Sextius Alexandre François de Miollis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sextius Alexandre François de Miollis
Image illustrative de l'article Sextius Alexandre François de Miollis

Naissance 18 septembre 1759
Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)
Décès 18 juin 1828 (à 68 ans)
Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)
Origine Drapeau de la France France
Arme infanterie
Grade Général de division
Années de service 17721815
Distinctions Comte de l'Empire
Grand officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Commandeur de l'ordre des Deux-Siciles
Hommages Nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile, 25e colonne.
Autres fonctions Gouverneur de Rome et des États romains

Sextius Alexandre François, comte de Miollis, né à Aix-en-Provence le 18 septembre 1759 et mort dans la même ville le 18 juin 1828, est un général français.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'une famille anoblie en 1770, il est le fils de Joseph-Laurent de Miollis, (1715-1792), lieutenant-général civil et criminel en la sénéchaussée d'Aix, conseiller au Parlement de Provence et de Marie-Thérèse-Delphine Boyer de Fonscolombe. Plusieurs de ses frères se distinguent : Balthazar, est général, Bienvenu, évêque de Digne de 1805 à 1838 et Honoré-Gabriel, qui est docteur en droit en 1781, avocat, puis préfet du Finistère de 1805 à 1815, est créé baron de Miollis en 1830.

En 1772, il entre comme cadet dans le régiment de Soissonnais-Infanterie, fait comme sous-lieutenant les dernières campagnes de la guerre d'Amérique, sous Rochambeau, est blessé au siège de Yorktown et revient capitaine.

Chef du 1er bataillon de volontaires des Bouches-du-Rhône, il donne en 1792 de nombreuses preuves de bravoure, et est nommé général de brigade le 25 février 1794.

Employé en Italie en 1796 et 1797, il se fit remarquer au siège de Mantoue, dont il obtint le commandement.

Général de division le 6 juillet 1799 après le traité de Campo-Formio, il fut chargé d'occuper la Toscane.

En 1799, il était au nombre des défenseurs de Gênes, sous Masséna. Gouverneur de Belle-Île-en-Mer en 1803, et de Mantoue en 1806, il fit ériger dans cette ville un monument à Virgile, et profita d'un court séjour qu'il fit à Ferrare pour faire transférer avec pompe les cendres de l'Arioste à l'Université de cette ville, où elles reçurent les hommages qui leur étaient dus. Enfin, la ville de Vérone lui doit la restauration de son cirque, l'un des monuments les plus intéressants de l'antiquité romaine.

En 1807, il commande en Toscane et occupe Rome avec une division. Il s'acquitte avec modération des ordres sévères qu'il avait reçus à l'égard du pape Pie VII et de la reine d'Étrurie, et conserve le gouvernement des États romains jusqu'en 1814. Il est également reçu comme commandeur de l'Ordre royal des Deux-Siciles (vers 1811[1]).

Louis XVIII lui confia les départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse, et Napoléon Ier l'appela pendant les Cent-Jours au commandement de Metz, où il resta jusqu'au mois d'octobre 1815, époque où il fut mis à la retraite.

Mort à Aix-en-Provence en 1828, le 18 juin, âgé de 69 ans. Le nom du général Miollis est gravé sur l'arc de triomphe de l'Étoile, côté Sud.

Il repose au cimetière Saint-Pierre d'Aix-en-Provence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]