Toudja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toudja
Image illustrative de l'article Toudja
Noms
Nom algérien توجة
Nom kabyle Tuǧa/Aɣbalu, en tifinagh : ⵜⵓⴵⴰ
Nom amazigh ⵜⵓⴵⴰ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Béjaïa
Daïra El Kseur
Président de l'APC Rabeh Bentabet[1]
2007-2012
Code postal 06340
Code ONS 0619
Démographie
Population 9 827 hab. (2008[2])
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 45′ 31″ N 4° 53′ 36″ E / 36.758622, 4.89329336° 45′ 31″ Nord 4° 53′ 36″ Est / 36.758622, 4.893293  
Altitude Min. 252 m – Max. 1 317 m
Superficie 167,13 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Béjaïa.
Localisation de la commune dans la wilaya de Béjaïa.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Toudja

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Toudja

Toudja est une commune de la wilaya de Béjaïa en Kabylie (Algérie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Située au nord de la wilaya de Béjaïa, à seize kilomètres à l'ouest de son chef-lieu Béjaïa, la commune de Toudja est bordée au nord par le mer Méditerranée ; elle touche les communes de Béjaïa à l'est, Oued Ghir au sud-est, El Kseur au sud et Beni Ksila à l'ouest.

Communes limitrophes de Toudja
Mer Méditerranée
Beni Ksila Toudja Béjaïa
El Kseur Oued Ghir

Toudja couvre une superficie de 167,13 km2.

Les coordonnées géographiques de la commune au point central de son chef-lieu valent respectivement 36° 45′ 31″ Nord et 4° 53′ 36″ Est.

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

Se trouvent les magnifiques orangeries de Toudja, au milieu desquelles sortent de la roche la fameuses sources, déjà autrefois captées par les Romains, pour l'alimentation en eau potable de Saldae, et qui, aujourd'hui encore, peuvent assurer d'une façon constante, un débit très supérieur aux besoins de la ville.

Transports[modifier | modifier le code]

On accède à Toudja par la route de Béjaïa à Alger que l'on quitte au pont de l'Oued-Ghir après avoir dépassé le village de même nom pour s'engager sur le chemin n° 34 de Oued-Ghir (anciennement la Réunion) à Sigli. De Oued-Ghir à Toudja, le chemin s'élève très rapidement, en serpentant sur les flancs d'Aghbalou.

Une route carrossable passant par les crêtes, permet de revenir à Bougie par le village de Dar Nacer au pied des grottes du Gouraya si l'on ne veut suivre au retour la même route. Cette voie suit en partie le tracé de la conduite qui amène à Bougie les eaux de la source de l'Aghbalou (1317 mètres), qui domine toutes les cimes voisines et offre une belle ascension pouvant se faire, aller et retour en 5 heures. Sur cette route, à Tihnaïne, on voit plusieurs piliers de l'aqueduc romain dont l'un est marqué d'une sculpture représentant probablement un double phallus. Font référence à ces piliers deux ouvrages :"Le Pont de Bereq'Mouch ou le Bond de Mille Ans", d'Augustin Ibazizen, pages 116 à 131, la Table Ronde, mars 1979 - "Treillis au djebel- Les Piliers de Tihmaïne", (expérience pendant la guerre d'indépendance), d'Etienne Maignen, pages 158 à 162, Yellow Concept, mai 2004.

De Toudja, une route, carrossable et praticable pour l'automobile, conduit en 2 heures au phare du Cap Sigli, point situé sur le tracé de la future route du littoral qui continuera sur Alger par Port-Gueydon et Dellys la route de Djidjelli à Béjaïa.

Lieux-dits, quartiers et hameaux[modifier | modifier le code]

Outre son chef-lieu Toudja-centre, la commune de Toudja est composée, lors de sa création en 1984 dans ses limites actuelles, des localités suivantes[3] : Achlouf, Tala Hiba, Cheurfa, Tiouririne, Aït Ikhlef, Lahnaya, Timanitine, Ibelhadjène, Bouhatem, Souk El-Djemaa, Isbikhène, Ighil n Saïd, Assoumat, Tadrart, Tardam, Adghess, Tala Oumalou, Azoualen, Aït Oussalah, Ihegarène, Ihamiyène, Taguemount, Aït Rahmoune, Boudaoud, Ibaouchène, Boubecha, Bouberka, Imloul, Tahnaït, Aït Mazouza, Abrah, Attalah, Aït Ali I, Aït Ali II, Tala n Bouhi.

Actuellement, la commune est composée de l'agglomération chef-lieu, Toudja-centre, et notamment des agglomérations secondaires de Tala Hiba, Ifrene, Bouhatem et Tardem[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village d'Adghess en 1956.

Démographie[modifier | modifier le code]

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Commune principalement agricole, des oliveraies des vergers et depuis une vingtaine d'années, une zone industrielle a vu le jour, principalement dans le domaine des eaux minérales et gazeuses.

Vie quoitidenne[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Abdelhafid Ihaddaden (1932-1961), premier ingénieur atomicien algérien

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr) Toudja.net - le premier portail de la région de Toudja
  • (fr) Toudja.org - le musée de l'eau
  • (fr) Toudja.dz - l'entreprise productrice des eaux de toudja

Sources, notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le maire de Toudja reposte
  2. « Wilaya de Béjaïa : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  3. « Décret no 84-365 du 1er novembre 1984 fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes », Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, no 67,‎ 19 décembre 1984, p. 1487 (lire en ligne).
  4. Achour Cheurfi, Dictionnaire des localités algériennes : villes, villages, hameaux, qsars et douars, mechtas et lieux-dits, Alger, Casbah Éditions,‎ 2011, 1213 p. (ISBN 9789961643365), p. 1155.