Beni Maouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beni Maouche
Mairie de Beni Maouche
Mairie de Beni Maouche
Noms
Nom algérien بنى معوش
Nom kabyle At Wemɛuc
Nom amazigh ⴰⵢⵜ ⵡⴻⵎⵄⵓⵛ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Béjaïa
Daïra Beni Maouche
Chef-lieu Trouna[1]
Président de l'APC Loudjani Khaled
2012-2017
Code postal 06530
Code ONS 0650
Démographie
Population 13 412 hab. (2008[2])
Densité 141 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 28′ 41″ N 4° 38′ 18″ E / 36.478051, 4.63844136° 28′ 41″ Nord 4° 38′ 18″ Est / 36.478051, 4.638441  
Altitude 1 000 m
Superficie 94,86 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Béjaïa.
Localisation de la commune dans la wilaya de Béjaïa.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Beni Maouche

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Beni Maouche

Beni Maouche (en arabe : بنى معوش ; en kabyle : At Wemɛuc) est une commune algérienne, située dans la wilaya de Béjaïa, en Kabylie.

Cette commune se situe au pied du mont Achtoug. L'activité principale de cette région est agricole (ovins, caprins et quelques bovins). De plus, la production de la figue sèche et de l'huile d'olive est également une des activité de cette commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Beni Maouche
Seddouk M'cisna • Beni Djellil Ferraoun
Amalou Beni Maouche Beni Mouhli (Sétif)
El Main (Bordj-Bou-Arreridj) Beni Ouartilene (Sétif) Beni Chebana (Sétif)

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Vue générale de Tiouel, un des villages de la commune

Outre Trouna, son chef-lieu, la commune de Beni Maouche est composée des localités suivantes[3] : Bouikni, Tizeght, Aguemoune, Aït Ouamar, Taourirt, Tiouel, Ighil Ouatou, Igheldène, Djebla Kelaa, Akour, Tagounith Ighil, Boubrek, Iamarène, Iboudraane, Ibaazizène, M'Zita, Laazib Oualouache, Idjedarène, Amegroud, Aourir, Tiksarine, Taazibt, Tala Tinzar, Laazib Sidi Sadek, Ighzer Oubelout et Aït Boudjellah.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après l’Indépendance, les communes respectives étaient Bougaa, Akbou, Beni Chbana, puis Seddouk, jusqu’en 1985 où nos sommes devenus indépendants avec notre commune que l’on a surnommée Beni Maouche pour qu’elle soit en harmonie avec tous les Beni qui l’entourent (Beni = fils de). Pourquoi l’a-t-on appelée Beni Maouche ? Ait Maouche est un petit village qui abritait le Caïd au temps de l’occupation coloniale, c’est pour cette raison que les français ont collé ce nom à toute la circonscription, bel hommage au Caïd. Le siège communal, la poste, les appareils du parti unique sont tous implantés (laissés par les français) à Trouna, les gens d’Outhrounane ont commencé à s'y implanter en transformant leur huttes ou maisonnettes en maison dès l’indépendance parce qu'au village OuTrounane, il n’y avait aucune infrastructure (ni école primaire, ni poste, ni épicier, ni marchand). Jusqu’aux années 80, les gens d’autres villages n’étaient pas attirés par ce centre, parce qu'ils avaient tous ce qu’il y a à Trouna, dès que ce centre est devenu le chef lieu de la commune puis de la Daira, un intérêt croissant s’est fait ressenti pour venir s’y installer, surtout avec la venue du CEM, dispensaire, lycée, CFPA, mais aussi pour d’autre raisons plus économiques.

Depuis, des quartiers se sont constitués, regroupant des personnes ou des familles suivant certains critères comme l’appartenance à une même famille, possession de terres voisines, propriétés de la commune offertes à quelques familles, baraques laissées par les Français et occupées par quelques familles, achat de lots de terrains pour construction collective ...etc...

Agriculture[modifier | modifier le code]

La région est connue pour la qualité de la figue sèche de Beni Maouche. Il aura suffi d’une participation, en 1986, à la foire de Cherbourg pour que la figue de la région obtienne la reconnaissance des spécialistes et remporte le premier prix au concours organisé lors de la foire[4]. Hélas, qu’il n’y ait pas d’organisme certificateur qui définisse le produit et le label. Alors que l’exportateur Tamzali exportait ce produit, jusqu’à la fin des années soixante, dans 14 pays européens. Une surface de près de 1000 ha est consacrée exclusivement à la culture biologique de la figue sèche, la récole annuelle est estimée à 9000 quintaux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Code des agglomérations : 5e recensement général de la population et de l'habitat, vol. 169/2012, Alger, Office national des statistiques, coll. « Collections statistiques »,‎ 2012, p. 27.
  2. « Wilaya de Béjaïa : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  3. « Décret no 84-365 du 1er novembre 1984 fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes », Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, no 67,‎ 19 décembre 1984, p. 1488 (lire en ligne).
  4. http://www.vitaminedz.com/la-figue-seche-de-beni-maouche-plus-que-bio-un-produit-nat/Photos_383_119827_6_1.html