Unreal Tournament 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Unreal Tournament 3
image

Éditeur Midway Games
Développeur Epic Games
Concepteur Steve Polge

Date de sortie Windows
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l’Union européenne Europe

PlayStation 3
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l’Union européenne Europe

Xbox 360
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l’Union européenne Europe
Genre Tir subjectif
Mode de jeu Un joueur, Jeu en ligne
Plate-forme PlayStation 3, Windows, Xbox 360
Média Blu-ray, DVD-ROM, Steam

Évaluation PEGI : 18+
Moteur Unreal Engine 3

Unreal Tournament 3, abrégé UT3 (nom de code Envy, initialement connu sous le nom d'Unreal Tournament 2007, UT 2007, ou UT2k7), est un jeu de tir subjectif développé sur la base du moteur de jeu UnrealEngine 3. Bien que la partie solo fasse l'objet d'une attention particulière de la part des développeurs, l'intérêt principal du jeu réside dans les parties en ligne, sur réseau ou internet. Développé par Epic Games et édité par Midway, le jeu a été commercialisé en 2007 sur PC et PlayStation 3, et sur Xbox 360 depuis juillet 2008.

La démo[1] est disponible depuis le 12 octobre 2007. Elle permet de jouer en solo ou multijoueur via internet sur trois cartes : deux en mode Deathmatch et une en Capture the flag.

Scénario[modifier | modifier le code]

Dans une interview réalisée en janvier 2007 par le site Game Informer, on apprend que la campagne solo de UT3 serait sensiblement différente de celles de ses prédécesseurs : au lieu d'une simple prolongation du mode multijoueur avec des bots, il y aurait une histoire en quatre chapitres et les protagonistes auraient chacun une personnalité propre qui serait mise en avant.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Unreal Tournament 3, tout comme les épisodes qui le précèdent, est un jeu de tir subjectif se démarquant par son gameplay rapide, nerveux, et qui demande une certaine réactivité. À travers les couloirs et les zones à découverts qui parsèment les maps, donnant souvent lieu à de grandes mêlées, les joueurs s'attaquent à coups de rafales de munitions, au moyen de nombreuses armes variées et plus ou moins performantes. Les maps sont regroupées par région - à chacune correspond un thème graphique : villes modernes, cités asiatiques, zones arctiques, vaisseaux spatiaux désaffectés[2]...

Les parties varient grâce à plusieurs modes de jeu, tels que les classiques deathmatch et capture du drapeau, et leur déclinaison en équipes et accompagné de véhicules.

Le jeu est jouable en solo par l'intermédiaire de bots tenant le rôle d'adversaires, mais prend tout son potentiel en ligne ou en lan-party face à de véritables joueurs.

Nouvelles fonctionnalités[modifier | modifier le code]

  • Possibilité de commander les bots (joueurs commandés par l'ordinateur) avec un microphone[3].
  • Possibilité de naviguer sur des sites à partir d'interfaces placées dans le jeu
  • Intégration d'un système de classement des joueurs. Ces statistiques seront utilisées afin d'aider les joueurs à trouver des serveurs correspondant à leur niveau[4]
  • Arbres pouvant prendre feu [5]

Il existe plusieurs titres données à vos tueries comme folie meurtrière, multituerie, méga tuerie, massacre, massacre véhiculaire, etc.

Aspects techniques[modifier | modifier le code]

Technologies[modifier | modifier le code]

  • Moteur graphique Unreal Engine 3
  • Compatibilité optimale avec les processeurs MultiCore : le moteur, multi-tâches, permet d'exploiter la puissance de chaque core.
  • Support de DirectX 9/Windows XP et DirectX 10/Windows Vista. Il y aura donc deux moteurs de rendu. DirectX10 étant une évolution de DirectX9, il faudra s'attendre à des avantages en termes de performances plutôt qu'à des différences visuelles frappantes[6].
  • Exploitation des Shaders Model 3.0 (fonctionnement possible avec les Shaders 2.0)
  • Exploitation de l'HDR
  • Intégration du moteur physique de Novodex
  • Intégration de la technologie SpeedTree
  • Suppport des processeurs PhysX d'AGEIA[7],[8].
  • Portabilité : Le support de Linux et Mac OS X ont été initialement prévu, comme les précédents jeux du développeur[9]. Cependant Ryan C. Gordon, le développeur chargé de porter le jeu, affirme que les clients Linux et Mac OS X existent [10] mais ne peuvent pas être distribués à cause de problèmes techniques et légaux.

Configuration[modifier | modifier le code]

Les vidéos de démonstration permettent de juger de la qualité graphique du moteur de jeu, l'Unreal Engine 3, qui peuvent laisser inquiets certains joueurs quant aux performances matérielles exigées pour assurer la fluidité du jeu. Les développeurs du jeu ont dévoilé début octobre 2007 les configurations requises par le jeu:

Configuration minimale

  • Processeur cadencé à 2,0 GHz simple cœur
  • 512 Mo de mémoire vive
  • Carte graphique GeForce 6200+ ou ATI Radeon 9550+
  • 8 Go d'espace disque

Configuration recommandée

  • Processeur cadencé à 2,4 GHz double cœur
  • 1 Go de mémoire vive
  • Geforce 7800GTX+ ou ATI x1300+
  • 8 Go d'espace disque

Version PlayStation 3[modifier | modifier le code]

La version PlayStation 3 est compatible avec les claviers et les souris USB. Les fonctions gyroscopiques de la Sixaxis sont utilisées pour permettre au personnage de regarder autour de lui. Par ailleurs, les mods développés par la communauté PC pourraient également être utilisés sur la console grâce au PlayStation Network[11].

Steam[modifier | modifier le code]

Unreal Tournament 3 est désormais vendu sur Steam, seul ou en pack avec Unreal Tournament 2004, Unreal Tournament, Unreal 2 et Unreal[12].

Mods[modifier | modifier le code]

Voici différents mods que vous pourrez trouver dans Unreal Tournament 3 :

  • Angels Fall First: Planetstorm
  • The Haunted (v2.5) (un Resident Evil 4-like)
  • ut2k7
  • snl
  • ons 2.0
  • the ball
  • Snowreal
  • Prometheus v2
  • UT3 Bombing Run
  • UT2D 2.0

Extension « The Titan Pack »[modifier | modifier le code]

Unreal Tournament III possède également un contenu additionnel gratuit appelé « The Titan Pack », sorti le 5 mars 2009 sur PC et Xbox360 et le 19 mars sur PlayStation 3, en même temps que le patch 2.0 ; ce patch corrige avant tout les problèmes que les communautés de joueurs avait reportés sur certains aspects du jeu (navigateur de serveur…) et permet une meilleure intégration à la plateforme Steam.

De son côté, « The Titan Pack » ajoute de nouveaux éléments au jeu, mais surtout au gameplay :

  • 2 modes de jeu : Betrayal et Greed ;
  • 1 mutator Titan, qui permet aux joueurs de se transformer en Titan puis en Behemoth, une créature de 10 mètres de haut !
  • 4 cartes Warfare (Hostile, Confrontation, Cold Harbor, Downtown Necris) ;
  • 3 cartes Véhicule CTF (Stranded, Rails, Suspense Necris) ;
  • 6 cartes Deathmatch (Dark Match, Ocean Relic, Eden, Inc., Turbine, Koos Barge, Lost Cause) ;
  • 3 cartes CTF (Morbid, Nanoblack, Shaft) ;
  • 3 cartes bonus (CTF-Face, CTF-Searchlight, DM-Morbias) ;
  • 2 armes : Stinger Turret et Eradicator Cannon ;
  • 2 déployables : X-Ray Field et Link Station ;
  • 1 power-up, le Slow Field ;
  • 1 véhicule, le Stealthbender, qui embarque notamment les nouveaux déployables ;
  • 2 nouveaux personnages : Nova (Liandri) et Kana (Ronin) ;
  • 57 succès.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]