Sterling Hayden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hayden.

Sterling Hayden

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Sterling Hayden dans Quand la ville dort en 1950

Naissance 26 mars 1916
Upper Montclair, New Jersey, (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 23 mai 1986 (à 70 ans)
Sausalito, Californie, (États-Unis)
Profession Acteur
Films notables Quand la ville dort - L'Ultime Razzia - Johnny Guitare - Docteur Folamour - Le Parrain

Sterling Hayden est un acteur américain né à Upper Montclair, État du New Jersey (États-Unis) le 26 mars 1916, et mort le 23 mai 1986 à Sausalito, État de Californie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sterling Hayden joue dans de nombreux films cultes[1] comme Johnny Guitare (Johnny Guitar) ou Quand la ville dort (The Asphalt Jungle). Il a collaboré à deux reprises avec Stanley Kubrick (L'Ultime Razzia et Docteur Folamour). Il joue également le rôle du capitaine Mc Kluskey de la police new-yorkaise dans Le Parrain de Francis Ford Coppola.

L'Office of Strategic Services, ancêtre de la CIA, utilisait un vaste réseau d'agents secrets pendant la Seconde Guerre mondiale. Les Archives nationales américaines révèlent en 2008 des noms surprenants comme celui de Sterling Hayden, qui avait combattu aux côtés des partisans de Tito, en Yougoslavie.

Il fut aussi amené à témoigner devant l'HUAC (House Un-American Activities Committee, l'organe du maccarthysme) où on le questionna principalement sur sa brève adhésion au Parti Communiste américain, en 1945. Bien qu'affirmant ne se souvenir que du prénom de ses « camarades », il ne pourra se dérober lorsqu'il s'agira d'admettre y avoir rencontré quelques personnes, notamment Abraham Polonsky. Il fut inscrit sur la liste noire du cinéma. D'après John Berry, interviewé par Bertrand Tavernier, il comprendra rapidement son erreur et ira se poster devant la commission, brandissant une pancarte sur laquelle était écrit « Ne dites rien, ils sont ignobles ». En 2008, il est évoqué, et avec lui, son rôle en Yougoslavie auprès des combattants de Tito, dans le roman noir de Roger Martin Jusqu'à ce que mort s'ensuive (Le Cherche midi, puis Pocket en 2013).

Il est l'auteur de deux ouvrages. Le premier, Wanderer, où, notamment, il revient sur la période de la chasse aux sorcières, et exprime les terribles remords qui le rongent depuis lors. L'autre, Voyage, roman maritime sur fond de politique de presque 800 pages, où il nous livre, entre autres, sa conception du déclin du rêve américain, suite à la défaite de l'alliance populo-démocrate à l'élection présidentielle américaine de 1896.

Il meurt d'un cancer de la prostate le 23 mai 1986.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Il devait jouer le rôle de Quint dans Les Dents de la mer mais dut refuser et le rôle alla finalement à Robert Shaw.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Wanderer (récit autobiographique), Knopf, 1963
  • Voyage (roman), première édition, 1976 ; édition française : Rivages/Clairac, 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'expression signifie que le film fait l'objet d'un culte, et non qu'il est un culte lui-même. Il ne peut donc pas être accordé au pluriel : on écrit des films culte « Questions de langue », site de l'Académie française.

Lien externe[modifier | modifier le code]