillet 2008 sur Xbox 360.

La démo[1] est disponible depuis le 12 octobre 2007. Elle permet de jouer en solo ou multijoueur via internet sur trois cartes : deux en mode Deathmatch et une en Capture the flag.

Trame[modifier | modifier le code]

Unreal Tournament 3 prend place dans le même univers de science-fiction futuriste que ses prédécesseurs. Le jeu se déroule en 2307, peu après le tournoi relaté dans Unreal Tournament 2004, alors qu’une attaque de Necris frappe la colonie terrienne d’une planète inconnue. Sans défense, les colons ne tardent pas à succomber jusqu’à ce qu’un groupe de Ronins interviennent pour défendre les survivants. Le commandant des Ronins, Reaper, décide de lancer une contre-attaque mais une explosion lui fait perdre connaissance. Il est alors sauvé par deux membres de son équipes, Othello et Jester, et se réveille dans la base des Izanagi, une force rebelle luttant contre les Necris et Axon. Ces derniers sont dirigés par Malcolm qui leur fait part de l’implication de la Liandri dans l’attaque et leur révèle que le nom de la commandante des Necris, Akasha. Reaper décide alors de se venger mais Malcolm lui explique qu’il doit d’abord prouver sa valeur.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Unreal Tournament 3, tout comme les épisodes qui le précèdent, est un jeu de tir à la première personne se démarquant par son gameplay rapide, nerveux, et qui demande une certaine réactivité. À travers les couloirs et les zones à découverts qui parsèment les maps, donnant souvent lieu à de grandes mêlées, les joueurs s'attaquent à coups de rafales de munitions, au moyen de nombreuses armes variées et plus ou moins performantes. Les maps sont regroupées par région — à chacune correspond un thème graphique : villes modernes, cités asiatiques, zones arctiques, vaisseaux spatiaux désaffectés[2].

Les parties varient grâce à plusieurs modes de jeu, tels que les classiques deathmatch et capture du drapeau, et leur déclinaison en équipes et accompagné de véhicules.

Le jeu est jouable en solo par l'intermédiaire de bots tenant le rôle d'adversaires, mais prend tout son potentiel en ligne ou en lan-party face à de véritables joueurs.

Nouvelles fonctionnalités[modifier | modifier le code]

  • Possibilité de commander les bots (joueurs commandés par l'ordinateur) avec un microphone[3]
  • Possibilité de naviguer sur des sites à partir d'interfaces placées dans le jeu
  • Intégration d'un système de classement des joueurs. Ces statistiques seront utilisées afin d'aider les joueurs à trouver des serveurs correspondant à leur niveau[4]
  • Arbres pouvant prendre feu [2]

Les séries de victimes comme folie meurtrière, multituerie, méga tuerie, massacre, massacre véhiculaire, etc. ont été enrichies.

Aspects techniques[modifier | modifier le code]

Technologies[modifier | modifier le code]

  • Moteur graphique Unreal Engine 3
  • Compatibilité optimale avec les processeurs MultiCore : le moteur, multi-tâches, permet d'exploiter la puissance de chaque core.
  • Support de DirectX 9/Windows XP et DirectX 10/Windows Vista. Il y aura donc deux moteurs de rendu. DirectX10 étant une évolution de DirectX9, il faudra s'attendre à des avantages en termes de performances plutôt qu'à des différences visuelles frappantes[5].
  • Exploitation des Shaders Model 3.0 (fonctionnement possible avec les Shaders 2.0)
  • Exploitation de l'HDR
  • Intégration du moteur physique de Novodex
  • Intégration de la technologie SpeedTree
  • Suppport des processeurs PhysX d'AGEIA[6],[7].
  • Portabilité : Le support de Linux et Mac OS X ont été initialement prévu, comme les précédents jeux du développeur[8]. Cependant Ryan C. Gordon, le développeur chargé de porter le jeu, affirme que les clients Linux et Mac OS X existent[9] mais ne peuvent pas être distribués à cause de problèmes techniques et légaux.

Versions et modifications[modifier | modifier le code]

Versions[modifier | modifier le code]

Versions PC[modifier | modifier le code]

Précédent la sortie de la version finale du jeu, une version de démonstration du jeu est publiée le 12 octobre 2007, celle-ci incluant à l'origine deux cartes de match à mort et une carte de capture du drapeau dans laquelle il est possible d’utiliser des véhicules[10].

La version PC du jeu est publiée par Midway Games en Allemagne le 12 novembre 2007, puis aux États-Unis le 19 novembre, au Canada le 20 novembre et dans le reste de l’Europe le 23 novembre 2007. Le jeu a également bénéficié d’une édition collector incluant notamment un livre d’artwork et un DVD supplémentaire contenant 20 heures de tutoriel pour le kit de développement de l’Unreal Engine 3, un historique de la série et un making of du jeu.

Une version Linux du jeu a également été envisagée mais celle-ci a finalement été annulée pour des raisons légales.

Le jeu est également disponible en téléchargement sur Steam depuis le 17 mars 2008, seul ou dans un pack incluant également Unreal, Unreal 2, Unreal Tournament et Unreal Tournament 2004[11].

Versions consoles[modifier | modifier le code]

Unreal Tournament 3 a également été porté sur PlayStation 3 et Xbox 360.

La version PlayStation 3 est compatible avec les claviers et les souris USB. Les fonctions gyroscopiques de la Sixaxis sont utilisées pour permettre au personnage de regarder autour de lui. Par ailleurs, les mods développés par la communauté PC pourraient également être utilisés sur la console grâce au PlayStation Network[12].

Extensions[modifier | modifier le code]

Le 20 octobre 2008, Mark Rein annonce qu’Epic Games travaille sur une extension du jeu. Celle-ci est publiée le 5 mars 2009 sous la forme d’un patch accompagné d’un bonus pack baptisé Titan Pack. Ce dernier inclut notamment deux nouveaux modes de jeu (Greed et Betrayal), un nouveau mutator (Titans), deux nouveaux personnages issus de la version Xbox 360 du jeu ainsi que seize nouvelles cartes[13].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Unreal Tournament III (PC)
Média Nat. Notes
Eurogamer US 8/10[14]
Gamekult FR 8/10[15]
GameSpot US 85 %[16]
IGN US 90%[17]
Jeuxvideo.com FR 16/20[18]
Joystick FR 8/10[19]
Compilations de notes
Metacritic US 83 %[20]
MobyGames US 84 %[21]
Game Rankings US 86,1 %[22]

Ventes[modifier | modifier le code]

D'après Midway Games, les versions PC et PlayStation 3 du jeu totalisent un million d'exemplaires vendus en mars 2008[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Télécharger la démo de UT3 (anglais) », sur fileplanet.com.
  2. a et b (en) « Unreal Tournament III », PC Zone,‎ .
  3. (en) BeyondUnreal - Covering Unreal Tournament 2004, Unreal Tournament 3 & Gears of War, Beyond Unreal.
  4. (en) Andrew Burnes, « Epic Considers Automatching For UT2007 PC Servers - Voodoo Extreme », sur IGN.com,‎ .
  5. (en) Brandon Sandman Bell, « DirectX 10 Preview: The Future of PC Graphics and Gaming », sur FiringSquad.com,‎ .
  6. (en) « Unreal Engine 3 integrates AGEIA PhysX processor support », sur AGEIA,‎ .
  7. (en) « About Unreal Engine 3.0 », sur UnrealTechnology.com.
  8. (fr) « Unreal tournament 3 », sur jeuvinux.net,‎ .
  9. (en) « Finger info for icculus@icculus.org... », sur icculus.org.
  10. (fr) « Démo jouable de Unreal Tournament III », sur Jeuxvideo.com,‎ .
  11. (en) Eric Twelker, « Steam Welcomes Epic Games », sur Steam,‎ .
  12. (fr) Gaël Fouquet, « E3: UT 3 exclusif sur PS3 en 2007 », sur Gamekult.com,‎ .
  13. (en) Jeff Haynes, « Unreal Tournament III: Titan Pack Review », sur IGN.com,‎ .
  14. (en) Jim Rossignol, « Unreal Tournament III : Frag franchise forever. », sur Eurogamer.net,‎ .
  15. (fr) Frédéric Luu, « Test :Unreal Tournament III », sur Gamekult.com,‎ .
  16. (en) Jeff Gerstmann, « Unreal Tournament III Review », sur GameSpot.com,‎ .
  17. (en) Charles Onyett, « Unreal Tournament III Review : The most beautiful pelvic thrusts yet. », sur IGN.com,‎ .
  18. (fr) Dinowan, « Test :Unreal Tournament III », sur Jeuxvideo.com,‎ .
  19. (fr) Cyd, « Unreal Tournament III », Joystick, no 201,‎ .
  20. (en) « Unreal Tournament III », sur Metacritic.com.
  21. (en) « Unreal Tournament III », sur MobyGames.com.
  22. (en) « Unreal Tournament III », sur GameRankings.com.
  23. (en) Tim Ingham, « UT3 and Stranglehold hit 1m sales », sur mcvuk.com,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]