Spacewar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Spacewar
Image illustrative de l'article Spacewar

Développeur Massachusetts Institute of Technology
Concepteur Steve Russell, Martin Graetz, Wayne Wiitanen, Peter Samson, Alan Kotok, Dan Edwards, Steve Piner, Robert A Saunders, et d’autres étudiants du MIT

Date de sortie 1962
Genre spacewar like
Mode de jeu 2 joueurs uniquement
Plate-forme PDP-1
Média -
Contrôle interface spécialement fabriquée pour le jeu (une boîte en bois avec des boutons et molettes)

Spacewar ou Spacewar! est l'un des premiers jeux vidéo de l'histoire.

Histoire du développement[modifier | modifier le code]

Le développement du programme commença au Massachusetts Institute of Technology en décembre 1961 sur un ordinateur Programmed Data Processor-1 (PDP-1) de la firme Digital Equipment Corporation (DEC) disposant de 4 000 mots de mémoire comptant chacun 18 bits avec un temps de cycle de 5 micro-secondes.

Spacewar! en fonctionnement sur un PDP-1

Les capacités exceptionnelles de cette machine eurent un rôle déterminant dans la création du jeu. C'est la première machine que l'on peut allumer et éteindre quasi-immédiatement grâce à une action sur son interrupteur marche/arrêt[1], les ordinateurs précédents nécessitaient pour cela plusieurs minutes et l'intervention d’un technicien. Il est le premier capable de gérer deux flux d'entrées simultanément, ce qui est indispensable pour permettre à deux personnes de jouer en même temps. C'est également l'un des premiers ordinateurs pour l'époque très compacts, après le TX-0, son prédécesseur direct dans l'enceinte du MIT. Il est considéré comme le premier mini-ordinateur car la seule unité centrale de l'un de ses ancêtres directs nécessitait une salle complète.

Celui-ci est offert par la firme DEC au MIT afin que ses membres fassent une démonstration technique de ses capacités.

À l'issue d'une discussion rassemblant Wayne Wiitanen, J. Martin Graetz et Steve Russell il est décidé que le meilleur moyen de montrer les capacités techniques de la machine, de manière interactive et amusante, est de développer un jeu.

Cette décision fut prise avant l’arrivée du PDP-1 au MIT.

Inspirés par le Cycle du Fulgur (Lensman Series) d'Edward Elmer Smith, ils décident de créer un jeu de combat spatial.

Les débuts du développement sont assez chaotiques car Steve Russell n'est au départ pas réellement motivé. Ce n'est que sous la pression des autres étudiants du MIT, notamment d'Alan Kotok, qu'il se mit a travailler durant le mois de décembre 1961. Il est rapidement rejoint par Martin Graetz, puis par d'autres étudiants durant le mois de mars 1962.

Le jeu est terminé en avril 1962 après 200 heures de travail. Steve Russell ne cherchera pas à déposer de copyright sur Spacewar ou à l'utiliser pour collecter des royalties. Il était un hacker et il ne voulait que montrer que ça pouvait être fait. D'ailleurs il aurait été difficile de s'en servir pour faire de l'argent car les ordinateurs PDP n'étaient pas commodes pour la consommation, particulièrement pour les jeux d'arcades[2].

Déroulement d'une partie[modifier | modifier le code]

Chaque adversaire dirige un vaisseau spatial pouvant pivoter, accélérer et tirer des projectiles. Un soleil, placé au centre de l'écran, exerce une force d'attraction qui oblige les joueurs à maîtriser leur trajectoire au moyen de leurs réacteurs. Un joueur a perdu lorsque son vaisseau entre en collision avec le soleil ou est touché par un projectile ennemi. Il est très difficile de toucher l'ennemi avec les projectiles du fait de la grande taille de l'aire de jeu et de la petite taille des vaisseaux.

Le carburant et les projectiles sont limités, un joueur qui modifie continuellement sa trajectoire orbitale manquera de carburant si la partie dure. Sa trajectoire devient alors prévisible et le joueur adverse peut en tirer profit lorsqu'il le vise.

Le jeu est disponible au téléchargement sur Internet[3],[4].

Contributeurs[modifier | modifier le code]

Spacewar est imaginé en 1961 par Martin Graetz, Steve Russell et Wayne Wiitanen puis conçu en 1962 par Steve Russell, Peter Samson, Dan Edwards, Martin Graetz, avec la participation d'Alan Kotok, Steve Piner, Robert A Saunders et d'autres membres du MIT. De plus, en 1970, Nolan Bushnell décide de publier le jeu en forme d'arcade. Le jeu ne fait toutefois pas fureur.

L'accueil[modifier | modifier le code]

Le jeu est présenté en démonstration lors d'une journée « portes ouvertes », en présence de membres de l'entreprise DEC qui, bien que très surpris de ce qui avait été réalisé avec leur machine, réagirent favorablement. Le jeu est perçu comme une curiosité par les nombreux visiteurs. L'évènement toutefois n'a pas de répercussion mondiale et c'est Pong, de Nolan Bushnell, qui en 1972 fait le premier connaître le jeu vidéo au grand public.

Après Spacewar[modifier | modifier le code]

Capture d'écran de KSpaceDuel 1.1.

Bien qu'ayant eu un succès assez discret, il influença fortement les premiers créateurs de jeux vidéo.

Parmi les améliorations les plus connues de Spacewar, on peut citer Star Control et la série qui en découle. Originellement réalisé sur DOS et sur la console 3DO, cette série offre plusieurs vaisseaux différents et davantage d'armes sur chacun d'eux. Chacun des trois jeux Star Control ajoute des aspects relevant de la stratégie ou une aventure fondée sur Spacewar.

Aujourd'hui le code source est libre[5] et des versions de ce jeu sont disponibles sur plusieurs types d'ordinateurs et d'environnements. De nombreuses versions de KDE, par exemple, intègrent le programme KSpaceDuel, un clone amélioré de Spacewar.

À noter[modifier | modifier le code]

  • En 1958, le physicien Willy Higinbotham du laboratoire national de Brookhaven créa le jeu Tennis for Two[6] qui s'affichait sur un écran d'oscilloscope.
  • Wayne Wiitanen lança le premier l'idée de créer un jeu sur le thème d'un combat spatial.
  • Au début du développement du jeu, les étoiles étaient placées aléatoirement ; c'est Peter Samson, un ami de Steve Russell, qui ajouta une fonction générant un fond d'étoiles correspondant aux constellations réelles vues de l'équateur[7].
  • Le programme fait 9 ko et les graphismes sont représentés par des caractères ASCII.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une vidéo du PDP-1 dans le format MOV de QuickTime.
  2. (en) Steven L. Kent, The Ultimate History of Video Games, Three Rivers Press, New York, 2001, (ISBN 0-7615-3643-4), p.20
  3. Le jeu Spacewar écrit en langage java (la taille des vaisseaux a été augmentée pour cette adaptation)
  4. Spacewar jouable sur un explorateur internet écrit en langage JavaScript
  5. Le code source de Spacewar.
  6. Une vidéo de Tennis for Two au format RM pour Real Media Player.
  7. Mathieu Triclot, Philosophie des jeux vidéo, Paris, Zones, 2011, p. 109.

Liens externes[modifier | modifier le code]