PhysX

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

PhysX est un moteur physique permettant de créer un rendu temps réel des collisions et des processus physiques complexes comme les créations de particules après impact.

Annoncé en 2005[1],[2],[3] et créé par la société AGEIA, il est racheté fin janvier 2008 par Nvidia[4] et assimile Novodex, le moteur de rendu du fondeur.

Il est intégré dans plusieurs moteurs de jeu comme l’UnrealEngine 3 ou le Reality Engine. Le PhysX SDK peut utiliser la carte physique AGEIA, mais cette carte n’est pas nécessaire sauf pour l’activation de certains effets[Lesquels ?].

PhysX est compatible avec Windows, Linux, la Xbox 360, la Wii et la PlayStation 3.

En août 2008, Nvidia annonce que les cartes GeForce 8 et supérieures sont compatibles avec l’accélération matérielle pour PhysX.

Historique[modifier | modifier le code]

PPU (Physic processing unit)[modifier | modifier le code]

À la manière des carte 3D du milieu des années 1990, la physics a d’abord été conçue comme une carte additionnelle, la PPU. Le PPU désigne une carte physique. La carte PhysX possède 125 millions de transistors et une mémoire GDDR3. Cette carte se branche sur un port PCI et se décline en deux versions : une de 128 Mio de GDDR3 et l’autre de 256 Mio. Ces cartes ne se sont jamais bien vendues car leur prix était relativement élevé (environ 250 euros à leur sortie) et leurs avantages jamais réellement prouvés, vu que peu de logiciels l'ont exploité jusque là.

En 2009 Nvidia tente de bloquer l'utilisation des cartes physx dédiées de manière logicielle, mais un patch existe et permet finalement de faire tourner Batman AA et autres, sur un PC équipé d'une carte ATI et une carte AGEIA physx, et ainsi constater que cette dernière pourrait encore amplement suffire pour les jeux, pas forcément en réglages élevés, mais permet tout de même de profiter de la physique.[réf. nécessaire]

Intégration au sein des GPU nvidia[modifier | modifier le code]

L’intégration du PhysX dans les Geforce 8 et suivantes a pratiquement enterré la carte PPU, Nvidia rendant son utilisation très compliquée. Il s’ensuit le perpétuel affrontement entre Nvidia et ATI. Nvidia mise sur le PhysX alors qu'ATI croit plus en DirectX 10.1 et plus tard en DirectX 11.

Points technologiques et commerciaux[modifier | modifier le code]

L’arrivée des processeurs multi cœurs (6 cœurs physiques pour les processeurs Intel i7 en socket 2011) pourrait cependant laisser cette technologie anecdotique. Ces processeurs peuvent maintenant à eux seuls véritablement gérer la physique complexe contrairement aux précédents processeurs mono-core (cœur).

Là encore, tout dépendra des pressions faites par AMD et Nvidia sur les studios de développement mais aussi d’acteurs comme Microsoft, avec DirectX 11, ou Intel qui pourraient trouver un intérêt dans ce domaine.

Pour le moment[Quand ?], le PhysX connaît une rude concurrence face au moteur Havok (qui a servi sur Half Life 2 notamment ou Deus Ex Invisible War). En effet, le Havok a fait ses preuves sans pour autant nécessiter d’investissement supplémentaires pour les consommateurs.

De plus, malgré la liste de jeux publiés par Nvidia, rares sont ceux à réellement utiliser le PhysX. La plupart ont donc simplement un accord des studios de développement pour patcher leurs jeux pour cette technologie. Cependant, le choix des jeux bénéficiant de ces patchs reste à la seule discrétion de ces studios.

Beaucoup de consommateurs ont donc peur de revoir des promesses alléchantes mais non tenues comme cela existe habituellement dans ce domaine.[réf. souhaitée]

PhysX a fusionné avec EUPHORIA et promet pas mal de nouveautés pour l’avenir du jeu, que ce soit sur le plan de l'animation, de la gestion des matières et de tout ce qui touche de près ou de loin à la physique.[réf. nécessaire]

Jeux compatibles[modifier | modifier le code]

  • Alice Retour au Pays de la Folie (PC)
  • APB Reloaded (PC)
  • Auto Assault (PC)
  • Bet on Soldier: Blackout Saigon (PC)
  • Bet on Soldier: Blood of Sahara (PC)
  • Bet on Soldier: Blood Sport (Patch) (PC)
  • Batman: Arkham Asylum (PC)
  • Batman: Arkham City (PC)
  • Batman: Arkham Origins (PC)
  • Beowulf (PS3 et 360)
  • Bladestorm: The Hundred Years’ War (PS3 et 360)
  • Borderlands 2 (PC, PS3 et 360)
  • CellFactor: Revolution (PC)
  • City of Villains (PC)
  • Clive Barker's Jericho (PC, PS3 et 360)
  • Cryostasis Sleep of Reason (PC)
  • Dark Physics (PC)
  • Fallen Earth (PC)
  • Gears Of War (360)
  • Infernal (PC)
  • Legend Of Grimrock (PC)
  • Mafia II (PC)
  • Mirror’s edge (Version PC uniquement)
  • Monster Madness: Battle For Suburbia (360)
  • Mobile Suit Gundam: Crossfire (PS3)
  • Metro Last Light (pc)
  • Medal Of Honor: Airborne (PS3 et 360)
  • Metro 2033 (PC)
  • Red Steel (Wii)
  • Mass Effect 3
  • Planetside 2 (PC)
  • Postal 3 (PC)
  • RoboBlitz (360)
  • Sacred 2 (PC)
  • Stoked Rider: Alaska Alien (PC)
  • Switchball (PC et 360)
  • Tom Clancy’s Ghost Recon Advanced Warfighter (PC et 360)
  • Tom Clancy’s Ghost Recon Advanced Warfighter 2 (single player mode) (360)
  • Tom Clancy’s Ghost Recon Advanced Warfighter 2 (PC)
  • Tom Clancy’s Rainbow Six Vegas (PS3 et 360)
  • Tom Clancy’s Splinter Cell: Double Agent (pc)
  • Tom Clancy’s Splinter Cell: Double Agent (multiplayer mode) (360)
  • Trine (PC, PS3 et 360)
  • Unreal Tournament 3 (AGEIA Extreme Mods) (PC)
  • Unreal Tournament 3 (PS3 et 360)
  • Warmonger Operation: Downtown Destruction (PC)
  • Dark sector
  • et d’autres[5].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Denis Rouvre, « Ageia annonce son PPU : PhysX processing unit », sur presence-pc.com,‎ 9 mars 2005.
  2. (fr) Julien Jay, « AGEIA PhysX : la physique dans votre PC (preview) », sur clubic.com,‎ 5 mai 2006.
  3. (fr) Benoit Parriaud, « Le PhysX d’AGEIA en test », sur presence-pc.com,‎ 26 juin 2006.
  4. (fr) Nil Sanyas, « NVIDIA rachète Ageia Technologies et son moteur PhysX », sur pcinpact.com,‎ 5 février 2008.
  5. [1]