Atlas céleste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Céleste.
Carte de constellations datant de 1856

Un atlas céleste est un ouvrage de cartographie du ciel. On distingue plusieurs types d'atlas célestes :

  • Les atlas graphiques
  • Les atlas photographiques
  • Les atlas photométriques

Le développement de l'informatique en astronomie a entraîné la création de logiciels de cartographie ayant des fonctionnalités interactives bien plus importantes.

Introduction[modifier | modifier le code]

Il y a une différence fondamentale entre un atlas géographique et un atlas céleste : un atlas céleste sert avant tout à repérer une étoile par rapport à la position de l'observateur. Dans les deux cas l'observateur sait où il se trouve. Avec un atlas géographique le lieu recherché ne se déplace pas tandis qu'avec un atlas céleste, et en raison de la rotation de la Terre, celui-ci n'est pas fixe. D'autre part l'axe pôle Nord-Sud terrestre n'est pas parallèle à l'axe de rotation de la terre autour du soleil, il y a un écart moyen de 23°26'.

En conséquence, pour se situer sur la voûte céleste il faut un repère commun aux deux systèmes : l'écliptique. De plus, ces deux systèmes fonctionnent sur le même système : les longitudes au format d'angle horaire (heures-minutes-secondes) et les latitudes au format d'angle sexagésimal.

À la différence d'un atlas géographique, où les lieux représentés sont choisis en raison de plusieurs critères (population, activité, histoire...), un atlas céleste permet de rechercher un astre en fonction d'un seul critère : sa magnitude apparente. Toutefois, un catalogue peut être spécialisé dans un type d'astre particulier (par exemple : étoiles variables, galaxies).

La cartographie planétaire est effectuée selon les mêmes règles que la cartographie terrestre.

Les atlas graphiques[modifier | modifier le code]

Un atlas graphique est un atlas réalisé avec des symboles et à partir des données fournies par les catalogues astronomiques. Un atlas, à moins qu'il ne soit spécialisé, contient toujours plusieurs catalogues de données; le nombre de catalogues utilisables augmente avec la magnitude.

Réalisation d'un atlas graphique[modifier | modifier le code]

Pour commencer, il faut définir la magnitude apparente maximale de l'atlas. Ensuite, on fait une liste des catalogues nécessaire à sa réalisation.

Il faut alors faire des choix :

  • On utilise les catalogues qui seront presqu'entièrement représentatif de l'ensemble de la voûte céleste (NGC, IC...).
  • On laisse de côté les catalogues mineurs (équivalent à une sélection dans un catalogue représentatif), mais on fournira une page d'équivalence pour les plus utilisés (Messier vers NGC-IC par exemple).
  • On indiquera des astres que l'on pensera utiles à l'observateur (amas de galaxies, pulsars, quasars...).

Ensuite, il faut choisir une légende pour l'atlas. Généralement :

Il existe d'autres symboles pour les astres non cités, mais il vaut mieux utiliser les symboles couramment utilisés dans les atlas existants.

Une fois la légende choisie, on reportera la position de l'objet sur la voûte céleste par projection cartographique. La taille du symbole dépendra de la magnitude apparente (étoiles) ou de la taille (objets étendus) de l'objet :

  • Plus la magnitude est grande (proche de zéro voire négative), plus le symbole sera grand.
  • En fonction de la taille on utilisera un symbole définit pour une certaine étendue.

Certaines zones du ciel étant plus denses que d'autres (Nuages de Magellan, amas de galaxies de la Vierge...), il peut être utile de réaliser des cartes avec un champ plus petit de celles-ci.

Comme dans certains atlas, on pourra également réaliser soit un index vers les objets qui ne sont pas désignés par leur constellation, soit un livre complémentaire renfermant les données de ces mêmes astres par carte.

Les atlas photographiques[modifier | modifier le code]

Un atlas photographique est un atlas destiné à représenter la voûte céleste avec le plus de fidélité possible. Les astres ne sont pas identifiés mais ils sont le plus souvent fournis avec des grilles de coordonnées transparentes afin de les identifier à partir de leur position.

Réalisation d'un atlas photographique[modifier | modifier le code]

Pour leur réalisation on utilise la technique de l'astrophotographie à grand champ afin de limiter le nombre de clichés à prendre. On peut utiliser un champ plus petit mais cela augmente le nombre de clichés à faire mais on obtient ainsi de plus fins et nombreux détails. Pour obtenir de grandes photographies avec cette dernière technique, l'assemblage des clichés avec la technique de la mosaïque. La magnitude limite d'un tel atlas dépend du temps de pose et du diamètre de l'instrument utilisé. La couverture complète de la voûte céleste nécessite que les clichés soient pris à partir des hémisphères terrestres nord et sud.

Les atlas photométriques[modifier | modifier le code]

Un atlas photométrique est un atlas photographique d'un genre particulier. En effet, les astres y sont représentés en fonction de la bande passante du ou des filtres utilisés lors de la prise de vue. Comme certains astres n'émettent pas de lumière dans certaines longueurs d'ondes, ils n'apparaissent pas dans celles-ci.

Quelques atlas[modifier | modifier le code]

Atlas graphiques (magnitude limite croissante)[modifier | modifier le code]

Étoiles variables :

Lune :

Atlas photographiques[modifier | modifier le code]

Lune :

Atlas photométriques[modifier | modifier le code]

  • Atlas of Selected Areas

Livres de données[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]