Seddouk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seddouk
Vue générale de Seddouk
Vue générale de Seddouk
Noms
Nom algérien صدوق
Nom amazigh ⵙⴻⴷⴷⵓⵇ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya Béjaïa
Daïra Seddouk
Président de l'APC Djamel Tigrine
2012-2017
Code postal 06011
Code ONS 0626
Démographie
Population 20 573 hab. (2008[1])
Densité 218 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 32′ 50″ N 4° 41′ 10″ E / 36.54722, 4.6861136° 32′ 50″ Nord 4° 41′ 10″ Est / 36.54722, 4.68611  
Altitude Min. 412 m – Max. 412 m
Superficie 94,42 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Béjaïa.
Localisation de la commune dans la wilaya de Béjaïa.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Seddouk

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Seddouk

Seddouk, en kabyle Sedduq (transcrit en tifinagh : ⵙⴷⴷⵓⵇ), est une commune algérienne de la wilaya de Béjaïa, en Kabylie.

La commune de Seddouk comptait environ 35 000 habitants en 2010. Elle est située dans la vallée de la Soummam. Ses principales ressources sont l'olive et la figue.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Seddouk
Ouzellaguen Souk-Oufella • Leflaye M'cisna
Ouzellaguen Seddouk M'cisna
Akbou Amalou Beni Maouche

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route nationale 74 (de la Soummam vers la RN 75 qui rejoint Sétif) et par la W 141 qui redescend de la ville de Seddouk vers la Soummam (en amont).

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

Outre la ville de Seddouk, chef-lieu de la commune, les principales agglomérations secondaires composant la commune sont Takaatz, Tibouamouchine, Bouikni, Seddouk Ouadda, Sidi Mouffok, Akhenak, Seddouk Oufella, Zounina et Ighil N'Djebar[2].

À sa création dans ses limites actuelles en 1984, la commune est composée des localités suivantes[3] : Seddouk, Azib Ouameur, Takaatz, Takhelicht, Sidi Moufok, Akhnak Tiguerniouine, Laazib Rouchet, Laazib Michen, Azib Mohli, Larbi Ben M'Hidi, Ighil N'Djiber, Tibouamouchine, Seddouk Ouada, Seddouk Ouféla, Tighilt Oumtchim, Ighil Ouchekrid et Zounina.

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la rive droite de l'oued Soummam, qui la délimite au nord-ouest ; elle s'élève sur le versant Est de la vallée.

Elle est surplombée par un sommet à 1400 mètres d'altitude[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Seddouk est un anthroponyme, nom de l'ancêtre fondateur du lieu ; il est à rapprocher soit du mot arabe ṣaddik, habituellement attribué aux saints musulmans et signifiant « véridique », « fidèle », « juste », ou du mot hébreu saddok, désignant notamment les prêtres[5].

Une appellation ancienne de Seddouk, Tizi l'Djemâa, est encore employée par les personnes âgées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1860, Seddouk devient un lieu central de la confrérie de la Rahmaniya, alors dirigée par un marabout local, le cheikh El Haddad (ou cheikh Aheddad).

Seddouk joue un rôle important au début de l'insurrection de 1871, dirigée par le cheikh El Haddad et le cheikh El Mokrani (bachagha de la Medjana) contre l'occupation française de l'Algérie.

Démographie[modifier | modifier le code]

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • le cheikh El Haddad (vers 1790-1873) est né dans le village de Seddouk Oufella

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Béjaïa : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Achour Cheurfi, Dictionnaire des localités algériennes : villes, villages, hameaux, qsars et douars, mechtas et lieux-dits, Alger, Casbah Éditions,‎ 2011, 1213 p. (ISBN 9789961643365), p. 968.
  3. « Décret no 84-365 du 1er novembre 1984 fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes », Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, no 67,‎ 19 décembre 1984, p. 1488 (lire en ligne).
  4. Carte Michelin 743 « Algérie Tunisie » ; aucun nom n'est indiqué pour ce sommet
  5. Mohand-Akli Haddadou, Dictionnaire toponymique et historique de l'Algérie, Tizi Ouzou, Éditions Achab,‎ 2012 (ISBN 9789947972250), p. 456.